53 billets en 2015 : La lettre jamais envoyée

Bannière 53 billets

Ce thème est large. Mais on peut y entendre une certaine mélancolie. L’appel du passé, l’ébauche des regrets.

La bienveillance nait aussi lorsqu’on expie. Et cette semaine pourrait en être l’occasion.
Soyons courageux si telle est la voie que nous devons suivre.


Ma participation pour la semaine 12 :

           Chère Moi de 8 ans,

 Je t’écris aujourd’hui une lettre virtuelle, une lettre que tu ne recevras jamais, une lettre que je n’enverrais même pas (car je ne saurais pas comment faire, et en plus je risquerais de briser le continuum espace-temps dont parle si bien Doc dans Retour vers le futur…).

Déjà, je peux te dire qu’à la lumière des 16 ans qui nous séparent, tout ira bien pour toi.
Pas exactement aussi bien que ce que tu imagines à ton âge, mais un autre « bien », un peu différent mais qui finalement te ressemble suffisamment pour ne pas avoir à le regretter.

Concrètement je ne vais pas te donner de conseils moralisateurs. Je te connais de toutes façons, tu ne les suivrais pas, par esprit de rébellion…
C’est bien, continue cet esprit, c’est lui qui te permettra d’évoluer, de te démarquer et de te forger. C’est sans doute lui aussi qui te sortira de ces situations un peu foireuses dans lesquelles tu vas aller te fourrer par esprit d’aventure.
Garde ça.
Garde ça mais utilise-le quand il le faut… Essaye d’éviter les petites provocations gratuites, en particulier envers les membres de ta famille. Ta mère fait ce qu’elle peut avec ce qu’elle a, tu le sais, alors pourquoi vouloir à tout prix lui compliquer la tâche ?

Pour le moment tu ne le sais pas encore mais tu vis dans une bulle. Une bulle de petite fille rose et molletonnée où le plus grand des désastres est la mort de tes oiseaux.
Mais tu vas vite te rendre compte que les gens meurent aussi, et que le mal est partout et aussi en toi.
Oui tu vas souffrir, bien trop et de façon aigüe et soudaine. Je ne t’empêcherai pas de faire ce que tu comptes faire pour expier ta souffrance, seulement ne coupe pas trop profond, et accepte les sutures.

Rien de ce que je vais te dire ne changera les choses, déjà parce que cet exercice virtuel n’en a pas le pouvoir, mais aussi parce que je ne le souhaite pas.
Ce sont toutes tes expériences à venir qui feront de toi l’adulte que je suis maintenant, et à part quelques menues erreurs (dont les regrets enrichissent aussi), il ne faut rien changer.

Alors pourquoi je t’écris ?
Parce que tu me manques tellement…
Ce que tu es au moment où je te parle est une chance inouïe, je donnerais ma vie, je vendrais mon âme pour te revoir à cette époque, vivre et évoluer de cette façon parmi les personnes qui t’élevaient.
Tu sais, quand j’ai fait de l’hypnose pour chasser mes angoisses, Frank m’a demandé d’aller me voir à une autre époque et de me rassurer à propos de ma vie actuelle, c’est toi que j’ai choisie, ton époque, et immédiatement après j’ai rompu le lien, j’ai rouvert les yeux, j’ai arrêté la séance en fondant en larmes.
Il n’a pas voulu savoir pourquoi mais moi si :
Tu es trop innocente, ta vie est trop parfaite, ton monde est encore confortable. Ma vie d’aujourd’hui n’est pas ratée, non. Mais ce n’est pas celle que j’imaginais.
Et je ne peux pas venir te la présenter parce que ce serait trop triste.
Trop triste.

Alors Doc sera content, je n’enverrai pas cette lettre, pour ne pas que tu sois triste trop tôt.
Embrasse le chat (et oui : il bouffera forcément l’un de tes oiseaux), embrasse maman, mamie, pépé, joue bien, continue à traîner dans la poussière du jardin potager et à tomber amoureuse des pousses de houx.

Tout le reste viendra bien assez tôt.


Mon coup de cœur de la semaine 11 :

« Toute une nuit pour… »

coup de coeur


 Vos favoris de la semaine 10 :

« Ah, si j’étais un homme / une femme »

     01 02

Un billet de chaque pour vos favoris : Oh yeahhhh !

 

Douce semaine à vous ♥

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

42 Comments

  • Louelie

    15 mars 2015 at 10 h 27 min Répondre

    wahou! Wahou! Wahou! C’est vraiment très beau et super puissant! Bisous!

