Fadasse

Pour tout vous dire, je n’ai plus envie de rien.

Je trouve que ma vie est fadasse, mes projets inutiles, mon avenir inintéressant.

Alors du coup j’ai pas envie. Tout ce que je fais est mécanique et je ne l’effectue que si j’en suis vraiment obligée (manger – dormir – me laver – aller bosser), le reste passe après, ou pas du tout…

Quand je me recule afin d’avoir une vue d’ensemble, je me rends compte que la globalité de ce que je vis est fadasse, les jours passent et se ressemblent. Mes seuls vrais plaisirs se situent dans mes aventures oniriques, je continue à bien rêver, à de jolies choses, à tout ce que je n’ai pas.

Je ne suis plus du tout intégrée dans mon équipe au boulot. Mon ancienne collègue s’est définitivement accroché à un autre rocher, une autre prof. Je préfère bosser seule, éperdument et seule dans ma classe durant la pause du midi. Au moins j’avance.
Heureusement que mes élèves sont comme ils sont, ils vont me manquer et j’aime tellement mon ambiance de classe.

Niveau finances j’ai essuyé quelques dépenses imprévues (la vidange de ma voiture, le remplacement de ma puce de vidéoprojecteur) qui m’ont creusé un fossé dantesque dans mon budget déjà serré.
Il me reste environ 100€ pour le mois, pour la bouffe, pour les loisirs (je pense pouvoir oublier ce mot) et pour l’essence.
Une austérité que je subis bien trop souvent ces temps-ci…

Je suis en train d’atterrir de cette espèce de fausse euphorie merdico-fleur-bleue que les 4 pauvres échanges de SMS avec un dépanneur automobile ont engendrés. Non ce gars ne s’intéresse pas à moi, ni lui ni aucun autre.
Je n’ai plus la force suffisante de continuer à chercher sur les sites, je n’y crois clairement pas, alors mes tentatives ne sont que pitoyables mascarades.
Quelqu’un me manque, mais ce quelqu’un coupe les ponts sans l’assumer. Je peux comprendre qu’il ne puisse plus y avoir de sexe entre nous, mais son amitié me manque, cette résignation là est bien difficile.

Je vois peu mes amis. Il m’en reste quelques uns, trois en fait, avec lesquels je m’étonne de garder des liens, même si c’est rare, même si c’est difficile, et en dépit de tous les énormes changements qu’ils rencontrent en ce moment dans leur vie (un nouveau poste + déménagement, un bébé, une nouvelle amoureuse + plein de voyages)…
Mais je ne sais pas y faire, j’ai pas envie de déranger. Bien souvent les appels viennent d’eux. S’ils arrêtaient de vouloir me parler, je ne suis pas sûre de faire le premier pas.

Donc je ne sors pas, je ne ferai pas de courses, je n’irai pas boire des verres, en terrasse ou en sous-sol, pas de restos, pas de musées, pas de concerts non plus, pas d’échanges et pas de rires.
Je rentre chez moi et je parle à mon chat, (ou à ma mère parfois au téléphone) et puis je prépare des pâtes, ou des patates avec un verre pour que ça me semble moins triste… Et je me mets devant une série, en ronchonnant contre le félin qui réclame de nouveau à manger 2 secondes après avoir fini sa gamelle. Parfois même je l’enferme.

Et puis je vais me coucher, tôt parce que j’ai mangé tôt, et puisque c’est le plus beau moment de ma vie, le rêve de cette nuit, autant en profiter un maximum…

Je ne prends toujours pas de traitements, je suis toujours seule dans mon médiocre petit combat, et si je fais le compte des crises de larmes et des vagues sourires, je crains d’échouer magistralement. Je ne me rappelle plus de la dernière fois où j’ai ri !

Je vois deux psy. Celui que je paye me donne l’impression de ne me servir à rien. Il m’écoute, ne me parle presque pas. J’suis même pas sûre qu’il ait un plan d’action avec moi tant je ne sens rien, je me demande si je vais continuer.
Celui que je ne paye pas m’a été attribué par le CMP. Je ne l’ai vu qu’une fois et nos rendez-vous sont espacés de 3 semaines. Mais ma première impression a été bonne, il m’a annoncé vouloir travailler sur le plan cognitif avec moi. Je ne veux pas me faire d’illusions. Pas encore.

