Le détail qui pue.


Ma vie avec les stars / mercredi, septembre 24th, 2014

004Tout était parfait !

J’avais refait du mauve, ma peau rayonnait d’une pureté limpide (c’est à dire que j’avais bien dormi), j’étais pas stressée car j’avais pas eu le temps (entre Thimothée qui invente des devoirs dans son cahier, Antoine qui parle de son caméléon domestique H24 et Dylan qui ne sait toujours pas mon nom de famille… ça fait genre pas mal de parents à voir) et j’étais même de super humeur.

Je voulais vraiment que tout soit parfait, ça se comprend… J’aime bien être parfaite à la base, parce que dans tous les cas je finis forcément par dire un truc absolument hors de propos ou alors complètement con, alors du coup la perfection remarquée du début efface un peu la connerie inévitable de la suite. Voilà, c’est un peu le principe.

Donc je dors bien (beau rêve et d’un seul trait, la définition du bon sommeil), je me réveille tôt, de bonne humeur (Chante France a décidé de ne passer Nolwen Leroy massacrant Renaud uniquement les jours impairs manifestement), je prends une douche rapide et efficace, je me recoiffe, me maquille, me parfume… Parfaite que je vous dis.

Mes sacs sont prêts de la veille, je pars à l’heure, je ne mets pas de manteau pour ne pas avoir trop chaud durant ma marche forcée quotidienne, je suis légère et j’évite seringues sales, pigeons morts et flaques de pisse… Toujours parfait !

C’est arrivée à l’école que je m’en suis rendue compte… LE détail ! Celui qui tue ? Non, celui qui pue !
Mon pull….. Mon pull pue !
Pas mon t-shirt, non non non (trop facile, ça j’en ai un change à l’école), mon pull carrément ! Il est propre mais il pue…

Histoire de vous faire rêver je vais même vous préciser qu’il sent la vieille sueur rance. Vous savez, le genre de petite odeur toute discrète au début de la journée (je l’ai senti tout à fait par hasard et j’ai un odorat de chien d’arrêt sous amphet’s), et qui va se nourrir de toute l’humidité de la journée, de la chaleur et du mouvement pour finalement devenir l’odeur abominable qu’on ne pourra plus jamais oublier !

Ben voilà ! Mon pull pue.

Alors à mesure que mes collègues arrivaient, j’essayais de négocier le prêt de l’un de leurs vêtements. J’ai bien tenté de déshabiller mon voisin de classe, mais comme il n’avait rien en dessous (oui, en réalité c’est aussi pour ça que j’ai essayé), il a poliment décliné mon offre… Personne n’avait rien pour moi.

Je suis partie avec mon pull puant. Dans le métro et le RER je puais. Au pied de son immeuble je puais. Dans son fauteuil je puais. Lorsqu’on a posé pour être pris en photo ensemble (la photo de fan), il m’a touché et je puais…

Alors finalement je me suis dit que c’était suffisant pour anéantir toute cette perfection que je m’étais appliquée à rassembler pour ce rendez-vous, alors j’ai fait attention à ce que je disais et j’ai même pas raconté de conneries !

 

Et vous, y’a aussi forcément un truc qui cloche quand vous avez un RDV important ?

 

PS : Ah mais ouais, j’vous ai pas dit mais je participe aux Golden Blog Awards, alors si vous m’aimez, vous voulez bien cliquer ? (ben ouais comme ça si j’suis nominée je puerai devant beaucoup plus de monde…)

Rendez-vous sur Hellocoton !

24 réponses à « Le détail qui pue. »

  1. En même temps faut toujours un truc qui cloche ! C’était pas ça tu aurais fais une fixette sur un poil dans ton cou que tu ne pouvais pas atteindre toi-même !
    On sent plus tôt ses mauvaises odeurs que les autres si ça peut te consoler. Par contre si dans le RER tu étais assise toute seule avec un gros trou autour de toi, là tu peux t’inquiéter !!!

    (PS: bon tu le sais moi je suis la nulle qui boude les trucs à clic mais bonne chance !)

      1. ES-TU FOLLE SOURIRE DANS LE RER ?!!!!
        Bon c’est que ça devait pas se sentir pour ton pull alors ;)

        (mon voyage de RER le plus mémorable c’était avec une dame qui criait et se griffait, écrivait des trucs sur son cahier avant d’arracher les feuilles et de les chiffonner puis de les balancer sur les autres gens et les fenêtres, voyage WTF !)

          1. Ah oui celui là j’ai de la chance je l’ai pas eu. J’ai eu celui qui serre ses cuisses autour des tiennes (dans le Transilien), celui qui se frotte contre tes fesses (dans le bus) et autres trucs sympas mais pas ça… Lui c’est une amie qui l’a eu x) (sans parler de l’éjaculation sur le pantalon dans le métro qu’a eu ma belle-soeur un matin).

            Rayon mec pervers heureusement j’ai été assez épargnée. Même si le type qui m’a suivi en voiture sur mon trajet de retour d’école en se masturbant à poil au volant m’a bien fait flipper.

            Bref, il y a de la joie !

  2. Je suis sincèrement désolée (mais j’ai pas pu empêcher le ptit rire con) j’espère qu’il avait le nez bouché, un bon gros rhume, une ablation nasale… Sinon,sympa le dessin! ^^
    Vote fait ;)

  3. Aaaaah, la fameuse technique du pull qui pue pour justement avoir un prétexte supplémentaire pour l’enlever à l’occasion de certains RDV.

    Pour l’ensemble de ton oeuvre, vote non objectif (et donc contraire à mes principes) effectué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.