  • ღLOrianne SAGUETONღ

    15 mars 2015 at 11 h 01 min Répondre

    ce thème est très bouleversant, tout comme ton article.
    Un vrai petit joyau.
    Très touchant.

  • anyo

    15 mars 2015 at 11 h 21 min Répondre

    C’est une belle lettre! Pleine d’espoir et de mélancolie. Je me suis revue à 8ans,merci!

    • Agoaye

      17 mars 2015 at 13 h 01 min Répondre

      Mélancolie surtout :) Merci ;)

  • Pitch

    15 mars 2015 at 11 h 48 min Répondre

    Très jolie lettre, j’aimerai pas revenir a mon enfance, tu le saura dans ma lettre, mais j’ai bien aimé la tienne.

  • Ragnagna

    15 mars 2015 at 13 h 53 min Répondre

    C’est très touchant cette nostalgie. Tout semblait plus simple à 8 ans :)

  • Gillie Brindemalice

    15 mars 2015 at 14 h 27 min Répondre

    Pfiouuuu!
    Ta lettre est magnifique!
    Hyper touchante, pleine d’émotions…!
    J’aime vraiment ta plume si touchante…!

  • fedora

    15 mars 2015 at 15 h 55 min Répondre

    Tu es vivement priée de ne plus me faire pleurer quand tu écris… c’est juste pfiouuuu ton truc de lettre (déjà que je sue sur la mienne)… et sinon, cool ! t’as choisi le texte du barbare :) :)

    • Agoaye

      17 mars 2015 at 13 h 09 min Répondre

      C’est le vote du public (oui je me la joue comme Foucault), je n’ai pas pu encore lire et faire mon coup de cœur à moi…

      Désolée de t’avoir fait pleurer :)

  • Mous

    15 mars 2015 at 17 h 45 min Répondre

    joli, joli !! j’aurais presque pu m’écrire le même genre de lettre… :)

    PS, gros bisous à toi (de huit ans), toi aussi hein ?! même si t’aime pas ça, na !

    • Agoaye

      17 mars 2015 at 13 h 18 min Répondre

      :) Les bisous virtuels je les accepte :) Merci

  • La mère dodue

    15 mars 2015 at 18 h 31 min Répondre

    la petite fille de 8 ans a laissé place à la jeune femme qui semble bien paumée en ce moment. Cette adulte n’a pas la vie qu’elle imaginait avoir, dont elle rêvait sans doute, mais quand on rêve avec des yeux d’enfant on oublie juste que la vie ne laisse pas toujours place à la totalité de nos songes. Pour autant, la petite fille de 8 ans est belle et bien toujours cachée derrière cette adulte, toujours à l’affut de son rêve. Alors ne la laisse pas retourner dans son passé, parce que cette petite fille c’est toujours toi. Quoi que tu en penses ou que tu dises.
    Sur la forme je ne peux que te féliciter de cette très jolie lettre. Juste. sans excès. COmme souvent.

  • MyNameIsOr

    15 mars 2015 at 19 h 01 min Répondre

    Magnifique lettre virtuelle ! J’aime beaucoup ton idée de t’écrire dans le passé, bravo !
    Tiens, au sujet de l’hypnose, as-tu fais un billet là-dessus ? Car j’envisage de faire des régressions. J’aimerai en savoir plus. Bises.

  • […] Ahem, désolée, c’est un peu triste, alors c’est censé être un projet optimiste. Mais n’est-ce pas une bonne chose que je me questionne plutôt que de m’entêter dans une histoire possiblement fausse, ratée ? Je ne sais plus, je n’enverrais jamais cette lettre, mais pourtant je m’interroge. Enfin…Des bisous à vous, et n’oubliez pas d’aller voir la sublime Agoaye et les autres personnes participant au projet ! » […]

  • Maman puissance4

    16 mars 2015 at 9 h 43 min Répondre

    Ta lettre est magnifique, bouleversante et émouvante…ne regrette pas ce que tu es devenue…parfois on est un peu perdu…c’est la vie! Concentre toi sur le positif, vois comme ce que tu fais et écrit est beau…la petite fille de 8 ans peut être fière de ce qu’elle est devenue!
    En revanche, il est vrai que j’envie souvent la naïveté la simplicité de les élèves, leur façon de voir le monde à leur niveau…c’est vraiment chouette!
    Plein de bisous et encore bravo pour ce projet qui nous permet à chacun, chacune de réfléchir sur nous mêmes avec bienveillance…ça fait du bien!!

