Je rêvais d’un autre monde – épisode 9

018Retour en quelques épisodes sur mon aventure en rassemblement auto-géré dans les Cévennes.

Durant 15 jours, nous avons été quelques milliers à partager une aventure humaine extrêmement intéressante.

J’ai choisi de tout vous raconter (mon vécu, mon ressenti), chaque mercredi pour les 16 semaines à venir.


 Jour 9

Matin.

Je me réveille sous la chaleur et prend mon petit déjeuner avec Sacha et l’ami d’Arnaud qui a vaguement essayé de le dragouiller sans succès.
Je n’ai pas traîné, j’étais attendue à l’accueil parking, je me suis inscrite pour y retourner, retrouver Vincent et Eric.

Après-midi.

A priori, c’était prévu, j’avais entendu certains festivaliers en parler, mais l’orage Cévenol m’a tout de même surprise. J’ai été trempée en moins de deux minutes.

Quand je pense à Albert qui nous avait appris quelques jours auparavant qu’il faut à tout prix éviter de se retrouver sous les premières gouttes de pluies car ce sont elles qui sont le plus chargées d’irradiations, je pense que je m’en suis pris une sacrée dose !

Plusieurs parties du camp ont été immergées. Plutôt que de penser à se mettre à l’abri, un bon nombre de courageux se sont mis à creuser des tranchées, à mains nues ou parfois avec des outils de fortune.
Je crois que ma tente a essuyé un courant.
Je me suis réfugiée à l’intérieur durant l’accalmie mais je n’ai pas encore pris la peine de regarder les dégâts. Mon matelas auto-gonflant n’est pas mouillé, mon duvet non plus, il me semble que c’est le principal.

J’aimerais bien que Sacha me propose de m’héberger dans son camion mais je n’ose pas aller lui demander.

Début de soirée.

Je suis en train d’écrire le déroulement de ma journée passée quand j’entends un ange gardien (un bénévole chargé des messages des organisateurs, et des renseignements) passer pour dire que ça allait pleuvoir 3 à 4 fois plus durant la nuit.
J’ai pris peur, je n’avais pas envie de passer une mauvaise nuit ou d’avoir froid : j’ai battu retraite avec un bouquin et mon oreiller.

Nuit.

J’ai quelques réserves dans ma voiture et j’en suis bien contente, je me félicite d’être si prévoyante.

J’ai deux couvertures qui m’ont permis de me mettre au chaud, une boîte de thon et des briques de chocolat à boire. J’ai regardé quelques épisodes d’Hero Corp sur mon portable mis à charger pour l’occasion (je n’arrivais pas trop à lire, j’avais besoin de réconfort, je me suis trouvée un peu désœuvrée toute seule enfermée dans ma voiture).

Je me suis vite endormie et j’ai rêvé de mes amis…

Cette journée a été un peu particulière, comme une épreuve à la bonne humeur, une façon d’avoir redistribué les cartes comme pour un nouveau jeu, une nouvelle donne.
Je me rends compte que lorsque je réussis à prendre un peu de temps pour moi comme je l’ai fait hier, j’ai tendance à accepter beaucoup plus facilement les choses qui se présentent, et ce même si elles nécessitent une adaptation que je n’avais pas prévue.

Ce n’était pas une mauvaise journée !


À suivre mercredi prochain.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

8 Comments

  • fedora

    21 octobre 2015 at 15 h 17 min Répondre

    Parfois (souvent en fait), c’est du positif qui vient d’une épreuve…
    Rien à voir mais j’adore Hero corp ^^

    • Agoaye

      21 octobre 2015 at 15 h 22 min Répondre

      Ouaaaaais moi aussi j’adore (quoi que plus ça avance et plus je trouve qu’il part dans des délires trop personnels et s’écartant ainsi de la fibre originale qui m’a plu au début)

  • fedora

    21 octobre 2015 at 15 h 27 min Répondre

    Perso c’est la 2e saison où j’ai un poil décroché… mais là ! j’aime beaucoup…
    Partir dans des délires perso : c’est un travers des Astier ça, je dirais…

    • Agoaye

      21 octobre 2015 at 16 h 02 min Répondre

      Exactement ! J’en parlais avec mon dernier crush, lui aussi était d’accord (ça ne l’a pas empêché de disparaître dans la nature d’ailleurs)

  • Céline Bricabrac

    22 octobre 2015 at 17 h 25 min Répondre

    Rho, je me demande comment tu as réussi à dormir dans ton auto (pas le choix tu me diras). Même petite, la voiture me semblait l’endroit le plus inconfortable pour piquer un somme.

    Allez, la suite !

  • flipperine

    24 octobre 2015 at 15 h 35 min Répondre

    tu as bien géré la situation

  • […] Je rêvais d’un autre monde – épisode 9 […]

Post a Comment