Coiffeuse, mon ennemie !

coiffureAujourd’hui j’ai fait une erreur.
Je me suis dit « allez, j’vais chez le coiffeur ! »
J’aurais mieux fait de me casser les bras, les jambes et le coccyx aussi…

Après mes nombreuses aventures capillaires avec des coiffeurs frileux quant aux couleurs, des coiffeurs qui sont morts de rire quand tu leur demande un truc et qui font le contraire ou des coiffeurs qui ont décidé de me faire virer imbaisable, je n’ai toujours pas perdu espoir.

Quelqu’un un jour a déterminé la folie comme étant le fait de recommencer la même action en permanence tout en sachant que ce sera un échec.
Pour ma vie capillaire comme pour ma vie amoureuse, je dois donc être sacrément atteinte !

J’en suis donc à « allez, j’vais chez le coiffeur ! » et j’y vais.

Quelques grands-mères aux cheveux acajou me regardent d’un drôle d’air quand je rentre dans le salon avec ma tonsure de licorne (je crois qu’il y en a même une qui a fait un mini AVC, ou peut-être s’est-elle juste étouffée avec son dentier…)

J’explique à la patronne que je veux refaire mon noir sur l’ensemble de la chevelure, qu’on ne touche pas à l’arc en ciel et qu’on coupe tout autour, la même chose mais en plus court.

Je me retrouve alors assignée à Victoria, 19 ans, des yeux inexpressifs au possible et un bide à faire pâlir Carlos (nan mais j’attaque pas sur le physique d’habitude, j’ai des petits seins alors je ne peux pas parler mais là…. là…. vous verrez qu’elle l’a cherché !)

Victoria (faux nom) me demande de réexpliquer ce que je veux en tripotant ma mèche multicolore.
« Vous êtes coiffeuse ? » Me lance-t-elle ? « non »
« Ah, vous êtes dans l’artistique alors ? » « Bah non, non plus… »
Et que vivent les préjugés ! J’ai failli lui dire que j’étais gay mais vu qu’elle me touchait déjà beaucoup trop à mon goût je n’ai pas tenté !

Victoria m’a posé la couleur après avoir attaché les mèches colorées, je me suis dit que ça commençait bien car elle prenait son temps. Si j’avais su !
Une fois la pose terminée, je me suis surtout rendue compte qu’elle avait pris son temps pour me colorer aussi les oreilles.
Chouette alors, je ressemble à un panda !
J’ai tout de même remarqué qu’elle semblait relativement fanatique des petits cheveux qui sont tout en bas de la tête, dans la nuque… Tu sais ceux qui font bien mal quand tu les tires… Elle adorait les tirer manifestement !

Je pose, je lis, tout va bien. La vieille à côté de moi semble vouloir entamer la conversation, je fais mine de ne pas l’avoir remarquée.

C’est Victoria qui me rince. Ben oui, faut pas se leurrer, je suis une fille qui a toujours eu beaucoup de chance !
Je n’ai rien dit lorsqu’elle a continué d’arracher mes petits cheveux de nuque
Je n’ai rien dit lorsqu’elle m’a éclaboussé la moitié du visage
Je n’ai rien dit lorsque mes oreilles étaient remplies de mousse (faut bien ça pour enlever le noir)
Je n’ai rien dit alors qu’elle faisait 3 shampooings et que je sentais mes pouvoirs de licorne dégorger à chaque rinçage
Je n’ai rien dit non plus lorsqu’elle a enfoncé ses doigts tels des Knackis surgelés dans des endroits de ma tête où je ne savais même pas que je pouvais avoir mal !

Par contre j’ai un tout petit peu ouvert ma gueule lorsqu’elle a mouillé toute la manche droite de mon pull, de l’épaule au poignet :/

Bref… Ce n’est rien, ça va sécher, me murmurait l’Ago bienveillante.
La vraie Ago ne souriait plus du tout et avait la trace de ses ongles dans les paumes de ses mains, mais ce n’était encore pas trop grave.

Le pire, ce fut la coupe !
2h de torture pure et simple.

Déjà, je pense avoir perdu toute la sensibilité à l’endroit des petits cheveux de nuque… Elle a continué à s’acharner (ils devaient beaucoup les déranger…) en les tirant, les peignant à l’envers en commençant dans le cou et en appuyant fort avec son petit peigne pointu et perfide !

Ensuite elle a coupé. Millimètre par millimètre… Et je lui disais : « ah mais non mais vous pouvez y aller, ils sont épais alors il me les faut courts, coupez… Allez-y, coupez… » Elle coupait pas !
C’est à ce moment là que j’ai compris les gens ordinaires lorsqu’ils sont pris d’une frénésie meurtrière. J’ai eu envie de lui taper la tête dans le miroir et de lui enfoncer le fer à friser chaud dans la nuque, là où il y a ses petits cheveux !

Mais je suis restée immobile, enfonçant un peu plus mes ongles.

« Vous me dites si ça va !? »
« Ben non, c’est trop long ! »
 » Ah ? Ben comme j’avais vu que là (elle me montre au dessus de mon oreille -grisâtre à présent-) y’en avait plusieurs longueurs, j’ai essayé de couper ce qui était court et de garder les plus longs !! »

Et là j’ai compris que j’étais tombée sur la décérébrée du quartier. Non contente de me torturer physiquement, Victoria entreprenait également de me faire une coupe à deux vitesse, avec des cheveux courts en dessous et des mèches qui dépassent de temps en temps, façon brosse-à-dents nouvelle génération (celle avec les poils plus longs pour aller entre les dents).

