Mais qui a inventé les sous-entendus ?


Non classé / vendredi, janvier 17th, 2014

IMG_6248Je suis une littéraire. Avec les mots j’ai pas de soucis, je sais gérer, je sais jongler, je sais composer…
Les figures de style, dans la poésie, les romans, pour faire plus joli ou pour créer une ambiance, les champs lexicaux tout ça y’a pas de problèmes.
L’ironie, le sarcasme et les blagounettes vite fait, ça va aussi, je les maîtrise aussi en général.

Mais les sous-entendus… Alors là… o_O

Alors c’est un truc que je balance généralement lors des tous premiers échanges avec un éventuel partenaire sexuel (genre sur les sites de rencontre, ou lors d’une rencontre en vrai quand le courant passe bien -chose qui a dû m’arriver pour la dernière en fois vers 1997-), pour éviter les inconvénients (par exemple le mec me drague et je ne réagis pas du tout OU PIRE  je ne fais rien du tout et le mec croit que je lui fais du rentre-dedans de chatte en chaleur…)
Du coup voilà, je préviens :

Je ne maîtrise pas du tout les sous-entendus !

Alors je vous avoue que c’est assez récent. Parce que je vous avoue aussi que j’ai un sacré passé de manipulatrice notoire. Quand j’étais avec Johan par exemple, je me rappelle de tout un tas de trucs où je testais en permanence, où je manipulais pour le tester… Bref j’ai grandi, je sais à présent qu’on m’aime sans forcément tendre des pièges de merde pour en être sûre.
Mais le fait est que pour manipuler, il faut aussi vachement bosser ses sous-entendus !

Mais depuis plusieurs paires d’années j’ai décidé que finalement ça me saoulait trop, et que je ne chercherai plus… Ni à en faire, ni même à les comprendre.

Parce que finalement, les sous-entendus c’est quoi ? C’est une manière de faire passer un message sans le dire !
Nan mais euh…. On a la chance de posséder un vocabulaire incroyable avec des mots qui apportent des nuances même parfois infinitésimales par rapport à d’autres mots…
Et nous on fait quoi ? Ben on sous-entend !!!

Nan mais sérieusement c’est stupidissime ! ET je ne vous parle pas des efforts que ça demande en plus…
Celui qui fait le sous-entendu doit faire gaffe à le placer correctement, ne pas trop en dire, mais assez quand même pour qu’il soit remarqué…
Et celui à qui le sous-entendu est destiné : bah faut déjà qu’il le choppe puis ensuite qu’il le décortique (« alors, s’il m’a dit ça, ça veut dire qu’il pense ci, et que donc je devrais faire ça…« )
Pffffff ! Trop fatigant !

Alors moi je préviens que je ne les maîtrise pas, que je n’en fais pas et que même si mon interlocuteur en fait, je ne les remarquerai pas (même si parfois je crois en voir, je laisse tomber…)
Le gars il a envie de me lécher les tétons ? Ben il demande ! Et vu comme c’est la misère en ce moment s’il le fait poliment ça risquerait bien d’arriver !

Alors je passe pour une sainte-nitouche, un ange, une niaise qui ne comprendrait rien, mais m’en fous, je vis très bien avec, ou plutôt sans.
Parce que faut pas se leurrer, 75% des sous-entendus sont destinés au cul (exemple : « je suis toute seule dans mon grand lit ce soir » = « toi, là, j’te serrerais bien« ), 15% sont destinés à la religion et à la politique (exemple : « elle est au chômage mais a eu 5 enfants » = « elle croit que les allocs c’est son employeur« ) et 10% sont destinés aux critiques envers autrui (exemple : « ta robe est vraiment de plus en plus étriquée » = « tu es vraiment de plus en plus grosse« )
(PS : ne vous hérissez pas à mon exemple des 15%, il ne reflète pas ma pensée, je tiens à le dire -on sait jamais, si Gus passe par là !!!)

