Je rêvais d’un autre monde – épisode 10

016Retour en quelques épisodes sur mon aventure en rassemblement auto-géré dans les Cévennes.

Durant 15 jours, nous avons été quelques milliers à partager une aventure humaine extrêmement intéressante.

J’ai choisi de tout vous raconter (mon vécu, mon ressenti), chaque mercredi pour les 16 semaines à venir.


 Jour 10

Matin.

Je n’ai pas si mal dormi que ça, mais en me réveillant j’étais un brin malade… Le changement de nourriture sans doute. Du thon après 10 jours de végétalisme, ça ne pardonne pas.
J’ai pris un comprimé d’ultra-levure pour m’aider à tenir le coup, j’ai entendu plein de gens hier dire qu’ils n’étaient pas très bien, je n’ai pas envie d’y passer. Je pense que je vais même aller acheter des bouteilles d’eau à l’épicerie du rassemblement.

En effet, au centre du camp, dans un bâtiment en dur il y a une petite épicerie tenue par les bénévoles. On y trouve tous les produits de première nécessité, de la nourriture mais aussi des produits de toilettes. Bio et issus des producteurs locaux bien évidemment. Je n’étais pas encore allée y faire un saut, c’est l’occasion.

Je retrouve ma tente qui a en effet essuyé un sacré courant à cause de l’orage hier. La plupart de mes fringues qui étaient posées par terre dans la tente ont épongé, je n’ai plus grand chose de sec. J’étends, je pose au soleil. Mon campement se transforme en vitrine de fripier.

Elle a commencé étrangement cette journée… Je ne reconnais plus personne. Les visages auparavant connus et amicaux avaient été comme balayés par la grosse pluie. Il y a beaucoup de nouveaux, je ne trouve personne à qui dire bonjour.
J’ai comme une impression curieuse.

Après-midi.

Je vais faire un tour du côté des artisans, en me disant qu’il serait temps d’acheter les cadeaux que j’avais déjà repérés pour mes amis de Babylone.
Mais les stands ont changé aussi, des nouveaux sont arrivés et je ne retrouve plus la boucle d’oreille du Chakra du cœur sur laquelle j’avais tilté pour l’une de mes collègues.
Par contre j’ai trouvé des plumes, pour cliper dans les cheveux, je m’en achèterai deux quand je reviendrai plus tard avec Sacha.

Je retrouve mes amis peu après, j’ai décliné l’invitation de Vincent d’aller au lac et je me suis retrouvée seule à seule avec Sacha durant tout l’après-midi. Il me fait du bien !

Un burger végan (j’y prends goût) et puis nous nous embarquons pour une visite botanique.

Nous parcourons les environs avec un guide botaniste à la découverte des plantes de la région. C’est extrêmement intéressant, et malgré la chaleur incroyable qui nous retombe dessus aujourd’hui, j’arrive à retenir de nombreuses choses passionnantes :

  • La feuille de noyer est un excellent antiparasitaire et ne connait aucune contre-indication, on peut donc en faire une décoction à appliquer directement sur la peau et le pelage des animaux concernés (chats, poules, chiens, chevaux…)
  • Les feuilles de vigne et de tilleul sont comestibles et peuvent se manger en salade.
  • Le plantain est un excellent antihistaminique.
  • Il y a deux sortes de sureaux, l’un toxique et l’autre comestible, ils se différencient à l’orientation de leurs feuilles.
  • L’amarante est une plante magique. On en mange les feuilles mais on en récolte les graines que l’on peut préparer sous différentes formes. Il s’agit également de la seule plante capable de résister aux Round-up (désherbant chimique et mortel) tant et si bien que les camarades en ont semé volontairement dans les champs de cultures OGM anéantissant ainsi la majeure partie des récoltes.

Soirée.

Après la balade, nous avons grignoté une tartine de miel, une part de pizza et un peu de riz pilaf tout en restant spectateurs du cercle de réunification hommes-femmes.
Sacha a voulu y participer au bout d’un moment, je l’ai timidement suivi et me suis retrouvée dans le cercle durant un « Ohm » majestueux.
Ce que j’ai ressenti était vraiment particulier. Je suis toujours spectatrice, je ne suis pas spirituellement impliquée dans ces célébrations, mais la puissance de ce son, sa vibration et tous ces gens réunis… C’est quelque chose !

Je perds Sacha dans la foule du cercle et retrouve Fred et ses amies pour manger.
Je n’ai toutefois pas participé beaucoup aux conversations, c’est comme si je savais que je n’avais pas grand chose d’intéressant à dire, je me suis donc tue. Et je ne les écoutais que distraitement… La fatigue sans doute.

Il re-pleut
Je reste dans ma tente.


À suivre mercredi prochain.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush…
Dans notre monde, la réalité est bien différente !

7 Comments

  • Céline Bricabrac

    28 octobre 2015 at 14 h 06 min Répondre

    Merci pour les infos Mme la botaniste ! je vais pouvoir me la raconter grâce à toi !

    • Agoaye

      28 octobre 2015 at 14 h 29 min Répondre

      Ben c’est pas de moi hein, mais du monsieur génial qui nous a baladés (gratuitement, j’ai oublié de le préciser, de toutes façons tous les ateliers étaient gratuits)

  • fedora

    28 octobre 2015 at 21 h 16 min Répondre

    Ce rassemblement me semble décidément enrichissant tant humainement qu’intellectuellement…

    • Agoaye

      29 octobre 2015 at 11 h 24 min Répondre

      Oui, voilà, c’est exactement ça

  • flipperine

    29 octobre 2015 at 19 h 06 min Répondre

    il y a tout de même beaucoup d’occupations

    • Agoaye

      30 octobre 2015 at 12 h 57 min Répondre

      Énormément, je n’en ai presque pas faites !

  • […] ainsi que pendant mon festival hippie j’ai absolument tenu à vivre sans horaires, j’ai passé 18 jours sans avoir la moindre […]

Post a Comment