La prof indigne qui brime ses élèves

bo… c’est moi !
Enchantée :)

Ceux qui me connaissent un peu pourront le confirmer : je possède un franc parler particulier, un sens de l’humour particulier et une formulation particulière.
Il m’arrive très rarement être maladroite, mais lorsque je le suis je m’en rends compte assez rapidement et sais présenter mes excuses à la personne concernée.

Samedi matin je me suis réveillé avec une trentaine de notifications sur mon compte Facebook.
Le fautif est un statut posté durant la nuit où je racontais une anecdote tournée de façon humoristique sur mon mur en public :

Vendredi 14h15 – Cours de sciences :
« Et donc les enfants, comme je vous disais, nos aliments sont notre carburant, nous avons besoin de manger pour vivre
– Oui mais maitresse, un jour dans Koh-Lanta ils ont dit que…
-Oh, non. Je suis désolée Sabrina mais mon cerveau n’est pas programmé pour parler d’émissions de téléréalité pitoyables en classe. Je ne vais pas donc pas pouvoir te laisser finir ok ? »

Entre les gens qui n’avait rien compris mais qui parlaient quand même, entre ceux qui me connaissent, ceux qui m’ont qualifié de porter des jugements à l’emporte-pièce, ceux qui ont pris ça pour une attaque personnelle, ceux qui m’ont défendue et ceux qui me laminaient, il y avait de quoi faire pour moi ce jour-là au réveil.

J’ai commencé par vouloir recadrer un peu le débat en écrivant avec le commentaire suivant

Cette année, j’enseigne à 30 CM2.
Nous sommes à 7 semaines de la fin, il me reste donc 7 séances de 45mn de sciences.
Parmi elles je dois caser la grosse partie « reproduction humaine – puberté – sexualité ». Or, je dois également revoir un tantinet tout ce qu’ils ont oublié (ou pas fait) en CM1, à savoir la respiration, la digestion, la reproduction des végétaux et les différents mode de reproduction des animaux (ovipares etc……).
Ce qui fait qu’en comptant bien, on se rend compte que j’ai donc 45mn pour chacun de ces thèmes !
45 minutes – 30 élèves !

J’essaye de laisser la parole à mes élèves le plus possible, et en particulier dans les cultures humanistes (histoire, instruction civique et morale) mais également dans les débats philos que j’organise chaque semaine.
Mais l’éducation nationale est une vieille dame bien rigide, et lorsque la cloche sonne à 16h30, je ne retiens pas les enfants de rentrer chez eux parce que mon cours n’est pas terminé, il y a donc malheureusement, de très nombreux moments où je dois couper court aux interrogations, aussi pertinentes soient-elles. Et c’est le lot de tout professeur !

Seconde précision : Nous sommes en mai, fin de l’année. Nous sommes partis en classe de découverte ensemble, nous vécu la mort de l’une de leur camarade ensemble, nous avons expliqué les attentats ensemble, nous nous sommes entrainés au confinement ensemble. Mes élèves me connaissent par cœur, moi aussi et nous savons exactement comment l’un ou l’autre réagira à telle ou telle discussion.
Cette enfant pouvait comprendre ma boutade et ne s’en est nullement sentie offensée, l’heure d’après elle avait 5 mn de parole pour nous parler d’un livre sur la calligraphie qu’elle avait emprunté à la bibliothèque…

Et je pourrais volontiers m’arrêter là car je ne doute ni ne douterai d’avoir bien fait de couper la parole à cette élève !!

Mais comme je suis une nana sérieuse, je me suis forcée à aller lire le résumé de l’épisode 3 de l’année 2016 (et puis celui d’après parce que j’ai cru comprendre que le 3 c’était déjà un vieux) de Koh-lanta afin de me tenir un tantinet au courant !
C’était pénible, je vous l’avoue…
Je préfère encore regarder les débats politiques (quoique… pas sûr…)

Ce que j’ai retenu ce qu’il y a une équipe qui gagne et une équipe qui se ramasse platement. Avant, il y avait Intervilles avec Guy Lux des vachettes, des piscines et une arène maintenant il y a des scorpions, une Île, l’océan et Denis Brogniart.
A chaque époque ses divertissements !

