Le lutin Lush.

IMG_1955Bon ben comme vous l’avez p’tet deviné déjà au dernier billet, en ce moment c’est pas la grande forme.

Môm est tellement angoissée de me voir déprimée qu’elle m’a même offert un sapin ! C’est comme ça dans la famille, pour  compenser une parole plus blessante ou un geste maladroit, on offre un truc. Manifestement pour tenter de pallier à une dépression passagère, on se rabat donc sur les plantes.

Très bien ma foi…

Mais bon, on va se reprendre, on va arrêter de penser qu’on est qu’une merde qui n’avance pas dans la vie et on va s’appliquer à écrire des billets sur les choses qui égayent encore nos pauvres et moroses journées.

A savoir : LUSH !

Et après Snowcake et toujours dans la famille « savon de Noyelles », je vous présente à présent Ma canne en sucre.

Je viens de l’acheter, je ne le connais que depuis cette année. Il faut savoir que dans la boutique, il ne m’attirait pas spécialement. Mis à part son look de gâteau géant croisé sucre d’orge (grosse meule ronde, blanche avec une épaisse spirale rouge sur le dessus), l’odeur ne me disait trop rien, je le trouvais trop mentholé.

Mais j’ai appris à découvrir réellement Lush dans l’intimité, sous l’eau de ma  douche, produit après produit. En effet, au contact de notre peau, l’odeur  change souvent radicalement, et on peut faire d’agréables découvertes. Et c’est ce qui s’est passé avec celui-là.

Déjà il est crémeux et affublé d’une mousse plutôt fine. Ensuite il a en fait deux odeurs : celle du blanc, à dominance mentholée comme je l’avais senti d’emblée, mais aussi celle de la spirale rouge qui est nettement plus sucrée et épicée. Une fois sur la peau, ces deux odeurs se mélangent pour un ensemble des plus étonnants… Ce savon sent le lutin, si si !

Alors vous allez vous dire « Tain, mais ça lui réussit pas l’isolement et l’apitoiement, elle pète un plomb en nous parlant d’odeurs inconnues de créatures fantastiques« , mais non !

Vous le voyez le lutin ? Le petit être avec des oreilles pointues et un chapeau à pompon ? Il n’a pas d’âge, il ne meurt jamais, il n’a pas de vie sexuelle, et il ne va jamais aux toilettes non plus, il passe ses journées à chanter des chants de Noël en emballant des cadeaux qu’il ne déballera jamais ou en fabriquant des sucres d’orges qu’il ne mangera jamais (comment ça je recommence à être morose ?)

Non mais vous l’imaginez ? avec des habits rouges et verts et blancs, et ses toutes petites mains et ses tout petits yeux malicieux et débordants d’esprit de Noël ? Qui vit en communauté soudée avec tous les autres petits lutins heureux et malicieux et débordants de vie… (pfff, ça commence à me dégoûter)
Eh ben imaginez maintenant ce qu’il doit sentir….
Ben voilà, vous avez l’odeur de Ma canne en sucre !

Il n’y a pas tant de menthe, il y a du pain d’épice de la fraise et de la cannelle, du frais et du chaud mélangé, une vraie odeur de Noël quoi !

Alors, vous aussi vous voulez sentir le gnome ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

5 Comments

  • Wxug

    20 novembre 2011 at 2 h 11 min

    Ô mon dieu, la description du Lutin… Tout simplement énorme. :-)

    (ultra ravi que tu peuples de nouveau ton blog de billets, ça me manquait :-))

  • Joufflette

    20 novembre 2011 at 3 h 08 min

    Lush, oui oui je connais bien, ma Maman aussi, ma tite soeur aussi. On est très Lush dans ma famille ! Ma Maman son chouchou c’est le savon Karma !

  • Milliardaire ? | Blog Agoaye

    8 juin 2014 at 18 h 36 min

    […] pas envie de me retrouver le bec dans l’eau dans 10 ans quand j’aurai tout claqué en savons Lush. Du coup je mets 35 milliards à la banque cash, histoire d’être vraiment tranquille, avoir […]

  • Besoin d’idées ?? | Blog Agoaye

    10 juillet 2014 at 13 h 15 min

    […] bien pour ces deux là, même combat : Lush. Vous fouillez dans les odeurs et dans les formes pour trouver ce qui ira le mieux à chacun, mais […]