Toutes ces raisons pour vous dire que je n’arrive presque plus à être là. Je n’ai pas envie de me plaindre en permanence sur le blog et c’est pourtant l’impression que j’ai. Alors je le délaisse, alors je m’éloigne.
Pour les mêmes raisons j’ai un mal fou à continuer à tenir la barre de mon projet annuel Un défi ou un écrit. Petit à petit je sens le projet couler et je m’en veux de vous laisser couler avec lui.
Alors pardon

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush…
Dans notre monde, la réalité est bien différente !

26 Comments

  • julien

    7 juin 2016 at 8 h 27 min Répondre

    Bonjour,

    je pense parler au nom de tes lecteurs :

    On se sent bien impuissants. On voudrait t’aider mais on ne sait pas comment.
    Je te proposerais bien des échanges par mails mais ce n’est pas ce que tu veux.

    Je sais bien que c’est facile pour nous a distance mais je suis persuadé que ca va aller. T’es quelqu’un de bien. Tu vas t’en sortir.

    • Agoaye

      3 juillet 2016 at 21 h 20 min Répondre

      Merci beaucoup pour ton message.
      Moi non plus je ne sais pas comment m’aider alors…

  • Mouss et Compagnie

    7 juin 2016 at 10 h 05 min Répondre

    Ma chérie d’amour !!!
    c’est malin manan je banne (je crois qu’il ne me faut pas grand chose en ce moment certes, mais ce pas grand chose là est énorme !!) Si tu savais comme j’ai envie de te serrer fort dans mes bras… pas fort douloureusement, fort rassurant, avec les doigts des mains écartés pour couvrir le maximum de ton corps endolori… Une main en haut du dos, l’autre en bas, ta tête appuyée sur mon épaule pour que tu puisses te vider de tes larmes et du reste autant que tu pourrais en avoir besoin… (oui je décris parce ce que je veux que tu t’imagines la scène, c’est tout ce que je peux faire moi, de l’autre côté de mon écran :'( )
    Je voudrais te montrer les bébés de Lily-la-chatte, que tu respires l’air frais de mon jardin, que tu puisses pleurer encore et encore jusqu’à ce que cela ne soit plus que de joie… Mais je suis loin, et tu as pris tellement soin de te cacher de nous (ce que je comprends hein ? ce n’est pas du tout un reproche ;) mais du coup y’a une distance supplémentaire qui nous empêche de t’aider…)
    Que te dire de plus ? que je suis là, (et y’a pas que moi), que tu peux compter sur moi, bien que je sais déjà que ce n’est pas ce dont tu « rêves »…
    Je te fais un gros bisous et … pffff, la rue tourne, ça va aller, courage… ça sonne creux tout ça… on te les a sorti whatmille fois et ça n’aide pas… alors voilà, juste je te fais un gros bisous… <3

    • Agoaye

      3 juillet 2016 at 21 h 19 min Répondre

      Il m’a fait pleurer ton message quand je l’ai lu la dernière fois. Et encore aujourd’hui alors que je le relis pour y répondre.

      Je ne sais pas quoi dire finalement à part « merci », plein de mercis même.

      C’est encore difficile.

      • Mouss et Compagnie

        4 juillet 2016 at 21 h 25 min Répondre

        bah, si ce sont des pleurs qui te font du bien tant mieux, parce que je n’écris pas des messages de réconfort pour qu’ils te rendent malheureuse !!! mais même si c’est difficile, je sens que tu tires le bon bout et que tu te bats ! alors ça c’est cool ! :) tu recommences à répondre aux comm’ et ça, ça fait super plaisir :D bientôt les vacances, tu vas souffler et remonter la pente, petit à petit ! il faut te faire confiance <3
        et, y'a vraiment pas de quoi… j'ai fais ce que je pensais devoir faire… on a tous nos moments de bas et j'ai aimé qu'une main se tende vers moi quand j'en avais besoin, même si avec tes nombreux lecteurs tu as du coup de nombreuses mains tendues, ça en faisait une de plus pour te maintenir la tête hors de l'eau ! des gros bisous !!

  • Guillemette Allard-Bares

    7 juin 2016 at 11 h 46 min Répondre


    Toutes mes pensées…

  • zenopia

    7 juin 2016 at 12 h 33 min Répondre

    Prends soin de toi…
    <3

  • Emilia

    7 juin 2016 at 13 h 45 min Répondre

    Tu es apparemment dans le creux de la vague mais comme il faut avancer il faudra bien que tu remontes!!! C’est la pluie! C’est les inondations! Il te faut du soleil, de la tong et du mojito !!! Dès que juin aura fini de deprimer avec Mai, on pourra peut etre avoir sa dose de luminosité et kiffer la life!! j’espère que tu vas vite te sortir de cette phase car tu as de la volonté, de la creativité, et l’ecriture, ici ou ailleurs, te sauvera toujours du vide!

