Mes 10 jours sans achats de février

En guise de résolutions pour l’année, j’ai décidé durant tout 2018 de m’imposer des pauses sans achats 10 jours par mois tous les mois.

Je vous en ai déjà parlé à maintes reprises et en janvier je vous avais fait le récapitulatif des 10 premiers jours. J’étais bien contente du résultat, j’ai même fini le mois sans être à découvert (un moment que ça ne m’était pas arrivé).

En février, le générateur de date aléatoire avait décidé que mes 10 jours sans conso débuteraient le 18 et s’achèveraient donc le 28 (inclus). Ce sont les vacances, je me résous donc à ne pas partir et à faire avec les moyens du bord niveau bouffe et loisirs. Ça va le faire !

Une fois n’est pas coutume, je fais le point à mi-chemin !

Au niveau de la nourriture, cette fois je ne suis pas inquiète (en fait je ne suis presque jamais inquiète, j’ai encore pas mal de réserves et je me dis qu’en cas de disette, ça ne fera pas de mal à mon gros cul !!).
Juste avant de commencer la période, j’ai eu l’occasion d’aller chercher des sacs surprise d’invendus dans mon Super U local. J’ai transformé, j’ai congelé, j’ai stocké !

Même lorsque j’ai appris lundi qu’un vieil ami (enfin non, plutôt un jeune ami mais de longue date) allait venir squatter mon canapé, je n’ai pas été soucieuse, j’aurai bien assez pour lui et pour moi !

Seule ombre au tableau : c’est les vacances donc je suis à la maison le matin. Et quand je me réveille j’aime bien prendre un petit déjeuner complet
J’ai du lait de chèvre, j’ai des oranges, j’ai encore un peu de beurre, j’ai du chocolat en poudre. Bref j’ai tout… ou presque…
Au matin du cinquième jour (aujourd’hui donc), je me suis aperçue avec effroi que je n’avais plus la moindre miette de pain ! J’ai fini mon trognon de rassis hier avec mon yaourt chimique aux fraises (putain que c’est pas bon ce truc), je n’ai donc plus rien du tout pour mes tartines !

J’ai donc lancé un appel au secours déchirant sur Facebook et mes gentilles amies ont entendu ma plainte et m’ont filé tout plein d’idées :

Vanessa m’a conseillé de faire mon propre levain
Isabelle m’a filé une petite recette qui a l’air bien sympa :

 

 

 

Marceline m’a conseillé de faire des petits pains aux yaourts :
« pour 6 pers: 400 gr de farine, 1 sachet de levure, 2 yaourts, 70 gr de beurre. Mélanger tous les ingrédients, former 4 à 6 petites boules et mettre au four, à 180°, pendant 30 min. Dorer avec un jaune d’œuf ou un peu de lait si besoin. »

J’ai donc fouillé dans mes tiroirs et ma cave et j’ai retrouvé de la levure de boulanger déshydratée (2 sachets… faut pas que je me loupe) et de la farine d’épeautre ! Bingo, j’ai tapoté sur Google et suis tombée sur cette recette.
Me voilà donc en train de pétrir à la main devant un épisode de « Mon oncle Charlie » avec Ashton Kutcher et ses cheveux longs (mioum).

A 16 heures, mon pain est prêt (trop tard pour le petit déj’) et a une assez bonne tête (voir vignette). Au goût c’est pas mal non plus, manque sans doute un peu de sel pour moi…
Nous verrons demain s’il passe le test ultime de la tartine grillée, mais globalement je suis assez ravie d’avoir réussi à créer un truc mangeable. Je n’y croyais pas !
Je suis soulagée aussi… Lorsque j’ai l’impression de manquer quelque chose, je pars vite dans la démoralisation, et c’est pas terrible.


Niveau loisirs maintenant, j’avoue que je me fais un tout petit peu chier chez moi… Mais ce n’est pas le manque de consommation qui est en jeu, plutôt le moral qui n’est pas forcément au beau fixe.
J’ai eu une journée assez pénible hier (anniversaire de la mort de mon père et obligation de faire un choix radical pour ne pas me laisser vampiriser par son éplorée vieille maman… bref… pas cool…) et j’ai de nouveau l’impression de devoir lutter pour continuer.
Bref…

En attendant que mon ami arrive, je pense qu’il va falloir que je me motive à me bouger les fesses… Pourquoi pas prendre la voiture pour la journée (j’ai encore presque le plein) et aller faire le tour des boîtes à livres à référencer dans un rayon de 100 ou 200km… Ça me changerait bien les idées. Et puis c’est gratuit (note à moi-même : éviter les péages) !