    • Agoaye

      17 mars 2015 at 13 h 21 min Répondre

      Et je pleure encore :)))

      Merci <3

  • Marie Kléber

    16 mars 2015 at 17 h 30 min Répondre

    La prochaine fois préviens STP « âmes sensibles, soyez prêtes »…Une superbe lettre. Qu’il est doux ce monde l’enfance qu’on ne voudrait jamais quitter. Parce que le monde y est quand même moins dur à porter et que les chagrins se cognent aux parois de notre cocon tout doux et magique. Mais bon, pas de regret, hein!

    • Agoaye

      17 mars 2015 at 13 h 26 min Répondre

      Non, pas de regrets, être adulte nous permet de faire plein de choses bien aussi comme… euh… les impôts (non, mauvais exemple)

  • flipperine

    18 mars 2015 at 0 h 02 min Répondre

    vraiment une très belle lettre

  • […] C’est ma participation au rdv #53billetsen2015 d’Agoaye. […]

  • […] lettre jamais envoyée, une lettre pour dire ce qu’on aurait aimé sans l’avoir pu, sans l’avoir osé. […]

  • Petite ombre

    21 mars 2015 at 11 h 26 min Répondre

    je n’aurais jamais pensé m’écrire à moi même, je crois que ça serait plus difficile… Tu l’as fait très très bien !!!!
    J’ai enfin publié ma participation… Biz

  • Jenesuispasunesupermaman

    21 mars 2015 at 14 h 44 min Répondre

    Je vois passer des articles pour tes « 53 billets en 2015 ».
    Ce thème a retenu mon attention.
    Peut-être vais-je me prêter à l’exercice (si j’ai le temps ou le courage…).
    Quoi qu’il en soit, ton billet est absolument superbe.
    La bulle rose de l’enfance versus la vie d’adulte et ses réalités.
    Les deux sont intimement liés en nous.
    Il ne faut rien changer de notre parcours car, malgré les erreurs, il nous ressemble.
    Ta lettre jamais envoyée le montre avec beaucoup de justesse.
    Bravo!

    • Agoaye

      21 mars 2015 at 16 h 05 min Répondre

      Je te remercie beaucoup, et c’est évidemment avec un grand plaisir que je t’invite à participer, même pour un billet.

  • Supamam

    21 mars 2015 at 18 h 57 min Répondre

    J’aime beaucoup la manière dont tu as traité ce sujet! Moi je t’avoue que je sèche un peu… L’inspiration ne vient pas… mais la journée n’est pas finie ! ;)

    • Agoaye

      22 mars 2015 at 1 h 09 min Répondre

      Voui, ce thème n’était pas évident !

  • Tatie Danièle

    22 mars 2015 at 8 h 42 min Répondre

    Comme je comprends cette nostalgie. Parfois, je me dis même que j’aimerais bien retourner dans le ventre de ma mère !! J’ai lu qu’il fallait prendre soin de notre enfant intérieur, car l’enfant que nous étions demeure toujours un peu en nous une fois adulte. Et certaines de nos souffrances sont celles de notre enfant intérieur (c’était plus clair dans mon bouquin, pardon). En tout cas, tu es dans le juste. Cette lettre à la petite fille de 8 ans que tu étais est un acte d’amour et de respect. Continue à prendre soin d’elle e et de toi.
    PS : Le thème de cette semaine était un peu trop « intime » pour moi, j’ai séché ;)

    • Agoaye

      23 mars 2015 at 13 h 43 min Répondre

      Môm a été super angoissée durant sa grossesse… Voilà voilà, tout s’explique

  • sisco

    22 mars 2015 at 16 h 58 min Répondre

    Je n’avais pas pris le temps encore de lire ta lettre! C’est vrai que très souvent on souhaite écrire à son moi passé, ou futur (ouais, j’ai une copine qui se fait ça régulièrement, s’envoyer un mail qu’elle ne recevra que dans 5ans pour se remettre les pendules à l’heure sur le chemin parcouru).

    ça serait bon et marrant ces petits voyages dans le temps.

    • Agoaye

      23 mars 2015 at 13 h 48 min Répondre

      C’est une excellente idée ce que fait ta copine, je sais qu’il y a des sites qui proposent ça…
      Je devrais le faire tiens !!

  • Le syndrome du cordonnier | Blog Agoaye

    15 janvier 2016 at 8 h 31 min Répondre

    […] pas me fouler, et pas seulement parce que je m’étais déjà adonné à cet exercice lors de mon projet de l’année dernière, mais aussi (et surtout), parce que cette lettre avait été difficile à écrire et qu’elle […]

Post a Comment