Copeau mon amour !

IMG_1861J’ai toujours entretenu un rapport très privilégié avec mes toilettes. Mon siège presque perso, l’idéal défouloir…

Toutefois je suis plutôt libérée au niveau sanitaires, du coup, et à la différence de Flore (mon ancienne meilleure amie), je peux utiliser n’importe quelles toilettes du monde afin d’assouvir n’importe lequel de mes besoins. Et je vous avoue que c’est bien pratique !

Mais jusqu’à cet été, j’étais exclusivement attachée aux trônes « classiques », avec des milliers de litres d’eau pour chaque goutte de pipi, non pas que j’apprécie plus particulièrement cette pratique, mais plus que les autres m’ont laissé perplexe : les toilettes chimiques m’ont toujours fait peur (beaucoup de bruit, beaucoup d’odeur… C’est bien simple, tu tires la chasse dans le TGV et tu as soudain l’impression que tu vas te retrouver happée et projetée sur les rails…) ou demandé beaucoup trop d’efforts (va changer la cassette des toilettes d’un camping-car à l’étranger pour la première fois et accompagnée de gens dont c’est aussi la première fois !!!) alors que c’est si simple d’aller pisser dehors !

Alors évidemment j’étais consciente du Mal (et je ne suis pas ironique avec ma majuscule, il est aisé de comprendre qu’évacuer ses déchets en les diluant à l’eau est un non-sens écologique majeur !), et j’essayais au maximum de le limiter (remplissage de la chasse d’eau avec l’eau propre de la douche et tirage après plusieurs petits passages uniquement…) mais je sentais qu’on pouvait faire plus.

C’est alors qu’en quête d’une liberté méritée, je partis seule faire le tour des festivals musicaux cet été, et en particulier Musicalarue à Luxey et le Cabaret Vert de Charleville-Mezières.

Je ne m’attarderai pas sur l’intérêt musical de ce mois à la roots car tel n’est pas mon sujet aujourd’hui, ce que je comptais pointer ici c’est la présence dans ces grands rassemblements de toilettes sèches.

Je n’en avais jamais vu de ma vie ! Et j’ai été comblée… Plutôt qu’un long discours, voici mes points :

1 – C’est écolo… Enfin je ne suis plus coupable…

2 – C’est dehors… Libre de toute tentation de claustrophobie…

3 – C’est fun… Moi j’aime bien recouvrir mes excréments de copeaux, ça doit être un reste d’animalité, je ne sais pas !

4 – Ça ne sent pas… Et je pousserai même jusqu’à dire que ça sent bon ! Les copeaux sentent le bon bois.

5 – Plus d’éclaboussures… Fini la goutte d’eau plus que douteuse qui arrive à t’éclabousser les fesses…

Le papier hygiénique peut être jeté dans le seau avec le reste et se décompose en autant de temps. Car oui, et c’est bien là le côté définitivement génial des toilettes sèches : le tout est compostable !

Je comprendrai les inquiets qui préféreront confier leurs déchets quelqu’un qui voudra bien s’en occuper (agriculteur de proximité ou autres…) mais personnellement, je ne vais avoir aucun mal à faire composter mes toilettes sèches (quand j’en aurai) dans mon jardin (quand j’en aurai) pour ensuite, sous deux ans, enrichir mes plants de tomates (quand j’en aurai).

Pour plus d’informations, je vous recommande la lecture attentive d’un site passionnant et très explicatif à cette adresse.

Et vous, êtes-vous prêts à passer aux copeaux ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

13 Comments

  • martine b

    8 juin 2014 at 9 h 33 min Répondre

    Une bonne idée mais plus dur l’hiver ou quand il pleut à torrent pour courir dans la cabane au fond du jardin comme dirait Cabrel !! j’essaye d’être écolo et responsable mais parfois j’aime la modernité aussi
    Bon dimanche

    • Agoaye

      8 juin 2014 at 12 h 51 min Répondre

      Ah mais en aucun cas les toilettes ne sont à l’extérieur ! C’est une pièce de la maison.

