La main baladeuse.


Ma vie de prof des écoles / jeudi, novembre 6th, 2014

005Depuis toujours, j’ai du charisme et de la présence. Je ne suis pas le genre de fille qui se fait fréquemment emmerder dans la rue (ou ailleurs).
Ma façade visagesque n’inspire pas exactement à venir entamer la causette avec moi, ou pire, tenter de me draguer.

Au boulot, je suis une maitresse qui impose donc naturellement le respect et la discipline.

Et cette impression qui vient spontanément aux enfants est décuplée par mes manières d’agir avec eux. Je ne suis pas affectueuse, pas câline, je ne les enlace pas, ne les embrasse pas. Ce sont mes élèves, pas mes petits cousins !

Une chose pour laquelle je suis également relativement intransigeante, c’est que je ne veux pas qu’ils me touchent. Et je leur dis ! Cinq ou six fois par jour, je le leur rappelle quand ils l’oublient et me tapotent le bras pour m’appeler ou me collent quand je les corrige. Souvent je les pousse doucement d’un revers de main, parfois je leur lance un « mais enlevez vos mains pleines de doigts ! »
Je sais qu’ils vont s’habituer. Vers avril ils ne me frôleront plus

Je peux vous paraître odieuse comme ça, mais à la base j’ai vraiment du mal avec les contacts physiques non recherchés, je ne fais la bise qu’à ma famille ou mes proches amis, et quand mes collègues s’aventurent à me poser une main sur l’épaule, je les rembarre bien vite (et avec nettement moins de délicatesse que pour mes élèves).
Et puis j’ai pas envie d’être malade tous les 15 jours !!! Nan parce que moi les gamins me refilent toujours tout ! Je suis un aimant à virus !

Donc voilà, le décor est planté, vous le savez, mes élèves le savent, donc je peux vous raconter ce qui s’est passé lundi.

8:55

« Ouahhhhhhhh maitresssssseeeeeee, ça te change trop les mèches roses ! c’est beauuuuuuuuuuuuu! »
Ouais, j’ai fait fureur dans la cour de récré (à la réunion de parents curieusement beaucoup moins). Daniel me dévore des yeux.

Ah oui alors Daniel c’est mon amoureux éperdu hein. Tous les ans y’en a un qui est moins discret que les autres, tous les ans un petit garçon tombe fou amoureux et passe son année à tout tenter pour ne pas me décevoir (c’est bien, ça m’aide pour les apprentissages, au moins je sais qu’il tourne à l’affectif, j’ai pas besoin de chercher pendant 5 mois ce qui le motivera). Cette année c’est Daniel !

9:41

Daniel ne sait déjà plus s’il mange à la cantine ou pas. Il se croit mercredi, il confond son cahier de liaison avec son cahier de leçons de maths. Bon… Je mets ça sur le compte du retour de vacances
Après tout, Toby n’a pas encore ouvert son cartable…

Ah oui alors Toby c’est mon boulet hein. Tous les ans y’en a un qui est moins vif que les autres, tous les ans un petit garçon (ou une petite fille) arrive dans une classe et on se demande tous s’il ne vient pas d’arriver en france tellement il ne pige rien à ce qui se passe autour de lui et à l’école (et en fait non hein… Malgré son prénom super hype à consonance US pour faire plus classe, Toby est ici depuis toujours, et scolarisé depuis ses 4 ans, comme les autres). Cette année c’est Toby !

10:45

Après l’exercice de géométrie de reproduction de figure que je leur ai donné à faire sur leur cahier de maths, les enfants viennent faire la queue au bureau pour se faire corriger. Je regarde si leur jolie étoile à quatre branches ressemble bien à celle du modèle et je leur mets une couleur pour évaluer leurs efforts. Si c’est vraiment trop mal fait, je les renvoie à leur place et ils refont la queue au prochain passage.
Au bout de quelques passages infructueux, ils ont le droit de « griller la priorité », donc d’arriver de l’autre côté du bureau pour que je les corrige plus rapidement.

Il y a 4 ou 5 élèves qui attendent lorsque Toby arrive pour griller la priorité. C’est son 7ème passage et sa reproduction ressemble toujours plus à un cafard écrasé qu’à une étoile à quatre branches. C’est donc tout naturellement que je me tourne vers lui et me concentre assidument afin d’arriver à lui faire comprendre qu’il faut compter les carreaux, commencer du même endroit, bref je suis toute à lui !
Mais quelque chose me gène

Je me tortille sur ma chaise et continue toutefois à l’observer faire pour essayer de déterminer où il se trompe, ce qu’il ne fait pas, quelle étape n’est pas claire pour lui…
Mais putain y’a un truc qui m’énerve !!

C’est une fois que Toby a réussi à placer son 1er point correctement que je réussis enfin à savoir ce qui se passe : quelqu’un me touche. Enfin plutôt : quelqu’un me caresse le dos !
Je sens distinctement le plat d’une main me faire des papouilles circulaires entre les omoplates !!