Pour le moment, je vois deux inconvénients pour les 5 derniers jours de mon défi :

  • Une nouvelle campagne de crownfunding arrive pour les Fatals, et en tant que vieille fan j’aurai accès aux contreparties limitées en avant-première dès demain….
    Eh bien même si je voulais, je ne pourrais pas !
  • Mon pote va probablement vouloir sortir (il a 20 ans… C’est de son âge !). La dernière fois qu’il est venu, on fait la fermeture de tous les bars de châtelet et on est rentrés fins bourrés dans le premier RER après avoir encouragé un inconnu magnifique à faire une lap dance sur la barre centrale… C’était tellement génial !
    Si je ne bois que de l’eau du robinet toute la soirée, nos sorties risquent d’être moins folles… (enfin surtout pour moi)
    Ou alors faut que je troque mes verres…
    Ou alors faut qu’il me les paye…
    Ou alors faut que j’embarque ma flasque…

    Bref, je cherche des solutions !

 

Et vous ? Comment consommez-vous en février ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

4 Comments

  • Fabignou

    22 février 2018 at 22 h 09 min Répondre

    Je suis en plein défi zéro conso en février (hormis la nourriture mais seulement l’essentiel) et ça se passe très très bien. Je n’ai eu envie de rien, je me sens carrément libérée, alors que je ne suis plus une grosse consommatrice depuis un moment déjà. Mais avec Noël et quelques achats sur Vinted en mode « c’est de la seconde main, je peux », j’étais un peu retombée dans la consommation. Cette coupure radicale m’a fait un bien fou, je vais même poursuivre en mars.
    Niveau nourriture, j’ai été très raisonnable aussi – j’ai déjà l’habitude de n’acheter quasi que des produits bruts et cuisiner beaucoup. J’ai juste craqué sur une raclette, avec la neige c’était trop tentant ! Et une fois des pâtisseries à la boulangerie, même excuse froid, faim et envie de douceur :)

    Je suis désolée pour ta journée pourrie d’hier, j’espère que ta visite te remontera le moral !
    Je sais que c’est très personnel et que chacun gère comme il peut, et je ne sais pas si c’est l’anniversaire de la mort de ton père qui t’a plombée ou la confrontation avec sa mère, mais je voulais juste te faire part de mon expérience. J’ai décidé un jour que ça suffisait, que je n’allais pas me gâcher tous les 6 mai ad vitam aeternam, jour de la mort de ma mère. Déjà que les anniversaires je m’en fous, mais je me plie à la coutume car j’aime les célébrations joyeuses (idem pour les mariages :) mais les anniversaires de la mort de quelqu’un… En partant du principe qu’il y en aura de plus en plus… (mode pragmatique on ;) Ça n’enlève rien à la peine qu’on peut éprouver à des moments clés de l’existence, ou sans raison particulière d’ailleurs. Depuis quelques années, je zappe carrément la date, je me rends compte souvent un moment plus tard que je ne me suis même pas forcée à ne pas y penser. Pour moi ça faisait trop « double peine », le manque qui peut survenir n’importe quand, et cet anniversaire glauque, alors qu’on peut passer une très belle journée, un 6 mai :)

    • Agoaye

      24 février 2018 at 15 h 43 min Répondre

      Oh je suis hyper contente pour ton défi 0 conso, bientôt tu pourras y inclure la bouffe aussi au rythme où ça va :))

      Tu sais moi je ne suis pas très « dates » ni joyeuses, ni dramatiques. Là je m’en suis juste rendue compte parce que j’avais un RDV pour ma VAE ce jour-là et que je me suis fait la réflexion, mais si ça avait été n’importe quel autre jour sans RDV, je ne m’en serais probablement même pas aperçue… Le fait qu’elle m’appelle par contre ça m’a achevé.

      En revanche je me suis souvent rendue compte que le corps se souvient… Souvent je suis patraque sans pouvoir l’expliquer, le moral en berne je me demande alors ce qui peut bien se passer, je pense à mon cycle, je pense à la lune et quand rien de tout ça n’explique, alors je replonge dans les souvenirs… Et souvent c’est un anniversaire de décès, ou de rupture…
      Celui qui reste compliqué c’est celui de ma grand-mère… Le jour du printemps, difficile à zapper :/

  • Guillemette

    23 février 2018 at 22 h 32 min Répondre

    La débrouille ! Bon courage dans ton projet :)

    • Agoaye

      24 février 2018 at 15 h 36 min Répondre

      Merci, j’espère tenir…. Ce mois-ci avec la venue de mon ami ça va être un peu plus compliqué :)

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.