Ma vie sans médias.


Ma vie d'associale / mardi, février 9th, 2016

maviePour ne rien vous cacher, je ne suis pas beaucoup sortie ces derniers temps.
A part le médecin, la pharmacie, ma mère…

En réalité, je suis plutôt dans une phase où je vis en symbiose avec mes bouquins, mes stylos pigma, mon blog et mon chaton.
Je me mets soigneusement à l’écart et tout le monde s’en porte pour le mieux.

Voilà déjà près de 4 ans que je ne vis plus avec un téléviseur, et environ 2 ans depuis que j’ai choisi de vivre en marge des médias.

Concrètement, et au quotidien, ce refus d’information se passe plutôt bien.

Je n’écoute pas la radio (de toutes façons pour la daube qui y passe…) ou très peu. Je suis branchée sur Nova les jours où je travaille mais suffisamment tôt le matin pour ne pas être la cible de ces campagnes de pubs horripilantes. De plus, dès que le flash info commence, la seconde alarme bip-bip commence, m’occultant le bla-bla.

Pas de télé non plus. S’il m’arrive de regarder des choses sur un écran (et ça m’arrive quand même, je ne suis pas hermétique à un bon divertissement cinématographique ou une petite série sympathique), je pioche dans mes DVD ou sur des sites de stream.
Les rares directs que je regarde sont les concerts du nouvel an (tradition familiale) ou les rarissimes passages de mes Fatals préférés.
Pas de replay, pas de journal TV, pas de pubs, pas de sponsors à la con et pas de concours de chant/pâtisseries/belles maisons/célibataires/taille de bite bagnole.

Je ne lis pas de journaux. Je me remets doucement aux magazines emplis de douceur de vivre, et parfois je feuillette un Biba lorsque je suis dedans…
Je lis des livres, j’avance dans mon challenge Goodreads et je m’échappe dans des vies bien différentes de la mienne, ça me suffit.

Naturellement, la vie avec mes « semblables » m’apporte bien souvent les informations dont je me serais volontiers passée, mais ça fait partie du jeu, lorsque tu travailles avec une équipe, tu ne peux pas toujours discuter de ce qui se passe dans vos vies respectives, ni seulement de la météo…
Je m’y plie, bon gré mal gré. Parfois j’interviens, parfois je fais la sourde, parfois encore je quitte la pièce
Je n’ai pas ce souci en ce moment.
Plus j’avance dans le temps et plus je me rends compte que ce choix est difficilement acceptable pour mes concitoyens. Je suis souvent méprisée, voire même regardée comme une bête curieuse.
Depuis le temps pourtant je sais pertinemment que ce qui diffère dérange, mais j’ai toujours un peu de mal à m’y habituer.

« Tu te moques de nous ? Tu n’es pas au courant ? Mais qu’est-ce qui t’intéresse dans la vie alors ? Comment peux-tu ne pas te tenir informée ? »

Eh bien non je ne me moque pas.
Non je ne suis pas au courant.
Ce qui m’intéresse c’est justement la vie, et ce qui fait qu’elle est jolie. Et en aucun cas les guerres, le racisme, l’humiliation ou la consommation.
Je peux me tenir désinformée parce que c’est ma volonté, mon choix.

Et je ne suis pas plus con, ou plus futile. Ni même moins réaliste de ce qui se passe autour de moi.
Je me protège en choisissant ce que je saurai, ce que je trouverai important en fonction des moments que je traverse.
Je ne serai pas gavée d’images et d’idées comme une pauvre oie du troupeau.
Je me ferai mon propre jugement le jour où je penserai qu’il est utile d’en avoir un, mais pas n’importe quand et pas n’importe lequel.

C’est comme si j’essayais de protéger une petite illusion de liberté…
Laissez-moi ça.

Rendez-vous sur Hellocoton !

20 réponses à « Ma vie sans médias. »

  1. Je suis partagée… d’un côté, je me dis que ce serait plus « serein » de ne pas me tenir informée mais d’un autre côté, je suis convaincue de la nécessité de savoir ce qui se passe dans le monde… Donc voilà, je ne pourrais pas (même si je vivrais sans doute mieux). Mais je te comprends… clairement…

    1. C’est certain que parfois je passe pour une conne (bon, ça ne me dérange pas plus que ça), parfois aussi je me sens un peu « inutile » parce que je ne sais pas de quoi on parle mais que ça m’a l’air intéressant…
      Mais mon j’m’en foutisme a un incroyable pouvoir pour me sortir de ces situations…

  2. Je pense que c’est ce que je devrais faire pour être plus sereine. Essayer de décrocher un peu. Je pense que je vais essayer de faire le point sur les choses dont je pourrais me passer, c’est une bonne idée.

