Journal de confinement – Partie 3


Ma vie d'associale / mercredi, avril 1st, 2020

Samedi 28 mars 2020 – Jour 11

Le Gaillac m’a fait mal à la tête, je ne m’attendais pas à ça de lui, il est bio pourtant ! je suis déçue.

Et puis j’ai fait plein de rêves étranges, je devais signer un papier que je refusais de signer et Grant (de TAPS) était très contrarié… Manifestement nous étions en couple, mais plus pour très longtemps si je ne signais pas ce papier. Et tout ça se passait dans une agence de voyage évidemment.
Bon… J’vais pas m’amuser à analyser, on est samedi !

Aujourd’hui, je ne bosse pas ! Youhouuuuuuu ! Et donc je me dis que j’allais attaquer un peu mon jardin. J’ai un gros tas de bois de l’élagage de mon prunier et si ce tas sert de planque à mon pote le rouge-gorge, il m’ampute aussi trois bon mètres carrés de terrain (sur 50 ça fait beaucoup). Et puis il empêche mes cyclamens normands de pousser, et ça, ça me chagrine vraiment !

Je suis donc sortie, j’ai vu le bois, j’ai essayé de caresser un syrphe (cadeau pour le scrabble), j’ai arraché quelques herbes qui me plaisaient moyen, j’ai coupé les rebuts de rosiers, j’ai remarqué les bourgeons de ma vigne et finalement j’ai décidé de la tailler.
En conclusion : je suis aussi concentrée lorsque je jardine que lorsque j’essaye de dormir les soirs d’insomnie… Je fais TOUT sauf ce que je suis censée faire, c’est effrayant !

Quoi qu’il en soit, je n’ai pas perdu ma journée, ma vigne a perdu 15Kg de bois mort et a gagné une coupe à la Mireille Matthieu. Au bol ! Je suis fière de moi.

En remontant, j’ai trouvé un mail de parent d’élève me demandant le boulot de lundi. J’ai donc été obligée de reprendre du Gaillac pour ne pas lui répondre avec des gros mots dedans.

Vivement les vacances…

Dimanche 29 mars 2020 – Jour 12

« Nous étions plus de 600 ce matin lorsque le jour a enfin pointé sur la base endormie. Nous devions dégager au plus vite, abandonner derrière nous les corps de nos frères tombés de noyade, de fatigue ou de maladie durant la nuit.
Nous devions déserter cet endroit devenu trop dangereux de jour depuis que l’Ennemi l’avait repéré. Nous n’y reviendrons que ce soir, et encore, seulement les plus chanceux d’entre nous.

Notre unique mission en cette froide journée de printemps était de rester en vie. Chacun pour soi et Dieu pour tous ! Comme hier, comme demain, comme chaque jour de notre misérable existence.

Je me décide enfin à bouger, je suis tout engourdi et je ne sais où aller… Hier une équipe est revenue presque indemne des champs de tomates pas très loin, une autre est définitivement partie pour aller s’installer près des sanitaires, à l’autre bout de la région. Mais beaucoup ont péri, englués dans des toiles d’araignées ou bêtement noyés dans un fond de verre d’eau.

Certains ont croisé l’Ennemi et ne l’ont pas reconnu, ils ont témérairement tournoyé autour de lui et ont implosé dans la violence d’une claque immense. Certains autres ne cherchent qu’à fuir, rejoindre la lumière où nos frères connaissent la liberté, un pays illusoire qu’on n’aperçoit qu’à travers une plaque fine et froide… Et bien souvent il ne faut pas rester à contempler ce mirage trop longtemps car l’Ennemi surgit dans notre dos et nous fait disparaître dans une tornade de fureur.

Triste vie que la nôtre… Triste guerre… Monde de merde. »

Bref, maintenant je chasse les moucherons au Dyson !