Je me suis ensuite penchée un peu plus en détail sur les relations des joueurs entre eux… Et j’ai cherché des traces d’esprit d’équipe, de solidarité, de fraternité, de respect et d’entraide… En vain.
C’est où ?
Non parce que concrètement entre une qui est mise à l’écart parce qu’elle parle trop, l’autre qui pleure parce qu’on lui a dit qu’elle faisait « péter les plombs » à untel, le 3ème qui appelle à voter en masse contre un autre pour ne pas être éliminé au bout de la 4e semaine, les rumeurs de trahison, de mensonges, de lâcheté….
Nan mais tout à coup je me rappelle alors pourquoi cette émission ne fait pas partie des choses qui m’intéressent !!

Mais revenons à nos moutons :
Nous sommes vendredi, dernière leçon de sciences sur la digestion (révision du CM1), il est 14h25, nous ne sommes pas en avance et je n’ai plus que 20 minutes pour terminer le cours alors que je ne suis encore qu’au suc pancréatique !
Les questions fusent :
« Maîtresse pourquoi des fois on rote et des fois on pète ?
– Et pourquoi des fois quand je suis allongé j’entends de l’eau qui bouge dans mon ventre ?
– Les remontées acides c’est quoi ?
– Est-ce que c’est vrai que quand on avale trop de chewing-gum on a l’appendicite trois jours après ? »
Je réponds à toutes ces questions après les avoir fait partager à la classe, j’essaie de les faire répondre à leurs propres interrogations, ils donnent leur avis et certains font même des suppositions.
Très rapidement je les arrête pour leur donner la bonne réponse et nous permettre de passer à la suite.
Je suis aussi intéressée qu’eux, mais il faut avancer !

Mais lorsque Sabrina (qui est un nom d’emprunt, ne vous énervez pas) lève le doigt et commence sa phrase par « Maîtresse mais à Koh-lanta ils ont dit que… » j’avoue l’avoue coupé aussi sec !

Méchante Maîtresse ouh la la !
A frapper et à bannir et surtout à juger sur les réseaux sociaux… IMMÉDIATEMENT !
Je coupe la parole à cette enfant pleine de bonne volonté pour me parler de télé-réalité.
Bouuuuh ! pas bien !

Et en plus vous imaginez bien que je l’ai coupée sauvagement et avec tant de fureur dans ma voix que tout le monde s’est caché sous les tables… Au moins !
Si ça se trouve même je l’ai frappée la petite sotte !

Emmenez-moi sur le bûcher de la sorcellerie de celle qui ne regarde pas les émissions de télé-réalité je veux bien y aller et la tête haute et avec le sourire en prime.

Car à l’heure où j’essaye d’enseigner à ces 30 petits humains, futurs adultes, futurs Citoyens de se respecter entre eux, de s’écouter (oui oui), de ne pas se tirer dans les pattes et de préférer aider les plus faibles plutôt que de les laisser à l’écart car ils « retardent » le groupe, cette émission en particulier n’a pas sa place au sein de ma pédagogie !

Dans ma classe on a appris à débattre comme lors des débats philo, dans ma classe on peut ne pas être d’accord avec ce que l’autre pense, et c’est exactement ce qui s’est passé. Non Sabrina je ne répondrai pas à ta question concernant de la télé-réalité en plein milieu de mon cours de science, c’est inapproprié ! Par contre si tu veux, je garde le sujet sous le coude pour la philo (entre « est-ce difficile de grandir ? » et « Peut-on ressentir la douleur des autres ? »… Pas sûre que ça élève le niveau mais soit…)

Du coup, j’avoue que les critiques simplistes sur Facebook m’ont un tantinet gonflé.
Un tantinet, pas plus… Mais suffisamment quand même pour me donner l’envie d’écrire ce petit billet d’humeur de prof que je trouve tout à fait justifié.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush…
Dans notre monde, la réalité est bien différente !