  3. Chacun ses choix ma belle. Tu as bien raison de te protéger. J’ai un écran pour voir mes films. Je regarde rarement les informations et ma chaine HiFi ne me sert qu’à écouter des CD.
    Je m’éloigne le plus possible de toutes sources d’information négatives. Même si je pense que s’informer est essentiel. Je le fais par le biais des journaux et magazines. Je fais mon tri moi même.

  4. C’est un choix et une philosophie, et c’est votre droit — pas de l’indifférence, mais une décision personnelle avec ses raisons. Personne n’a le droit de juger ça. (Même si malheureusement, le droit de juger est quelque chose que les gens prennent allègrement tout de même !)
    Et c’est clair que quand on voit les médias et le monde d’aujourd’hui, ç’a quelque chose de franchement malsain donc vous ne perdez pas grand-chose…

    1. Ahhhh le jugement. Il a encore de beaux jours devant lui. Mais à dire vrai, plus je travaille sur moi et sur ce point en particulier plus je me dis que c’est tellement profondément ancré que je comprends la difficulté à s’en détacher !

      1. C’est sûr !
        Quand je ne sais plus quoi faire de moi je me lance dans des cours en ligne pour me donner l’illusion que ma vie a une utilité, et je me suis passionnée pour la psychologie sociale dernièrement… On trouve des choses vraiment intéressantes sur les mécanismes selon lesquels les gens se jugent entre eux, les idées reçues etc. etc., et on se rend vraiment compte que même les personnes ouvertes d’esprit ont des tonnes de choses qui se passent dans leur inconscient et qui les influencent. On est quand même une sacrée espèce. Ce qui n’excuse pas pour autant les gens qui décident très consciemment qu’ils sont tout à fait en droit de décider si la conduite de quelqu’un est bien ou pas alors que ça ne les regarde en rien =P

  5. je ne te trouve absolument pas drôle! Je n’en suis pas au même point que toi, mais il y a des choses que je ne fais, ou plus, comme regarder les infos, ça démoralise, ça choque, ça fait plus de bien que de mal. Alors quand on me parle d’un truc, bah bien souvent je suis pas au courant et je m’en tape!
    J’ai aussi supprimé mon facebook, on voit trop de choses dessus qui me gonfler, et savoir la vie des autres pour constater que toi t’es nulle du coup, c’était nul aussi…
    Moi j’admire ta décision et j’approuve!!!

    1. C’est vrai que j’apprends beaucoup de choses via Facebook (les attentats par exemple :/)
      Mais mon twitter est drôlement plus « politique », et j’y vois aussi beaucoup de prises de position en tous genre… C’est pour ça que j’y suis moins

  6. Je ne regarde plus de journal télé depuis longtemps , en revanche les infos tournent en boucle à la radio entre 6h00 et 7h30 le matin , de ma chambre à ma salle de bain . Le reste de mes infos je les pioche dans les pages web des journaux , donc je m’arrête simplement sur des sujets qui m’interpellent et j’évite les dernières catastrophes en tout genre . Etant un animal social , j’ai besoin de me sentir connectée aux autres , y compris en essayant de comprendre dans quel monde ils vivent . Et je ne me sens pas déconnectée de toi , même si tu vis éloignée des médias d’info . Fais comme bon te semble , ce qui est important c’est toi .

    1. Je mentirais si je ne te disais pas que je m’arrête aussi parfois sur certains titre. Les plus locaux en vérité (du genre c’était pour quoi exactement la fusillade de lundi dernier sous ma fenêtre de bureau) :)

  7. Je pense qu’un tri est nécessaire (et surtout de ne pas tout prendre pour argent comptant).
    Mais de là à ne pas du tout se tenir informé, je ne sais pas.

    Tu dis que tu fais ça pour ne garder que le bon.
    Euh, je ne veux surtout pas que tu le prenne mal.
    Mais j’ai pas l’impression que ça change quelque chose pour toi.
    Ah moins que tu sois encore plus bas si tu les regardais.

    En tout cas, c’est un choix.

  8. Votre choix est honorable et respectable! Le monde a bien évolué et vie à mille à l’heure, il est normal de déconnecter…Pour se protéger un peu et couper. Ce qui me dérange c’est la bêtise et le jugement des gens qui porte sur votre choix de vie, il représente bien notre société d’aujourd’hui, informations, consommations et individualismes pour la plupart des personnes Bref. C’est dommage que ces personnes vous jugent sans vraiment vous connaître…Et ne respecte pas vos choix de vie!

  9. Merci
    Pour cet article
    Pour cette sensation que je ne suis pas seule .
    Hier encore on disséquait mon choix et j’ai fini par me sentir conne.
    Or je n’ai juste pas les mêmes valeurs et priorités…
    Merci

    1. Rho mais je t’en prie, merci à toi pour ces commentaires. Effectivement, on est une poignée (et de plus en plus nombreux il me semble) à essayer de faire fonctionner notre cerveau hors médias !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.