Lundi 30 mars 2020 – Jour 13

Demain je sors.
J’ai un créneau de Drive Bio depuis déjà une semaine, je ne voulais pas l’ébruiter de peur que ça me porte malheur, mais là, je touche tellement presque le Graal du doigt que je ne peux m’empêcher de le crier sur tous les toits…
Demain je vais avoir de la farine et du lait d’épeautre. Mes petits déjeuners pour le mois à venir seront donc assurés. Si j’ai de la chance je vais peut-être même pouvoir toucher des œufs (je n’en ai pas dans ma commande mais si ça se trouve il y en aura au magasin…) et dans ce cas, à moi les beignets d’orties !

Je ne suis pas sortie de chez moi depuis lundi 16 mars, même pas pour aller à la boulangerie (je fais mon pain), ni à la laverie (je n’ai pas de machine) ni rien… je n’ai été que dans mon jardin et rapidos sur le trottoir pour me faire 10 euros sortir ma poubelle.

Est-ce que je vais encore savoir faire ? Vais-je reconnaître ma voiture ? Oh, pire : vais-je encore savoir conduire ?
Et les gens ? il faudra que je leur….parle ? oh mon Dieu ! Que je dise bonjour, et merci aussi… Je ne suis pas certaine de m’en sortir.
Et mes moucherons ? que vont-ils devenir sans moi ? Si ça se trouve ils vont se mutiner et bloquer ma porte, je ne pourrais plus rentrer chez moi… OH MON DIEU !
Et l’attestation ? si je me goure de case ? je vais me faire mettre en prison ou des SDF alcooliques abuseront de moi et boufferont mes œufs et ma farine en se moquant de ma coupe de cheveux.
OH MON DIEU, ma coupe de cheveux !!!!!!!
Mais…. Mais….. Il faut aussi que je me coiffe !

Bon, du coup je vais me coucher. Réveil à 4h25 pour le brushing… Minimum !

Mardi 31 mars 2020 – Jour 14

Ok, j’suis sortie.
C’était pas aussi formidable que ce que j’imaginais… Dehors rien n’a changé, à part peut-être qu’il ne m’a fallu que 5mn pour faire 18km au lieu des trois quart d’heures habituels. Mais je n’ai pas vu de séquoia géant poussé au milieu de l’avenue de la république, et je n’ai pas croisé de famille de renard à l’aire de jeux pour enfants. Je suis un peu déçue.

Ah oui, et puis je n’ai pas eu de farine… Et là ma déception s’est muée en désespoir.
Je me suis donc fait une promesse : j’allais risquer ma vie s’il le fallait, j’allais falsifier ma déclaration, passer la nuit dehors et braver les ours et les loups, mais je ne rentrerai pas chez moi sans farine !

Eh bien j’ai fait tout ça, et plus encore, j’ai été obligée de visiter six supermarchés à la suite, plus fort qu’à Questions pour un champion !
Mais je l’ai eue !!!
J’ai même pu acheter des œufs, ça va être l’orgie ce soir.

Sinon, j’ai revu mes collègues (non, pas le moucherons, mes vrais collègues), nous avions un conseil des maîtres en vidéoconf, et nous nous sommes posés l’épineuse question du « qu’est-ce qu’on fait pendant les vacances ? ».
On pourrait être tentés de répondre bêtement : « bah rien, c’est les vacances » mais que nenni !!! Aucun membre de l’équipe n’a pensé à cette alternative. Ils ont débattus à grands coups de « créer un recueil de ressources participatives » et de « instaurer des défis quotidiens », jusqu’à ce que j’ouvre enfin ma grande gueule et que je clame haut et fort que perso je ne ferai rien de tout ça, que je vais purement et simplement arrêter d’envoyer du travail et que je ne vais pas oublier non plus de dire aux parents que je ne suis pas disponible mais que, cependant, je répondrai aux éventuels petits mots des enfants, que je continuerai de regarder et d’alimenter Pinterest, que je maintiendrai le lien, mais sans boulot !
Comme par magie ils étaient tous d’accord avec moi après ça.