  • […] je sais qu’écologiquement, les gels douche, c’est le Mal. Alors j’ai arrêté… (oui, j’ai une […]

  • céline bookofmum

    8 juin 2014 at 18 h 19 min Répondre

    Pourquoi pas ! Par contre j’aurais du mal à passer l’étape psychologique de l’utilisation de la crotte familiale pour mon potager ;)

    • Agoaye

      8 juin 2014 at 18 h 20 min Répondre

      Sérieux ? Ah ben par contre moi c’est un truc qui ne me dérange pas du tout !!

  • Eclectik Girl

    4 mars 2015 at 19 h 36 min Répondre

    je vais t’avouer un truc;
    dans notre utilitaire aménagé, on s’est « fabriqué » un p’tit toilette sèche : 1 seau qui se referme (ou petite poubelle quoi), un sac poubelle, de la sciure ( de la litiere pour rongeur).
    Et lorsqu’on fait de grand trajet, ou qu’on « campe » a l’arrache dans l’utilitaire (et pas envie de sortir du vehicule en pleine nuit …) ces toilette séches improvisée sont bienvenue !

    Le matin, on ferme bien le sac et hop dans la 1ere poubelle venue.

    • Agoaye

      5 mars 2015 at 19 h 21 min Répondre

      Ah oui, franchement pour le baroudage c’est l’idéal !

  • Emma

    5 mars 2015 at 15 h 15 min Répondre

    Contente de lire ton vieux billet ^^
    Parce que nous on a déjà franchi le cap depuis 1 mois !
    Et ça change la vie en mieux lol tout est dit dans tes points positifs. Je ne vois pas de négatif, même quand on va les vider dans le compost ça ne sent pas !j’en suis toute fière de nos chiottes :p

    • Agoaye

      5 mars 2015 at 19 h 43 min Répondre

      Oh yeaaah, rho c’est génial que tu me fasses part de ton retour d’expérience, merci beaucoup !

      • Emma

        5 mars 2015 at 22 h 03 min Répondre

        De rien ! et j’ai oublié le point positif en plus : plus de soucis de toilettes bouchées ! donc pas besoin de verser du produit toxique pour déboucher tout ça… on utilise autant de papier qu’on veut au moins ^^

        • Agoaye

          7 mars 2015 at 12 h 02 min Répondre

          Alors ça je n’ai jamais connu… Les toilettes bouchées c’est l’inconnu pour moi !

  • Claire

    4 septembre 2015 at 18 h 44 min Répondre

    Des toilettes domestiques produisent du biogaz et de l’électricité. Produire son énergie (cuisson, chauffage, électricité…) avec ses déchets organiques offre une solution non seulement pour l’élimination des déchets domestiques, mais aussi pour l’élimination des déchets de la communauté. Alors pour ceux qui fabriquent leur compost, il n’est pas vain d’essayer de méthaniser et d’échanger nos astuces pour y parvenir, il y a là dedans de l’énergie gratuite, et c’est du sûr, du vrai, de l’honnête, du « maison », pas du photovoltaïque artificiellement et dangereusement maintenu en vie par les impôts de tous (en particulier ceux qui ne peuvent pas y accéder) sans garantie de ce qui va se passer dans seulement 10 ans, on connait les aléas récents de l’économie … en quelques semaines ! … et il n’y a pas besoin d’être un riche propriétaire pour avoir assez de matériaux, il n’y a qu’à voir ce que les gens transportent aux déchetteries comme « déchets verts », ans compter les « déchets de cuisine », voire ceux des toilettes sèches…

    Biogaz a partir excrément humain en Indes 13min18

    https://youtu.be/LsThe38BRbk

    [youtube http://www.youtube.com/watch?v=LsThe38BRbk&w=560&h=315%5D

    http://www.toilettesdumonde.org

    • Agoaye

      4 septembre 2015 at 21 h 51 min Répondre

      Ah quand même !
      Merci pour ce lien très intéressant….
      C’est très (trop?) technique encore pour ma seule action, mais c’est bon à savoir…

Post a Comment