15 Comments

  • Marionle6tron

    19 mai 2016 at 9 h 48 min Répondre

    J’en reviens toujours au même mais je veux que tu sois la maîtresse de mon fils !

    • Agoaye

      25 mai 2016 at 16 h 28 min Répondre

      héhéhé…
      Merciiiii ;)
      (mais des fois je crie très très fort aussi)

  • Fabignou

    19 mai 2016 at 12 h 13 min Répondre

    Je veux bien une place sur le bûcher ;)
    Je vais faire ma vieille réac deux minutes mais je trouve ça très bien que ces enfants aient dans leur entourage quelqu’un qui leur dise que la télé-réalité est pitoyable. Ça va faire 8 ans que je n’ai plus la télé, et quand je tombe dessus chez quelqu’un, j’ai envie de m’arracher les yeux et les oreilles. Je suis vraiment contente que mon fils grandisse à l’écart de tout ce bruit et de toute cette vacuité, et s’il pouvait avoir des débats philo en classe quand il sera un peu plus grand, ce serait la cerise sur le gâteau :)

    • Agoaye

      25 mai 2016 at 16 h 27 min Répondre

      Allez, viens, on va cramer ensemble en levant le poing contre TF1 :)

  • Marie Kléber

    19 mai 2016 at 14 h 21 min Répondre

    Ca n’avait quand même rien de méchant!
    Et puis la télé-réalité, franchement…
    Moi aussi j’adorerais que mon fils est une instit comme toi un jour prochain. Tu es une chance pour eux, il est temps que les gens s’en rendent compte.

    • Agoaye

      25 mai 2016 at 16 h 26 min Répondre

      Les parents des élèves de ma classe s’en rendent compte, et ça transparait sur leurs enfants. Du coup, il n’y aurait rien de pire pour eux que de me décevoir, je peux ainsi « jouer » de temps en temps sur l’affectif et c’est globalement très pratique (en particulier pour la discipline).
      Et finalement, que ces gens-là connaissent ma « valeur », c’est le plus important, le jugement des inconnus de Facebook, je m’en carre un peu ;)

  • Guillemette Allard-Bares

    19 mai 2016 at 21 h 40 min Répondre

    Les réseaux sociaux… typique…

    Perso je suis d’accord, la téléréalité n’a pas franchement sa place en cours de sciences ;) Quant à l’intérêt de Koh-Lanta… Lol.

    • Agoaye

      25 mai 2016 at 16 h 23 min Répondre

      Et encore, ça a probablement plus d’intérêt que le Bachelor !

  • […] je vais continuer à interrompre mes élèves plutôt […]

  • Guillemette Allard-Bares

    25 mai 2016 at 22 h 16 min Répondre

    C’est sûr, on peut toujours faire pire ;)

  • Martine

    1 juin 2016 at 14 h 06 min Répondre

    Je connais assez les parents pour avoir souvent été de l’autre côté de la grille d’entrée et l’idée de devoir peut-être un jour y emmener ma petite-fille me débecte un peu. Déjà les discussions à la grille ne sont pas très élevées, alors comment imaginer que les enfants puissent avoir un autre raisonnement que celui où les parents baignent dedans…

    • Agoaye

      4 juin 2016 at 12 h 51 min Répondre

      C’est vraiment un fossé entre ma génération et celle-ci.
      Quand j’étais gamine, ma mère (et les parents en général) étaient super « adultes » et un vrai modèle.

  • Trenty

    15 juin 2016 at 14 h 13 min Répondre

    De toute façon, je savais que tu étais méchante avec les enfants.
    Même que tu les manges au 4 heures.

Post a Comment