Z’ont besoin d’un leader ces gens-là…

Mercredi 1er avril 2020 – Jour 15

J’ai été un peu étonnée quand j’ai entendu la sonnette. Je suis déjà sortie hier, j’ai rien commandé depuis un moment et je n’attends aucune visite (confinement oblige). Mais bon, on est jamais à l’abri d’une erreur, d’un livreur qui confond 3ème gauche avec 3ème droite par exemple ou bien d’un recommandé, vu qu’on est mercredi c’est p’tet le facteur… Ah mais oui, je dois recevoir mes chèques vacances bientôt (utile…)

C’était effectivement un livreur, mais un que j’avais jamais vu… Un beau, et qui souriait en plus ! Heureusement que je m’étais maquillée ce matin.

Il avait les cheveux mi-longs et une chemise un peu ouverte sur un joli tatouage tribal qui semblait assez étendu. Il m’a demandé si j’étais Marceline Michard de la société Sogerail, j’ai évidemment répondu oui.
Il est donc rentré pour installer ce qui m’a semblé être une fontaine à eau. J’ai refermé la porte derrière lui pour ne pas que Blogo se fasse la malle.

Une chose en entraînant une autre, on s’est vite retrouvés en levrette sur le canapé après un striptease viril sur du Skrillex.
Évidemment j’ai son numéro et il repassera entre deux fontaines à eau dès que je lui enverrai un texto.

Nan, poisson d’avril, j’vais finir vieille fille plus vite que prévu :(

Et vous, comment ça va ?

14 réponses à « Journal de confinement – Partie 3 »

  1. De fraises , les champs , de fraises … de tomates , pfff, tu n’écoutes vraiment jamais rien
    Bon , j’avais presque oublié que je devais aller chez le coiffeur le 17 mars en urgence…

  2. mdr j’ai douté une fraction de seconde avec ton poisson d’avril… pouah, on est tous en train de débloquer, ça commence à devenir dur et j’ai fait la connerie de regarder la télé hier soir , je suis partie me coucher déprimée…
    en tout cas c’est une bouffée d’air pure de venir te lire !!!!
    Au fait, je pensais à toi, même sans venir ici lol… tu sais ce qui me manque? Tes défis d’écriture ….

    Ps: Je suis allée voir le lien des challenges de sims… J’ai de quoi m’occuper quand j’ai du temps pour moi mdr! Pas prête de lâcher mon jeu

    1. Moi aussi en me relisant j’y ai cru, et je me suis dit que j’avais vraiment de la chance… et puis non :))

      Je te remercie trop beaucoup pour « bouffée d’air pur » c’est exactement le but recherché au final !
      Ahhhh, les défis d’écriture… J’aimais bien ça et puis quand ça a pris plus d’importance je galérais à tout lire, c’est surtout pour ça que j’ai arrêté. Mais j’ai pensé à animer un atelier d’écriture à la médiathèque de ma ville, ça me plairait bien !

      Ps, j’ai commencé le challenge « Trois petits sims » cette nuit : ben y’en a deux qui sont crevés en foutant le feu à leur gazinière… ils sont cons !

      1. J’ai regardé plus attentivement les challenges, je trouve ça génial… mais ce qui me bloque pour le moment c’est que je n’ai pas les disques additionnel donc je peux pas faire certains défis !! C’est quoi le lien des trois petits sims? Les miens adultes ils foutent le eu aussi mdr

        1. Ah, moi j’ai quasi tous les disques… C’est presque l’une des seules addictions de geek qu’il me reste :)
          Alors les trois petits sims c’est que tu fais un foyer à 3 sims, que tu les fous dans 3 maisons différentes mais sur le même terrain et que tu ne joues qu’avec un seul sims par journée, les autres sont en autonomie…. C’est très très vite le bordel en somme :)

          1. Et évidemment, interdit d’installer l’arroseur automatique anti-incendie (qui vient avec saisons je crois)… Car les incendies sont très meurtriers mais dans ma précédente partie j’ai deux sims qui sont morts de froid dehors parce qu’ils REGARDAIENT l’incendie !!!! Ils sont cons ces sims :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.