« Non non. Coupez ! »

Et c’était reparti pour une heure. Heure similaire à la précédente, où Victoria faisait bouger ma chaise avec son gros ventre à chaque fois qu’elle s’approchait et où elle me tirait ensuite une mèche pour remettre ma tête à l’endroit qui lui convenait.

Le résultat fut apocalyptique ! Tout est court ET épais, rien n’est effilé et le brushing est (encore une fois) sponsorisé par Sue Helen…
J’avais caressé le fol espoir de m’arrêter chez Picard au retour, histoire de voir un peu les nouveautés de Noël, et puis j’ai eu trop honte.

Heureusement, heureusement je suis sortie du salon à temps.
Oui, juste à temps pour voir le flic m’aligner pour dépassement d’horodateur.

Ahhhhhhh, quelle belle journée !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

19 Comments

  • Geneviève

    23 novembre 2016 at 18 h 16 min Répondre

    j’adore votre façon d’écrire, c’est un pur plaisir !

  • Guillemette Allard-Bares

    23 novembre 2016 at 18 h 57 min Répondre

    OMG… l’horreur :/ Je suis désolée pour tes cheveux… et pour ce moment détestable ! ♥

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 09 min Répondre

      Ce qui est bien, c’est que ça repousse (et plutôt vite pour ma part)

  • Nath

    23 novembre 2016 at 20 h 48 min Répondre

    Tu as essayé de taper « coiffeur alternatif « sur Google ? Comme pour la musique et la médecine ça doit se trouver en Idf … enfin je suppose …parce que vu la diversité de look que l’on peut croiser à Paris il ne devrait pas y avoir que des coiffeurs pour memeres … courage ! En tout cas je suis obligée de l’avouer honteusement …j’ai ri de tes malheurs capillaires

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 09 min Répondre

      Franchement, bien sûr que je suis persuadée de trouver mon bonheur sur Paris, j’ai d’ailleurs le souvenir d’un salon gay à HDV avec un gars particulièrement dans mon esprit… Mais je ne peux pas financièrement :/

  • Geek

    23 novembre 2016 at 21 h 38 min Répondre

    Une Agoaye et un coiffeur, c’est une obligatoirement une histoire d’amour ;-)
    Je suppose que la prune était la cerise sur le gateau et du coup… tu l’as pris philosophiquement

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 06 min Répondre

      Philosophiquement je ne sais pas, mais mal c’est certain :)

  • FIFI69

    23 novembre 2016 at 21 h 58 min Répondre

    Mais quelle idée t’a prise de faire couper tes cheveux ? Toi qui nous parles de longues chevelures.
    Et les couleurs ? T’assures-tu qu’elles sont naturelles ?

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 06 min Répondre

      Ah mais non, je ne peux pas avoir les cheveux longs. Je les aime longs chez les autres, uniquement !!

      Et mes couleurs ne sont pas naturelles du tout, mais au moins elles ne sont pas testées sur les animaux, c’est la moindre des choses :)

  • Fabignou

    24 novembre 2016 at 10 h 28 min Répondre

    Oh non, mais quel boulet cette Victoria ! C’est atroce quand tu prends un moment pour toi, pleine d’espoir quant au résultat et que tu te fais massacrer.

    Je pense que c’est encore plus dur de trouver un bon coiffeur qu’un mec :-) Depuis que j’ai déménagé je n’ai pas retrouvé le graal.
    Niveau coupe et couleur, la dernière coiffeuse était plutôt à l’écoute, ouverte à la discussion. Et elle gère toutes les coupes elle-même, elle ne fait clairement pas confiance à ses deux employées :-) Mais par contre quel moment de torture ! La shampouineuse a des faux ongles hyper longs qu’elle t’enfonce allègrement dans le crâne, et la coiffeuse n’a pas arrêté de m’accrocher les oreilles avec son peigne, alors qu’elles sont minuscules ! Pour l’anecdote, mon pierceur s’était foutu de moi en disant que j’avais les plus petites oreilles du monde :-)))
    Bref, c’est dommage parce qu’elles proposent shampooing et brushing pour 10 euros, si elles étaient plus douces j’irais bien de temps en temps entre deux coupes…

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 05 min Répondre

      Un nid de Victorias :)))

      Ouais non parfois je tombe moins mal que les autres fois, mais là c’était le pompon.
      Mon blog pourrait être alimenté à 200% d’anecdotes de coiffeurs incompétents

  • Trenty

    13 décembre 2016 at 13 h 06 min Répondre

    Et on peut pas voir le désastre, histoire de se moquer ;)
    Pas ce pb en ce moment, mais j’ai les cheveux dans les yeux.

    • Agoaye

      23 décembre 2016 at 11 h 31 min Répondre

      hummmmmmmm, les cheveux dans les yeux <3

      • Trenty

        23 décembre 2016 at 13 h 21 min Répondre

        Oui, le dernier rendez vous au coiffeur date du 30 aout donc imagine la coupe :)

        • Agoaye

          29 décembre 2016 at 19 h 21 min Répondre

          On peut te faire des couettes ?

          • Trenty

            2 janvier 2017 at 11 h 01 min

            Un palmier sur la tête

          • Agoaye

            2 janvier 2017 at 17 h 59 min

            Ah super comme chez les mini-yorkshire

Post a Comment