Le jour des anges – Chapitre 20

Chapitre 20

Cette fois, ils se retrouvent dans l’immensité, Paul est en train de se demander s’il aura le droit de se pencher sur le berceau de son enfant à venir. D’un regard, Nithaël le comprend et hoche discrètement la tête de manière négative.
Ce n’est pas grave, il est déjà au courant de son existence et il trouve déjà qu’il a de la chance.

Même s’il a été très choqué au départ, voire même relativement perdu, avec le recul il se dit que c’était bien qu’il ait été appelé. Son euphorie de l’arrivée avait besoin d’être un peu tempérée, il n’était plus totalement lui, il avait besoin de quelque chose pour « le ramener sur terre » et sa femme l’a fait.
Ça lui a fait du bien de la voir, il a lu dans ses yeux sa tristesse sincère mais également une force de caractère qu’il ignorait en elle du temps où il était en vie : elle combattra pour s’en sortir, pour sourire de nouveau, pour composer sans lui mais en lui gardant toutefois une place dans son cœur. Il lui en est très reconnaissant et il est heureux de le savoir.

– Nithaël, je me demandais si vous me permettiez de repartir vers les gens, les terriens, histoire de m’entraîner un peu à lire en eux. J’ai réussi avec le poisson et avec ma femme, mais c’était un animal et quelqu’un que je connais par cœur, je crains que la donne soit faussée et que je ne doive continuer à m’entraîner sans quoi je ne pourrais pas le faire avec un inconnu au moment où il le faudra.
– C’est une excellente idée Paul, allons-y. Samantha, tu pourras t’entrainer aussi et aider ton coéquipier.

Aussitôt après, le décor de la gare de Lyon se matérialise tout autour d’eux. Les quais de surface, l’arrivée des grandes lignes.

– Voici un endroit idéal pour étudier, leur explique l’ange. Ici, les gens sont porteurs de beaucoup de pensées, d’espoirs ou d’émotions, ce ne sera pas plus difficile pour toi que sur ta compagne. Il ne te reste plus qu’à choisir parmi ces personnes et lorsque tu te seras décidé, tu le diras à Samantha pour qu’elle puisse lire de son côté et t’aiguiller si tu as des doutes ou des difficultés, d’accord ?

Les deux partenaires acquiescent et Paul commence à regarder un peu la foule qui se tient autour de lui, il décide de choisir son objet d’étude parmi les gens assis sur les sièges au milieu du hall.

Il voit un groupe d’adolescents qui semblent être sur le départ, un jeune homme brun occupe un siège et ses genoux servent d’assise à une fille aux cheveux courts qui lui caresse maladroitement le cou, à leur pieds une seconde adolescente est accroupie sur son sac de couchage et leur raconte une histoire à grands renforts de gestes et de imitations bruyantes.
A leur gauche un homme noir en costume gris trop petit est assis immobile en tenant son attaché-case entre ses jambes, il a un regard fixe et l’air fatigué, il semble absorbé par ses pensées.
A côté de lui deux amies d’une trentaine d’années, elles entretiennent une conversation qui semble ne jamais devoir s’arrêter, celle qui parle le moins jette parfois de furtifs coup d’œil vers l’écran annonçant les quais et les heures d’arrivée des trains.
Écran que ne quitte pas du regard la vieille dame si coquette située sur le siège suivant. Si elle n’avait pas eu les cheveux roux flamboyants, une couleur somme toute très peu naturelle, on aurait pu la croire sosie de la reine d’Angleterre.
La dernière place assise était occupée par une femme entre-deux âges, entre-deux styles, entre-deux pensées.
C’est sur cette personne que Paul se décide à s’entraîner.

– Sam, je voudrais essayer sur la femme du bout.
– Celle avec la jupe moche ?

Paul n’avait même pas remarqué, mais c’est vrai que sa jupe tenait plus du rideau de douche que d’une tenue élégante.

Il s’approche d’elle et s’accroupit comme il l’avait fait dans son appartement sur le seuil des toilettes devant sa femme. Mais il ne touche pas l’inconnue, il essaye juste de voir ses yeux.
Il remarque qu’avec les humains, ce n’est pas comme sur le poisson, autant ce dernier donnait l’impression de lui rendre son regard, autant ici la femme ne semble pas du tout le voir, son regard le traverse carrément, il se rend compte que ça le déstabilise un tout petit peu.

– Essaye de ne pas poser tes yeux sur eux, l’aide Samantha qui était venue se placer derrière lui, tu dois voir au-delà, comme si leurs pupilles sont le trou de la serrure mais que toi tu veux voir la pièce derrière.

Il comprend et il voit… Effectivement la métaphore l’aide beaucoup.

– Elle attend son mari qui revient d’un voyage, elle n’a pas hâte de le voir car elle en aime un autre, mais elle manque de courage pour le quitter alors elle continue de faire semblant, elle n’est pas heureuse mais ne se sent pas malheureuse non plus.

Samantha le regarde avec fierté
-Eh bien voilà ! Super, tu as vu l’essentiel, il faut que tu sois plus précis par contre, ce n’est pas son mari mais son mec, il n’a jamais voulu l’épouser. Et il rentre d’un voyage d’affaire mais elle pense qu’il y est parti avec sa secrétaire, du coup elle est là pour tenter de les surprendre et avoir enfin une bonne raison de le quitter, mais par contre comme elle est super en avance elle ne sait pas encore trop si elle va rester jusqu’à l’arrivée du train ou si elle va sagement rentrer l’attendre à l’appartement.
– Whah, mais comment as-tu réussi à voir tout ça ? Pourquoi je n’en sais pas autant moi ?
– Eh bien je ne sais pas… Samantha se tourne vers Nithaël qui observe toute la scène avec une grande attention. Dis l’ange, pourquoi Paulo il n’a que la bande annonce alors que moi j’me tape tout le film ?
– C’est une question de pudeur, répond l’ange. Tu as moins de barrières que Paul alors tu oses aller au fond des choses, lui est encore dans la retenue et la discrétion, il n’a pas l’audace d’entrer dans les jardins secrets des gens.
– Allez petit prude, dit Samantha en se retournant vers Paul et en lui mettant un grand coup d’épaule. Vas-y avec la vieille maintenant, défonce-lui l’inconscient !

 


Nouveau chapitre du roman commencé pour le défi du NaNoWriMo de novembre 2015. Retrouvez-en un par semaine, le mercredi.
L’idée de cette histoire remonte à l’un de mes vieux billets.
Ce roman en sera la genèse.


 

Table des matières :

Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

3 Comments

  • Nathalie

    4 mai 2016 at 21 h 21 min Répondre

    « Défonce-lui l’inconscient » ! J’adore !

    • Agoaye

      6 mai 2016 at 15 h 15 min Répondre

      Tout dans la subtilité avec Sam :)

  • […] Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Chapitre 9 Chapitre 10 Chapitre 11 Chapitre 12 Chapitre 13 Chapitre 14 Chapitre 15 Chapitre 16 Chapitre 17 Chapitre 18 Chapitre 19 Chapitre 20 […]

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.