Être l’exception.

bambouJ’ai abandonné l’idée d’être exceptionnelle lorsque je me suis rendue compte de tout le travail de manutention que cet état exigeait. Il n’y a pas à dire, j’ai malgré tout un côté paresseux que je dois prendre en compte.

Je ne veux donc pas être quelqu’un d’exceptionnel, mais je m’applique particulièrement à être l’exception !

De toutes façons, je pense sincèrement y avoir été prédestinée. Affublée de ce prénom à la con et munie d’un seul parent, élevée en enfant unique dont le plaisir ultime était d’écouter pousser les petits pois, il n’y a pas à dire, la différence était flagrante en comparaison de la vie des autres enfants.

Au fur et à mesure de mes affirmations en tant qu’individu (en grandissant quoi…), j’ai finalement assumé cette différence, me rendant compte de sa valeur et en tentant donc tout naturellement de la sublimer.
Ça, c’est le premier point.

Le second verso de la pièce c’est ma maladive recherche de la perfection. Je pense que Môm me l’a filé et que maintenant elle se repose un peu sur ces lauriers car je la trouve moins exigeante ces temps-ci. Pas moi !
Moi je dois assurer en tout et pour tout, tout le temps. Dans n’importe quel domaine donc : dans mon taf, en cuisinant, ici, avec mes relations amicales, dans mes créations, pendant le cul…
Je ne vais pas lister les avantages et les inconvénients de cet état de fait, il y en a par centaines.

Mais vous avez compris l’idée : Je cherche à être performante et différente. Efficace et dont on se souvient. Le poids des mots et le choc des photos (ah non, c’est pas moi ça).

Alors comment est-ce que je m’y prends ? Bah de manière passionnée, comme tout ce que je fais. Déjà si on a la passion, une petite touche toute spéciale est rajoutée au départ, c’est naturel.
Ensuite il faut savoir ne pas en faire des caisses non plus. Trop de « remarquez-moi » tue le « remarquez-moi », si votre public vous trouve naturellement intéressante, alors un très gros point est marqué.
Enfin il faut avoir confiance en soi (et donc s’aventurer dans des domaines familiers et dans lesquels on est sûrs de briller -même si c’est une certitude toute personnelle) Exemple : je ne sais pas danser mais je suis spirituelle, entre une discothèque ou un bar lounge pour un premier rencard, le choix est calé.

Cette volonté d’être l’exception est quelque chose de permanent, une espèce d’état latent, en veille, tout le temps, qui me permet de m’animer et de me faire sentir vivante.
Or, je n’ai pas le désir d’universalité. Je veux bien être l’exception aux yeux de certaines personnes dans un domaine en particulier tandis que si une autre me voit comme une personne aussi banale qu’une cerise dans un arbre, je ne m’en chagrinerais pas.

Je veux être l’exception pour les gens que j’aime.
Je veux être l’exception pour les personnes que j’estime.
Je veux être l’exception pour les figures admirées.

Même une toute petite exception de rien du tout (Nedjma qui me dit que je fais les meilleures lasagnes du monde, une collègue qui me pique une séance d’histoire parce qu’elle la trouve super, un parent qui me félicite pour mon sapin de noël décalé et original pour la classe…). Mais une exception quand même…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

16 Comments

  • flipperine

    28 avril 2015 at 23 h 51 min Répondre

    le tout est de savoir s’affirmer, d’avoir confiance en soi c’est déjà une grande chose

    • Agoaye

      1 mai 2015 at 18 h 11 min Répondre

      Oui, c’est le premier palier, effectivement

  • fedora

    29 avril 2015 at 7 h 02 min Répondre

    Une blogpine qui trouve tes cheveux géniaux ? ça compte aussi ? ;)

    • Agoaye

      1 mai 2015 at 18 h 12 min Répondre

      Oui, ça compte <3 <3 (tiens je suis en train de changer de couleur d'ailleurs...)

  • Ragnagna

    29 avril 2015 at 9 h 59 min Répondre

    On veut tous être exceptionnel je pense ^^ Surtout pour les gens qu’on aime, qu’un ami, un parent voir un amoureux nous disent « tu es banal » pan dans les dents quoi…
    Le perfectionnisme est une plaie, je plussoie. On l’est beaucoup ici et ça rend juste soi-même malheureux…

    • Agoaye

      1 mai 2015 at 18 h 13 min Répondre

      Oui, on ne m’a jamais dit ça (heureusement…) mais on m’a déjà sorti que j’étais prévisible… Rha ça m’a énervééééééée !!!

  • Wuagift

    29 avril 2015 at 11 h 06 min Répondre

    Du moment que ta passion n’alimente pas une forme de crispassion (imperfection orthographique inside)…

    • Agoaye

      1 mai 2015 at 18 h 17 min Répondre

      Joli :) J’ai mis longtemps pour comprendre, mais joli :)

  • Trenty

    30 avril 2015 at 14 h 19 min Répondre

    Tu te met une sacré pression.

    • Agoaye

      1 mai 2015 at 18 h 22 min Répondre

      Ouais hein ? après on s’étonne que je pète régulièrement les plombs, c’est usant…

      • Trenty

        4 mai 2015 at 16 h 03 min Répondre

        Faut que tu arrive à lâcher du leste et t’autoriser à ne pas être une exception ;)

        • Agoaye

          4 mai 2015 at 18 h 33 min Répondre

          Et ça va commencer au boulot je pense…

  • […] crois que je vais continuer à m’appliquer en tout ce que je fais plutôt […]

  • […] sens esthétique – mardi : je suis ponctuelle… Super, c’est forcément avec ça que je vais changer le monde ! Bref je trouve ça naze) Je n’ai pas marché non plus. Je voulais et puis chez moi […]

  • […] suis souvent en colère après moi (l’inconvénient d’être perfectionniste) mais encore plus fréquemment à cause d’autrui, ces gens qui interfèrent dans ma vie alors […]

  • Adieu année 2015 | Blog Agoaye

    31 décembre 2015 at 10 h 02 min Répondre

    […] profil sur Hellocoton regroupant 302 abonné(e)s et ayant comptabilisé 4 grandes Une (« Être l’exception« , « Maladie nostalgie« , « De pourquoi les week-ends […]

Post a Comment