Je me demande vraiment à quoi je devais ressembler lorsque je me suis tournée ahurie vers l’auteur de ce contact humain. Je devais avoir les yeux exorbités et chargés d’une immense incompréhension, voire même d’un peu de fureur, car Daniel a  retiré sa main, serré son cahier de maths contre sa poitrine, reculé d’un pas et tout ça simultanément et très rapidement !

*silence de mort immédiat dans la salle de classe – 29 paires d’yeux rivés sur moi (ouais parce que Toby essayait de relier et 1er point à un hypothétique pâté placé hors du quadrillage)*

« Mais… Daniel… Pourquoi tu me touches ? »

Et avant même d’avoir fini ma question : « Excuse-moi maîtresse, désolé »

 

Lundi, Daniel s’est fait plaisir. Osant vaillamment relever tous les défis et ignorer les interdits :)
Franchement, c’est bien la première fois que je me fais caresser le dos à l’insu de mon plein gré et j’ai été particulièrement attendrie par ce moment. Je continue évidemment à les pousser et à leur empêcher d’essuyer leurs mains sur mes vêtements, mais je raconte l’anecdote à qui veut bien l’entendre, j’ai trouvé ça mignon, et très drôle.

Oh, et si vous vous demandez, Toby a presque réussi à tracer un losange, on est sur la bonne voie !

Et vous, vous êtes tactiles ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

29 réponses à « La main baladeuse. »

  1. Je dirais que ça dépend avec qui… mais pas plus que ça… Sinon, c’était mignon quand même… Et sinon (bis), je suis désolée si le maman de Toby te lit, mais, il faut que je le dise : Toby a un nom de teckel… :)

  2. La répression induit toujours la fraude. Et rien de tel que quelques papouilles circulaires pour illustrer encore plus concrètement la géométrie (sens horlogique et trigonométrique par exemple).

  3. Aaargh, je ne suis pas une dingue du tactile non plus mais là, tu me rappelles étrangement pourquoi je détestais l’école étant gamine, bien que çà ne m’ait pas empêché de faire des études supérieures et de les réussir !
    Ce ne sont que des enfants et une caresse sur la joue d’un enfant, c’est aussi un moyen de l’encourager !
    Je suis désolée de te dire çà, mais je n’aurais pas aimé t’avoir comme maîtresse étant gamine.
    Et çà, tu voies, çà m’explique un peu mieux pourquoi la Cendrillon que tu es ne trouve pas chaussure à son pied.
    J’espère que tu ne le prendras pas mal et t’envoie des bises de loin quand même :))

    1. Je suis vraiment navrée d’avoir fait resurgir en toi de vieux démons mais tu t’es bien vengée.
      Évidemment, je ne prends pas ton commentaire très bien (mais c’est pas grave, hein, je m’en remettrai)…

      Je suis une prof super (si y’a un pan de ma vie que j’ai réussi, c’est bien celui-là).
      J’offre à mes élèves un cadre, une justesse, de la justice même, des moments d’apprentissage dans une atmosphère de confiance et de respect mutuel. Déjà en 2 mois je les ai vus évoluer comportementalement parlant, ils s’écoutent entre eux et ne se moquent plus des failles de chacun.
      Je suis à l’écoute, et compatissante, et dévouée… Mais juste tellement dévouée que je bosse plus de 50 heures par semaine. Je n’ai jamais dit non à un parent qui voulait me voir, je n’ai jamais expédié une explication ou une aide sous prétexte que ma journée était terminée.
      Mes cours sont préparés intégralement par moi et au poil de cul, et le plus souvent possible avec des photocopies couleurs que je fais faire, que je prévois, que j’anticipe. Mes collègues me demandent où je les ai achetés !
      Je prends également sur mon temps perso pour alimenter l’espace internet de la classe (cahier de texte virtuel, agenda d’évènements…)

      Mais je ne les touche pas !
      Je ne suis pas là pour leur donner de l’affection physique non !
      Je suis là pour la bienveillance, la confiance, la sécurité, les encouragement, l’encadrement, l’écoute, le confort.
      Mais pas pour les caresses !


      Et quant à ta remarque sur ma recherche sentimentale, je la trouve extrêmement déplacée car la situation n’est absolument pas la même….

