Ces petits trucs qui forment un tout.


Ma vie de midinette amoureuse / jeudi, février 18th, 2016

désirs Bien sûr que j’ai un style d’hommes, et la plupart d’entre vous savent exactement de quoi je parle étant donné que je ne cesse de le crier sur tous les toits.

Évidemment que je suis irrémédiablement attirée par telle ou telle personne. N’avez-vous jamais remarqué à quel point vos ex se ressemblent parfois ? Et inversement, à quel point vous avez tendance à plaire toujours au même genre de personne ?

Mais l’amour, le vrai, le grand, le beau, c’est celui qui se créera en fusionnant l’attirance, le désir,  l’intérêt, le respect, la complicité et tous ces petits trucs qui vont former un machin bien plus gros au final…

Comment il arrive chez moi celui-là ?

Note importante :
Toute ressemblance avec des personnages réels est évidente, il s’agit de tous les gens desquels je suis tombée amoureuse.
PS : Je vous rassure, je n’ai pas couché avec tous.
PS2 : Je vous rassure, je n’ai pas couché qu’avec ceux-là.


Mon premier était grand et blond (et inaccessible)
Parce que quand j’étais jeune je ne jurais que par les blonds (comme quoi les goûts évoluent). J’ai passé environ toute ma scolarité de primaire à courir après ce garçon. Le jour où il a enfin daigné faire attention à moi il a immédiatement perdu tout intérêt à mes yeux !

Mon second était blond, beau et calme.
Le trio gagnant pour l’apparition de l’amour ! Il était calme et c’était étonnant pour un quatrième, blond parce que toujours dans cette phase platine, beau parce que j’ai connu ce premier brouillard coloré vécu en le voyant (ce que j’ai identifié plus tard comme étant un coup de foudre).

Mon troisième était mystérieux.
Et brun cette fois (du coup c’est p’tet pour ça que je le trouvais mystérieux), il avait des joues qui me faisaient craquer sans pouvoir l’expliquer. Mais son indifférence à mon égard m’a vite lassée.

Mon quatrième était charismatique.
Ah voilà…. L’adolescence arrivée, les hommes de « poigne » se sont révélés à mes yeux. Oui j’aimais presque mieux les mecs sûrs d’eux que les mauvais garçons (et pourtant eux aussi ont eu une place conséquente dans mes effusions d’affection). Plus âgé et avec des responsabilités, voilà ce qui m’attirait.
Ah et aussi il était vachement courtisé, mais c’est moi qui l’ai eu : olive dans le martini !
J’aime plaire à ceux qui plaisent !

Mon cinquième était anticonformiste.
Et blond aussi, avec des dreads et aux yeux bleus (alors que ça j’suis normalement pas très fan, mais en y repensant j’ai beaucoup eu de mecs aux yeux bleus… Tiens tiens… étrange…).
Mais son métier pas commun, et puis cette fascination que j’avais pour lui depuis des années ont fait que j’ai été très amoureuse, et beaucoup plus ensuite lorsqu’il a bien voulu de moi.

Mon sixième était expérimenté.
Plus vieux (beaucoup), avec une vie bien remplie derrière lui. Je suis tombée amoureuse de cet homme car nous étions si différents, et son train de vie correspondait à quelque chose que je commençais déjà à aimer (un peu hippie, un peu marginal).
Il faisait également partie de ces gens dont on dit, même s’ils ont vieilli, qu’on sait qu’ils ont été beaux !

Mon septième était mon opposé.
Mon exact inverse. Nous n’avions rien à voir, d’ailleurs il n’était même pas disponible et à notre première rencontre je l’ai trouvé très laid ! Mais il y avait un quelque chose que je n’ai jamais su expliquer et qui m’a fait tomber amoureuse corps et âme, à m’en rendre malade !
C’était un sorcier, et il est sans doute le seul qui ait eu une telle emprise sur moi.

