Le jour des anges – Chapitre 22

Chapitre 22

– Bon, alors, quel terrien choisis-tu ? demande Sam à son coéquipier.

Depuis qu’elle l’a vu gérer sa mission auprès de sa femme, elle est un peu plus compatissante avec lui, c’est comme si elle avait enfin aperçu son côté humain et qu’elle avait compris qu’ils étaient finalement tous les deux dans la même galère.
Sauf que lui a mis plus de temps à réagir, et qu’il l’a fait de manière différente.

Mais tout de même, il l’épate, non seulement il est arrivé à cette occasion d’être parfaitement lucide (et plus le bienheureux hébété qu’elle avait découvert lors de leur première rencontre), mais en plus il arrive à faire des progrès étonnants dans la maîtrise de son don.
Et elle se doute que ça a dû lui demander du boulot, elle se rappelle de son enfance à l’école, et elle se souvient en particulier de ce profond sentiment d’injustice qu’elle pouvait ressentir quand toutes ses petites camarades arrivaient rapidement à maîtriser une nouvelle compétence sans efforts mais qu’elle, elle était forcée de travailler d’arrache-pied pour arriver à comprendre. Elle se souvient particulièrement des maths, c’était toujours des souvenirs douloureux, elle n’a jamais été une fille très logique, alors c’était difficile de comprendre le sens des apprentissages.

Plus jeune, elle était nettement plus sensible, artiste, littéraire et assez intuitive. Elle se dit que c’est probablement pour ça qu’elle a choppé le truc du don très vite.

– Bon, je pense que je vais prendre l’homme. Lance Paul
– Pfff, le plus chiant, évidemment…. Tu veux l’influencer par rapport à quoi ? il reste à attendre son musicien ou bien il se barre ? Ah super, c’est terriblement passionnant, quel suspense, soupire la jeune femme, c’est pas comme ça qu’on va changer des vies.

Nithaël se permet de reprendre la parole.
– Détrompe-toi Samantha, les plus petites décisions peuvent avoir une influence sur la totalité d’une vie… Benjamin Franklin a dit « À cause du clou, le fer fut perdu. À cause du fer, le cheval fut perdu. À cause du cheval, le cavalier fut perdu. À cause du cavalier, le message fut perdu. À cause du message, la bataille fut perdue. À cause de la bataille, la guerre fut perdue. À cause de la guerre, la liberté fut perdue. Tout cela pour un simple clou. ». Voyez-vous le rapport ?

– On concentre nos efforts sur les maréchaux-ferrants ? Ironise Sam.

– Non. Le moindre détail peut compter… Parmi nos nombreux dons, nous ne possédons pas celui de prédire l’avenir, pour la simple et bonne raison que l’avenir n’est pas fixé, est sans cesse en construction à partir du moment présent.
Les humains sont en permanence en train de prendre des décisions qui influeront sur leur avenir et, consécutivement sur celui des autres. L’humanité n’est qu’un énorme canevas sans cesse en cours de fabrication.
Chaque décision que prend l’Homme est influencée par ses émotions et son intuition. Nous sommes l’intuition mais pouvons également réagir forcément sur l’émotion en parallèle.
Dans le cas de ce garçon, si nous l’encourageons à rentrer chez lui, il sera peut-être heureux de retrouver son lit de bonne heure, passera probablement une bonne nuit et sera sans doute plus facile à convaincre demain matin pour une éventuelle bonne action ou amélioration de sa qualité de vie. Si nous le faisons rester, il pourrait rester un moment avec son artiste interviewé, rentrer tard, peut-être manquer de sommeil, voire rater son réveil et cela aurait des incidences sur sa journée du lendemain.

– Mouais, il y a beaucoup d’incertitudes dans tout ce que tu nous présentes quand même.

– Évidemment qu’il y en a Samantha, puisque rappelle-toi que les hommes gardent leur libre arbitre en toutes circonstances. Même si nous souhaitons qu’il parte maintenant et rentre tôt chez lui il peut y avoir tout un tas d’imprévus. Il peut rencontrer un ami dans la rue, ou trouver un programme passionnant à la télévision qu’il regardera jusqu’à l’aube, nous n’y pouvons rien.

– Alors à quoi servons-nous au juste ?

Sam se retourne ébahie, c’est Paul qui a posé cette question alors qu’elle allait le faire. C’est elle d’habitude qui endosse le rôle de la râleuse, sceptique et pessimiste… Si même Paul commence à se poser des questions quant à leur utilité, alors on est mal barrés !
Mais Nithaël ne semble pas déstabilisé le moins du monde.

– Nous sommes là pour apporter de la justesse et de la douceur, de la bienveillance et un peu de laisser-aller à nos protégés terriens. Nos actions peuvent parfois avoir beaucoup de poids, et parfois pas du tout, nous ne savons jamais à l’avance quelles en seront les conséquences, mais nous devons continuer à essayer, toujours en défendant ce qui nous semble être le meilleur.
Nous sommes leurs gardiens, pas leurs maîtres.

 


Nouveau chapitre du roman commencé pour le défi du NaNoWriMo de novembre 2015. Retrouvez-en un par semaine, le mercredi.
L’idée de cette histoire remonte à l’un de mes vieux billets.
Ce roman en sera la genèse.


 

Table des matières :

Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

2 Comments

  • Vanessa Mère Débordée

    26 mai 2016 at 7 h 08 min Répondre

    Ah ! Paul prend de l’assurance ! Vivement la suite

  • Nathalie

    26 mai 2016 at 21 h 49 min Répondre

    Bon , et bien si je pouvais ne pas attendre le prochain Nanowrimo pour que tu t’y remettes , ça m’arrangerai …. oui , je suis égoïste parfois

Post a Comment