    • Agoaye

      3 juillet 2016 at 21 h 17 min Répondre

      Je te remercie pour ton commentaire.
      Je ne suis toujours pas très optimiste…

  • Marie Kléber

    7 juin 2016 at 14 h 17 min Répondre

    Je t’envoie de douces pensées pleines de chaleur humaine, des petits mots pour te dire que tu comptes pour nous en tous cas, que ta présence à nos côtés signifie quelque chose. Et que laisser de côté quelque temps un projet, un endroit ne signifie pas que tu abandonnes le navire, mais plutôt que tu as besoin de temps pour toi. Prends ce temps pour toi, pour prendre soin de toi.

    • Agoaye

      3 juillet 2016 at 21 h 16 min Répondre

      Merci.
      Mais quand le « quelque temps » devient trop long, c’est de plus en plus difficile de revenir

  • Petite ombre

    7 juin 2016 at 14 h 18 min Répondre

    je suis suivie aussi dans un CMP… gratuit donc! Sur el coup on peut penser que comme on paye quedal, on obtiendra pas de résultats, qu’ils s’en foutent…
    Moi ça m’a beaucoup aidé, cela fait un an bientôt que j’y vais, et grâce à eux, peu à peu j »ai pu remonter… je t’encourage donc à ne pas lâcher!
    que te dire? tu vis apparemment vraiment une très mauvaise passe… Je te souhaite d’en sortir le plus vite possible… De tout coeur je suis avec toi !!

    • Agoaye

      3 juillet 2016 at 21 h 16 min Répondre

      J’aimerais bien que ça fonctionne… Même si les rdv sont déplacés et annulés, que le suivi n’est pas aussi sérieux…
      Si la technique marche j’essayerai de voir ce psy en dehors, même en payant et en arrêtant l’autre.
      Je ne sais pas

  • Yasmine

    7 juin 2016 at 16 h 17 min Répondre

    Que je te comprends, tout ces gestes que l’on fait par habitude. Tout ces moments que l’on vit ou l’on subit justement pour ne pas toucher le fond, mais c’est tellement mécanique qu’on ne se rend même pas vraiment compte de notre état. Lutter pour trouver quelqu’un, compter le moindre de ses sous, refuser des sorties, tout ça petit à petit fait que l’on s’enferme. Malgré tout il faut essayer de se tenir debout avant de complètement sombrer. Et je sais que ce n’est pas évident. Je découvre ton blog et commence les écrits,et en ce qui me concerne c’est bénéfique. Tu n’es pas inutile du moins pour nous. J’espère sincèrement que tu arriveras à te retrouver, le chemin est long mais pas impossible bises

    • Agoaye

      3 juillet 2016 at 21 h 14 min Répondre

      Je te remercie de ton commentaire.
      Je suis peu présente parce que je continue à me battre, mais j’essaye de continuer au moins les RDV écrits.

  • Desp

    9 juin 2016 at 10 h 18 min Répondre

    En cas de sinistrose, il faut passer le premier album de Bulldozer à fond (éviter par contre les Spurts et leur morceau « conseils pour un suicide réussi »)

    On a tous des passages à vide, où l’on préfère se morfondre que de prendre le taureau par les cornes, je suis pas sûr qu’un psy aide vraiment dans ces cas là. Bon courage en tout cas, c’est la première fois que je balance un commentaire mais je suis ton blog depuis un moment et je trouve que tu écris bien mieux que nombre de collègues profs ;)

    Profite des vacances qui approchent pour changer d’air!

    • Agoaye

      3 juillet 2016 at 21 h 13 min Répondre

      Merci beaucoup pour ton commentaire.
      Je ne connais pas ta suggestion musicale, je vais me la noter dans un coin !

  • Esther Ka

    10 juin 2016 at 18 h 48 min Répondre

    je te lis…

  • la farfa

    11 juin 2016 at 20 h 22 min Répondre

    Prends soin de toi, laisse toi du temps. Et t’inquiète pas pour tes lecteurs, te culpabilise pas. <3

  • Trenty

    16 juin 2016 at 17 h 52 min Répondre

    :-* courage.

    Je te souhaite de t’en sortir

    • Agoaye

      3 juillet 2016 at 20 h 48 min Répondre

      Merci.
      C’est pas gagné. Mais merci

Post a Comment