Mon huitième était parfait.
Une rencontre internet où les échanges se sont merveilleusement passés. La rencontre rapide a été un feu d’artifice de brouillard coloré (= coup de foudre).
Passion, admiration, protection, adaptation, puis destruction

Mes neuvième et dixièmes (ils se ressemblaient beaucoup) étaient Jésus.
Tout simplement.
Un mélange de bonté, de douceur, de bienveillance et de vie simple. J’aimais le bien qu’ils me faisaient avec leurs apaisements.

Mon onzième était admirable.
Je l’ai idolâtré en apprenant à le connaître. Même si son charisme était évident, j’ai su passer outre pour découvrir ses valeurs et ses pensées. Mais nos différences n’ont jamais été surmontables, malgré ça un grand respect a toujours su subsister.

Mon douzième était magnifique.
Tout ce que j’aimais. Rien à redire ou presque. Et en plus des goûts que nous avions en commun, une complicité et un humour ont rapidement été présents. Quand je repense à tout le mal qu’il a pu me faire, je me mors les doigts d’avoir été si amoureuse.

Mon treizième est Hugh Jackman.
Dois-je argumenter ?


Alors évidemment, vous pouvez me qualifier de cœur d’artichaut (ou plutôt de cœur de n’importe quel autre légume, j’suis pas fan des artichauts, ni même de leur orthographe d’ailleurs, je propose une réforme : « artichaud » c’est pas vachement plus logique ?), mais en fouillant dans ma mémoire affective, voilà tous ceux que je trouve dans la rubrique « a été amoureuse de… »

Forcément y’en a que je regrette, ou qui ne me manquent pas du tout, ou pour lesquels je me dis qu’il aurait mieux fallu que je me fasse tatouer un portrait de Johnny en couleur sur la joue le jour où je les ai rencontrés, mais mon passé est ainsi, et chaque histoire m’a appris quelque chose
… et en particulier que les raisons qui me font tomber amoureuses sont aussi variées qu’imprévisibles !

Ce billet fait partie du projet « Un défi ou un écrit » pour la semaine 7
Il participe à la partie écrite « ce qui me rend amoureuse ».
Rejoignez-nous ;)
Rendez-vous sur Hellocoton !

34 réponses à « Ces petits trucs qui forment un tout. »

  1. j’ai aussi commencé par les blondinets angéliques aux yeux bleus… J’ai eu aussi des noirauds mystérieux, des plus âgés, des gentils que je trouvais trop niais, des manipulateurs qui m’ont fait du mal… Et puis j’ai rencontré mon mari qui est ni blond, ni noiraud, ni trop gentil, ni manipulateur… Et pourtant si je devais décrire un idéal, il ne s’en approche pas du tout!
    L’amour est un mystère…

  2. bizarrement, mes ex ne se ressemblent pas du tout et ne ressemblaient pas à mes idéaux du moment. Mon mari, quant à lui, est unique. Je ne me suis jamais arrêtée au physique avec mes mecs … je crois que c’est l’amour que je porte à la personne qui la rend à mon goût physiquement … je sais pas si j’suis très claire lol ?!

    1. Attends, les asociaux ça a été ma zone de pêche durant toute mon adolescente (vu que j’étais une rebelle….)
      Nan mais là je parlais de « tomber amoureuse », et eux n’ont jamais eu ce privilège :)

    1. Je connais beaucoup de gens qui sont extrêmement curieux de ma façon d’avoir « baroudé » en amour…
      Mais effectivement je pense que si mes expériences ont été si « nombreuses », c’est qu’elles ont été positives dans l’ensemble, sinon j’aurais perdu espoir bien plus tôt qu’aujourd’hui !

  3. En tout cas, vous parlez encore de tous avec beaucoup d’émotion et de force, on ressent vraiment la puissance de ces relations… C’est beau à lire même si le résultat n’a pas forcément été des meilleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.