      Bon, et puis mon billet était censé être drôle à la base, donc j’en rajoute forcément… Mais bon, j’ai peut-être foiré mon coup :/

      1. Alors je m’explique car j’ai réagi sous le coup de l’émotion (eh oui, je suis loin d’être parfaite)
        J’ai hésité à te laisser mon ressenti à la lecture de ton article car je me suis dit que tu le prendrais peut être mal et si j’avais su, je me serais abstenue. Quand je parle de trouver chaussure à son pied, je ne faisais qu’un parallèle avec le fait que j’ai ressenti dans ton article un problème pour exprimer physiquement ton affection ou tes sentiments, mais ce n’est que mon ressenti et si je t’ai blessée, je m’en excuse car ce n’était pas mon intention, bien loin de là.
        Je pense (et je ne pense pas me tromper) que tu es une très bonne maîtresse pédagogiquement parlant et je n’ai jamais remis çà en cause (je ne me le permettrais pas) et on sent en te lisant que tu aimes profondément ce que tu fais !
        J’ai très certainement un problème à régler avec ma petite enfance et je suis vraiment désolée si je t’ai choquée ou blessée, je ne le voulais vraiment pas :(
        Des pensées pour te souhaiter une bonne soirée et toutes mes plus plates excuses :( :(

        1. Tu ne m’as pas blessée très très fort, je te rassure, mais j’ai tiqué ! Et puis j’essaye vraiment au quotidien, de ne pas retenir les choses mauvaises, alors ne t’en fais pas, je t’ai répondu comme ça sortait mais je ne t’en veux absolument pas !
          Je voulais juste remettre de l’ordre dans certaines choses qui me semblaient un peu embrouillées…

          Il y a des maitresses qui prennent les enfants dans leurs bras (les petits surtout), je ne suis pas de celles-ci mais ça ne m’ennuie pas. Et puis d’ailleurs c’est sans doute pour ça que je préfère les grands :) avec eux ce genre de demande affective est beaucoup moins fréquente !

          En tous cas ne t’en fais pas, et je te remercie pour tes excuses. Il n’y a aucun souci (et si tu veux j’accepte même ta bise virtuelle pour la peine)

  4. C’est mimi parce qu’il est petit, mais plus grand ça aurait été moins mimi dis donc ! Non mais oh petit bonhomme, tu connais la notion d’espace vitale ?!
    (nan moi non plus suis pas tactile, sauf avec le Chti ou Plume où je suis méga collante !)

  5. Je pense que dans la vrai vie, on aurait pas été pote.
    Je suis du genre tactile.
    Et vu que tu dis « mes collègues s’aventurent à me poser une main sur l’épaule », ben c’est mon cas.
    Et si tu réagit comme ça « je les rembarre bien vite », il y a de grande chance que je ne te fasse plus la bise, mais quand plus à part te dire bonjour de loin, je ne te parle pas plus que ça.

    1. Ah mais je ne fais pas la bise à mes collègues… D’ailleurs personne n’embrasse personne, c’est le meilleur moyen pour propager les virus à grande vitesse ça !

      Bon, après je ne sais pas si tu as remarqué mais mon billet se veut humoristique quand même (ou alors j’ai loupé mon coup), alors la main sur l’épaule ça va encore… parfois…

  6. alors oui je te comprend, ayant été atsem (oui je sais à quel point tu as adoré être maîcresse de maternelle :p ) je connais les papouilles des enfants… surtout quand ils sont malades et qu’ils refilent leurs microbes (mais putain pourquoi les parents les gardaient pas merdeuh?!)donc non j’étais pas papouilles, pas que j’aimais pas les gosses hein, rien à voir, mais ouai effectivement, marre de tomber malade tout le temps (j’ai fini aux urgences une fois d’ailleurs, car plus d’anticorps tellement j’avais choppé de ‘crobes! une cata!! un zombie quoi -_-‘j’aurai pu jouer dans walking dead avec ma gueule )

  7. sinon moi oui, je suis tactile dans une certaine mesure mais je suis tactile. Je fais la bise à mes collègues ou une poignée de main ( ça dépend des désirs d’en face, moi perso je m’en tamponne ), j’embrasse encore mon père sur la bouche, et je reproche à Musclor de ne pas être tactile du tout.

  8. Je voudrais parrainer Toby, il a l’air chou & perdu :D

    Pour en revenir au sujet de ton article, je suis très tactile en fonction des gens. Mes collègues n’ont surtout pas intérêt à me toucher. D’ailleurs je ne fais pas la bise. A personne. Même à mes amis très proches, sauf deux qui ne comprennent pas cette tendance & s’offusqueraient si vraiment je ne leur faisais pas la bise !
    Dans les moments caliente, je suis extrêmement tactile. J’ai besoin de balader mes mains partout sur le corps de mon partenaire & j’aime qu’il en fasse autant. Mais sinon, j’avoue que je suis plutôt comme toi. Je n’aime pas le contact avec les gens surtout quand je ne l’ai pas recherché.

  9. De premier abord je suis pas spécialement tactile, c’est pareil c’est plus facile avec ma famille, mes amis, par contre pas question pour les collègues de bureau ou les inconnus…
    Par contre je suis très affectueuse avec mes enfants.

  10. Ahahah!!!
    Je me retrouve tellement dans ce que tu dis!!!
    Autant je suis très tactile avec mes proches… Autant les « autres »…
    A une lointaine (et révolue) époque je bossais dans l’éducation nationale.
    INTERDICTION FORMELLE de me toucher.
    Mais bon, c’était en collège aussi!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.