Un exemple concret ? Hier, de fil en aiguille, sur mon dernier LLDDD, un lecteur m’a commenté que c’était vachement félin tout ce que je décrivais, je lui réponds alors un truc, terminé d’un « Miaou » (normal, félin = chat, je continue le délire quoi) et à ce Miaou, mon lecteur qui me fait la remarque que je dévoile petit à petit toutes les parties de mon corps….
Donc là, je suppute (merci SoCheeryh, il est ici grâce à toi ce mot-là) qu’il y a un sous-entendu que l’on pourrait (à la limite quand on frôle la maladie mentale comme moi) interpréter ainsi :

le mot « dévoiler » (qui ne connote pas un voyeurisme désagréable) + Miaou + partie de corps = chatte  !!!
Rhaaaaaaa, il me sous-entend un rdv skype cadré sous le nombril !!

Voilà !

Voyez comme c’est dangereux ?

(Parce que finalement je sais que c’est pas vrai ! Hein, hein que c’est pas vrai ?)

Et vous, qu’est-ce que vous sous-entendez ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

19 réponses à « Mais qui a inventé les sous-entendus ? »

  1. Pas grand chose, comme toi j’ai la flemme de sous-entendre, je dis directement et franchement.
    Le Chti lui peut très bien manier le double-sens mais il sait que je le comprends pas donc il s’adapte à moi :P

      1. ça fait preuve d’un peu de courage, parce qu’effectivement on fait la moitié du chemin pour dire ce que l’on pense, mais qu’on ne va pas jusqu’au bout pour le dire clairement

  2. Mouahahah. J’essaye d’éviter de décortiquer. J’affiche une naïveté à toute épreuve et je la cultive même.
    Parce que sinon je passerai mon temps à tenter de savoir ce que peut-être il aurait pu penser en disant ça. C’est fatiguant !

    Je n’ai aucuns dons en manipulation, je suis une quiche dans ce domaine, vraiment. On m’a déjà fait la remarque que c’est un « atout » féminin qu’il me manque….
    Bah, c’est comme ça. En général je vais droit au but avec énoooooormément de tact (aheum il y a une très grosse exagération dans cette phrase).
    Mais récemment je me frotte à des gens plus à l’aise que moi dans ce domaine. Même en ne voulant rien voir mon alarme s’est déclenchée. Depuis je tente de ne pas mouline dans ma tête…

  3. Mouahahah, j’suis pas aussi tordu. Peu importe le sens dans lequel tu as interprété les choses sur le moment, les malentendus sur le web sont vite arrivés. Ça fait partie du jeu mais j’reviendrai toujours au même discours
    « je suis uniquement responsable du contenu que je poste sur le web mais pas de la manière dont il est interprété »

  4. Le problème, c’est que l’on peut voir des sous entendu dans chaque phrase.

    D’ailleurs, il me semble que j’avais fait un billet ou je parlais d’une phrase qu’une fille m’avait dite et où je me demandé pourquoi.

    Vu comme je suis, j’ai tendance à voir toutes les possibilités d’un sous entendu et garder que la situation la plus sure pour moi (celle qui fait que je me prend pas une baigne :))

    Bon et si j’ai bien compris, il suffit de demander poliment pour te lécher les tétons, là c’est clair, il n’y a pas de sous entendu.
    ….
    Euh, c’est pas parce que je dis ça que je sous entend que je veux le faire :)

      1. Ouai, je sais, mais j’adore ça, alors ça vas ;)
        Bon après, c’est plus dur pour mon entourage.

        D’ailleurs, j’ai l’idée d’un billet sur ça (il faut juste que je trouve le temps de l’écrire ;))

  5. C’est pas mon trip non plus, j’ai besoin de clarté :-) Quand je les remarque, je fais l’impasse.
    Après, il y a une forme de sous-entendu codé qui me permet de communiquer avec un ami lorsque je suis en groupe – une sorte de clin d’œil verbal. Mais cela implique une forte complicité, de la blague et non pas un sous-entendu porteur de jugements de valeur. (Heu, suis-je claire ?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.