Dialogue solo


Ma vie d'associale, Ma vie de célibataire / mardi, mars 7th, 2017

Si j’y réfléchis bien, je n’ai jamais demandé à ce que tu fasses partie de ma vie…
Parfois je me réfugiais vers toi, c’est vrai, mais en aucun cas ce n’était un appel pour que tu t’installes définitivement !
A quel moment est-ce que notre relation est devenue sérieuse exactement ?
Qu’est-ce qui t’a fait croire que je voudrais passer le restant de mes jours avec toi au juste ?

Soyons clairs, je ne te jette pas la pierre, je sais pertinemment que j’ai ma part de responsabilité dans ton installation. Ce n’est pas QUE ta faute, tu ne t’es pas imposée avec force.
Non en fait tu t’es plus insinuée… Et c’est  un peu vicieux quand même quand on y pense non ?

J’ai pris la place vacante, voilà tout ! Tu as souvent été bien contente de me trouver.

Oui, bien sûr… Je ne suis pas en train de faire ton procès, ce n’est pas ça.
Nous avons vécu de bons moments, ou en tout cas j’ai fait en sorte de ne pas seulement être triste à tes côtés, et tu m’as tellement appris que forcément, je ne peux pas renier ces années.

Si tu es telle que tu es aujourd’hui, avec toutes ces forces qui font de toi une femme indépendante, c’est grâce à moi, ne l’oublie pas !

Certes oui, je sais.
Mais il y a aussi les faiblesses et les abîmes de détresse… Et celles-là aussi je te les dois. Et ça non plus je ne l’oublie pas !!

Tu t’en sors bien. Tu m’as apprivoisée assez rapidement.
Tu sais que d’autres ne me supportent pas ? Tu sais que tu aurais pu tomber bien plus bas ? Tu sais que certains préfèrent ne plus continuer à vivre plutôt que de se retrouver face à moi ?

Oui. Je sais.
Cependant ce n’est pas toujours facile… Et j’aimerais parfois que tu laisses un peu la place à quelqu’un d’autre…

Mais qui ma pauvre enfant ? Il n’y a personne…
Tu es trop tout. Tu l’oublies déjà ? « too much » qu’on t’a dit…. « ingérable » aussi… « psychorigide », « chiante », « invivable », « misanthrope », « incompréhensible », « immature », « manipulatrice »…
T’as oublié tout ça ?

Non mais…

Pas de mais ! C’est ainsi que tes compatriotes te voient, et en plus de tous ces défauts qui font partie de ton caractère, tu te permets de rajouter tes états d’âme par dessus : une couche d’exigences et un voile teinté de dépression…
Qui en voudrait ?

Ben répond ! Qui ?
Il n’y a que moi qui puisse te tenir compagnie !

Il y a eu des gens qui m’ont comprise… Il y en a eu aussi qui m’avaient acceptée…

Oui, et où sont-ils aujourd’hui ?

Ben…

Voilà ! Alors arrête un peu de te morfondre sur ton sort et accepte une bonne fois pour toutes la vie que je te propose…
En plus tu reconnais qu’elle t’apporte beaucoup, pourquoi continuer à vouloir en changer ? C’est un peu comme cracher sur la main qui te nourrit…

Tu te souviens tout ce que nous avons appris ensemble ?

Oui, bien sûr… Tout ce que j’ai construit je l’ai fait avec toi.

Eh oui : ton appart, ton boulot… Rien que ça déjà !! Et tous tes savoirs-faire….
Tiens, encore hier ! On a appris quoi toutes les deux hier ?

A ouvrir des huîtres.

Et tu y arrives comment ?

J’y arrive bien, à part pour la première je n’ai cassé aucune coquille.

Et alors, c’est pas satisfaisant ?

Ben si… Mais en le faisant je pensais toujours à l’éventualité de partager ça avec quelqu’un.

Tu es épuisante. Merde. Comment faut-il que je te le dise ?
Arrête de te faire du mal, notre cohabitation sera plus facile à vivre quand tu ne chercheras plus constamment un endroit où l’herbe est plus verte !
C’est comme ça, on y peut rien.
On est faites pour vivre ensemble et pour toujours ! On a grandit ensemble, on vieillira ensemble et on mourra ensemble. Fais toi à l’idée !

Oui, pardon, parfois j’espère que…

Ben n’espère plus, t’as plus 16 ans. Et cesse de perdre ton temps à essayer de négocier avec moi, c’est peine perdue et tu le sais bien.
Allez, faut qu’on range l’appartement pour récupérer ton simulacre de compagnie ce soir, je te rappelle qu’on va chercher Blogo chez ta mère à 18h.


C’est ainsi que ma solitude et moi nous remettons au boulot (on va commencer par le bureau je pense)

Rendez-vous sur Hellocoton !

33 réponses à « Dialogue solo »

  1. Bon allez un petit désaccord ca faisait longtemps. Tu ne finiras pas seule.
    J’en suis persuadé. Je suis même disposé à parier de l’argent.

      1. Tu m’as fait sourire c’est déjà ca.

        Nous verrons bien. Tu te souviendras de notre discussion quand ton blog sera devenu un blog de maman un peu relou?

        Après relecture je tiens à préciser afin de te rassurer que je ne te fais aucune proposition.

          1. Pardon. Ce n’était absolument pas le but recherché….

            Mais sinon une amie est devenue mère pour la première fois à 40. Le deuxième à 42.

            Bon je ne veux pas te faire peur donc je change de sujet…

    1. Bon et sinon une bière devant le foot?

      Par contre je déconseille de crever seule. Si tu veux vraiment partir de manière classe il te faut 5 ou 6 chats de plus. Rien que pour bien faire chier ceux qui devront nettoyer après la découverte de ton corps 15 jours après ton décès.

        1. Je sais mais je pensais aux besoins que feront les chats dans tout l’appart (oui je sais blogo est propre mais ce n’était qu’une blague pourrie donc pas besoin d’être réaliste).

    1. Et bien j’ai fait beaucoup d’effort pour mon beau frère mais je ne comprends rien à ce sport.
      Mon cerveau n’est capable de comprendre que le foot. Et plus je supporte une équipe qui perd assez souvent donc la bière aide à oublier la déception.

      Mais je ne suis pas déprimé. Bien au contraire.

  2. Rien n’est définitif dans la vie ! J’ai souvenir d’avoir été une ado, une jeune adulte très solitaire, aujourd’hui je n’ai plus assez de jours en semaine pour voir tous mes amis.

  3. Nathalie a dit récemment que FB quelque chose de tellement sensé : nous sommes toute une communauté à te suivre, te « soutenir ». Je comprends ta règle de séparation de la blogosphère et de la vraie vie mais à un moment donnée si ta solitude te pèse tant rien ne t’empêche de faire une entorse à cela pour t’ouvrir de nouveaux horizons ;)
    La solitude subit n’est pas un mode de vie !

    1. Une entorse est quelque chose de tordu, qui fait souffrir et qu’on doit ensuite réparer durant une longue période d’immobilité forcée pour ensuite retrouver l’état dans lequel nous étions avant l’accident.
      Donc non.

  4. Je suis plutôt solitaire aussi tu sais et j’y suis arrivée ;) Et paradoxalement, cette solitude qui aurait pu me tuer je l’aimais aussi beaucoup par moment. c’est assez paradoxal mais je te comprends. pourtant rien n’est jamais définitif !
    <3

Répondre à Mouss et Compagnie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.