Grosse fatigue.

ccC’est de mon lit que je vous écris. Je n’ai même pas le courage de traîner ma grande carcasse jusqu’à mon bureau, situé à 3 mètres de là, c’est dire si mon titre est bien choisi !

Le courage m’a fui, les envies ont déserté mon pauvre être et la volonté est si loin que je ne me rappelle plus comment la faire revenir.

Mais que se passe-t-il ?

Alors c’est vrai qu’au début de la semaine, j’ai été bien malade, un début de sinusite comment j’en ai 6 fois par hiver, quelque chose que j’ai vu venir et que j’ai commencé à traiter bien avant d’avoir une prescription de médocs. Je prends de l’homéopathie, des gouttes, j’me fais des massages des pommettes aux huiles essentielles, bref, je prends les choses en main quand même ! Je suis chez moi, au chaud, j’me repose… Bref je guéris doucement.

Mardi soir j’ai eu du monde à diner : je vous avoue que c’était un peu difficile, mais j’ai pris des cachets plus forts (anti-inflammatoires)  pour supporter la soirée. Mais à 21h00 j’avais l’impression qu’il était minuit et je ne pensais qu’à foutre mes invités dehors. Comme je suis une hôtesse parfaite, j’ai tout de même attendu 21h30.

Aujourd’hui je devais bosser, j’avais prévu le coup, j’étais au lit à 22h00, me suis endormie vers 23h00. Raisonnable moi je trouve !! Malheureusement, lorsqu’on m’a appelée pour me filer mon remplacement, j’ai cru à un coup de masse sur la tête, pleine de sérieux je me lève, me lave, m’habille et commence à prendre le chemin de la voiture mais tout était flou, embrumé, comme si j’étais sous somnifères et que je luttais pour rester éveillée.
La confusion était là aussi : mais quel jour sommes-nous ? où suis-je garée ? dans quelle école je vais déjà ? de quelle ville ? Les vertiges ont parachevé le tableau : obligée de me tenir aux murs : Je ne sais pas trop ce qui tournait au final (le sol, les murs, ou moi) mais c’était trop !

J’ai failli me vautrer dans les escaliers et arrivée dehors je me suis rendue compte que je n’avais ni manteau ni lunettes, je me suis finalement résignée, j’peux pas y aller : vous m’imaginez à l’ouest devant 30 élèves ? je vais me faire bouffer…

Alors j’ai rappelé, j’y suis pas allée et j’me suis recouchée. Je viens seulement de me réveiller (et dans le même état)

Donc là, je me demande vraiment ce qui se passe…

  • J’ai passé la semaine tranquille, ce ne sont donc pas les conséquences d’un gros effort !
  • Je bois plus d’un litre de jus d’orange par semaine, le manque de vitamine D n’est donc pas incriminé
  • Je ne suis pas partie dans un quelconque pays tropical où je me serais fait piquer par une mouche indigène
  • J’ai embrassé personne depuis plusieurs mois, exit donc la mononucléose
  • A part ça et mes tout petits problèmes de midinette girly, j’me prends pas trop la tête donc je ne pense pas être revenue en dépression

Idéalement je voudrais faire des examens, mais mon médecin accusera encore mon hypocondrie habituelle et me dira que ce n’est qu’un coup de mou et que ça passera. Mais cette fois je suis vraiment super dans le coton !

Et vous, vous pensez que ça peut être quoi ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

14 Comments

  • Mahelvic V

    6 décembre 2013 at 12 h 52 min Répondre

    C’est ce qui s’appelle un gros coup de mou… Une petite cure de vitamines te ferait sans doute du bien !!! Et si ça passe pas, medecin…
    Allez courage ! ;-)
    ps : pour la mono, je l’ai eu et sans roulage de pelles ! C’est comme une grosse angine au départ. Et une grosse fatigue ensuite. Détectable qu’avec une prise de sang.

    • agoaye

      6 décembre 2013 at 12 h 54 min Répondre

      Je vais insister pour faire une prise de sang !

  • unicks

    6 décembre 2013 at 12 h 27 min Répondre

    aucune idée mais si ça perdure j’irais voir le médecin quand même (et la mono ne s’attrape pas forcément en embrassant donc c’est peut-être ça quand même).

    • agoaye

      6 décembre 2013 at 12 h 31 min Répondre

      Ohhhh non, quitte à avoir la mononucléose autant que ce soit après un super roulage de pelle quand même !!

  • Ragnagna

    6 décembre 2013 at 12 h 27 min Répondre

    Sais pas du tout moi j’ai que des trachéites l’hiver et ça fait pas ça :?

    • agoaye

      6 décembre 2013 at 12 h 32 min Répondre

      Comme tu as de la chance de n’avoir que des trachéites, tu veux pas échanger contre mon combo « sinusite/angine/bronchite » ?

      • Ragnagna

        6 décembre 2013 at 18 h 16 min Répondre

        Sans façon merci bien !! ;)

  • G33k

    6 décembre 2013 at 15 h 33 min Répondre

    Ca peut aussi être le contre-coup du début de semaine ou une grippe ?
    J’avais un truc qui ressemblait à ça (les courbatures en plus) à l’époque de la grippe A.
    Heureusement c’est le WE pour se reposer ;-)

    • agoaye

      7 décembre 2013 at 21 h 42 min Répondre

      Ouais mais un samedi à faire visite chez le doc et labo d’analyses c’est pas si reposant :(

  • Enora Cloud

    6 décembre 2013 at 16 h 47 min Répondre

    ça ressemble à un gros état grippal :s

    • agoaye

      7 décembre 2013 at 21 h 43 min Répondre

      Généralement je ne suis pas sujette à la grippe (j’ai droit au vaccin gratuit tous les ans et je ne le fais jamais)

  • EmilieSunnynefillesanschichis

    6 décembre 2013 at 19 h 16 min Répondre

    Peut être un gros coup de fatigue du au stress qui a influencé?

    • agoaye

      7 décembre 2013 at 0 h 31 min Répondre

      Je ne sais pas mais tu vois, je devrais sortir ce soir et je pense que je vais me défiler car je me sens très très mal

  • […] merde, qu’est-ce qui se passe ? Est-ce que mon monstre de dépression est toujours là ? tapi dans mes tréfonds, juste à attendre le moment où ça me fera le plus […]

Post a Comment