Chat des rues.


Ma vie de gaga d'animaux / mardi, avril 29th, 2014

IMG_6811[2]La fenêtre de mon bureau donne sur un toit. Ce toit est une véritable autoroute pour chats.

J’en vois passer des gris, des roux, des tigrés, des femelles pleines, des mâles entiers, des poils longs, des poils courts… Et puis lui.

Je vous en parlais fin novembre : je m’étais dit que j’allais essayer de l’adopter un p’tit peu, je lui donnais à manger et petit à petit il s’était laissé caresser.

Or, je ne le voyais pas tout le temps… Il devait sacrément barouder, je le retrouvais parfois avec une griffure par-ci, une coupure par-là… Dans ces cas là il ne me laissait pas du tout le toucher.

Jeudi je suis rentrée de Lyon en début de soirée, et j’ai fait le tour de mon jardin pour contempler mes fleurs épanouies par les récentes pluies. Une fois. Puis une seconde fois pour prendre mes iris en photo… C’est là que je l’ai remarqué car il essayait de s’enfuir… Le chat était couché dans un fourré sombre et ne pouvait manifestement plus bouger les pattes arrières. Complètement apeuré par ma présence, il avait tout de même essayé de ramper vers l’arbre sur lequel il montait pour atteindre un toit bas. Je l’ai rassuré en m’éloignant, suis rentrée dans mon appart dans tous mes états et ai tourné en rond quelques minutes avec l’angoisse au ventre.

De ma fenêtre je l’ai aperçu se hisser sur le tronc de l’arbre, réussir à attraper le bout du toit et rester pendu par une patte, impossible de faire quoi que ce soit de plus. A bout de forces il est retombé.
Je ne pouvais pas le laisser…
Je devais agir, mais quoi faire ? Je me suis vraiment demandé…

Finalement je suis redescendue, avec mon sac de voyage vidé à la hâte et une vieille serviette de toilette. Mais je suis incapable de l’attraper, j’ai trop peur de lui faire plus mal, je tremble trop, je suis réellement trop émotive…

Dans les situations d’urgence d’individus, je maîtrise à la perfection (2 ans de secourisme). Dès qu’il s’agit d’animaux je suis infoutue de quoi que ce soit !

J’ai trouvé de l’aide auprès du gardien, Bachir,  qui discutait dans la cour avec deux de ses amis que je n’avais jamais vus. De grands gaillards, des quarantenaires de la cité pur-jus… Et j’explique à Bachir que j’ai besoin d’aide. Ils viennent tous les trois mais sont aussi hésitants que moi.

L’un d’eux a finalement réussi à attraper le chat mal en point, encore plus que ce que je pensais… Mais à aucun moment il ne s’est plaint ou a essayé de se défendre, il devait être trop faible. Et Bachir est venu avec moi jusqu’au cabinet vétérinaire du quartier.

Aujourd’hui je suis allée récupérer mon sac et ma serviette. Le chat a été euthanasié le soir même. Cela faisait plusieurs jours qu’il avait la colonne vertébrale fracturée. Il n’y avait rien à faire.

Le vétérinaire m’a remerciée, en me disant  qu’il serait encore en train de souffrir si je ne l’avais pas amené. Que ça se serait terminé d’une façon bien pire…
Je leur suis reconnaissante de ne rien m’avoir fait payer.

Mais putain j’en pleure encore…

Dans ce genre de moments-là je voudrais être en couple…
Pour que quelqu’un m’aide à relativiser…
Ca passera…
Comme le reste…

Rendez-vous sur Hellocoton !

34 réponses à « Chat des rues. »

  1. trop loin pour te serrer dans mes bras, je t’envoie mon amitié et ma présence aux travers de ces quelques mots ♥, tu as fait ce qu’il fallait, le sauver de pire, comme te l’a dit le vétérinaire
    .

  2. Oh c’est lui que tu as retrouvé blessé ? Je t’avoue que j’ai lu en diagonale pour éviter de partir en fontaine, dans les cas de décès d’animaux avec le Chti il y en a pas un pour récupérer l’autre et relativiser. Mais en même temps il me dirait « c’est qu’un chat » je demanderais le divorce direct…

          1. Ça existe pour les autoroutes ça ! Il y a des ponts pour les animaux sauvages, le problème étant de faire réellement passer les animaux dans ces couloirs de circulation et pas ailleurs. Ils disposent des choses qui attirent les animaux (des plantes à manger qu’ils aiment, etc.)
            Je sais pas si en vrai ça marche, je sais juste que j’en ai vu sur des routes :)

  3. Réaction parfaitement humaine… Toujours un « deuil à faire » dans pareille situation (et variantes) même si j’encaisse de mieux en mieux avec le temps avec « l’entraînement ».

  4. J’aime les animaux à un point… (que j’en ai même fait du bénévolat à la spa hé hé) Ton histoire m’a rendue toute triste je dois dire & je comprends ce que tu ressens. Au moins tu as fait ce que beaucoup n’auraient pas fait & tu lui as quand même évité d’agoniser davantage.
    L’an dernier j’ai dû faire euthanasier un chaton sauvé de la rue que je venais d’adopter… jamais facile ces moments-là.
    Je n’ai aucun conseil à donner, chacun gère ça à sa façon. Mais peut-être qu’une bonne bouteille en son honneur & un petit film comique ça peut aider à passer la soirée…
    *Petit câlin à distance même si on ne se connaît pas & que je ne suis pas très tactile ;)* Des bisettes !

  5. Dans son malheur il a eu de la chance que tu sois là pour abreger ses souffrances et luyi apporter un peu d’attention, de douceur et de bienveillance. Si ca peut te rassurer, un mec aurait trouve ton emotion idiote et il t’aurait pas plus aider que ca à surmonter ta peine… les mecs ca comprend rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.