Mes lectures de janvier 2018

La nouvelle année m’a remotivée pour la lecture, et c’est plutôt pas mal car ma pile de livre à livre dépasse des sommets…

Au programme ce mois-ci : Le gros Gounelle, une fine analyse de la société mondialiste, un roman pas à l’eau de rose, des mots de parents ainsi que quelques ouvrages pour satisfaire mon côté voyeur

Cette année encore, je fais le défi : lire 80 livres dans l’année (mon défi Goodreads) pris sur mes piles à lire !

(Je vous mets des petits cœurs pour « noter » mon niveau de plaisir avec ce livre, 5 est le maximum. Même principe pour mon niveau de mécontentement, mais avec des cœurs brisés)

En janvier, j’ai lu 6 livres.


Les Heures souterraines de Delphine de Vigan

Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu’au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l’attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n’ait été dit, sans raison objective, Mathilde n’a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu’elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.

Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l’attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l’immense solitude qu’elle abrite.

Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d’eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s’arrête. Autour d’eux s’agite un monde privé de douceur.

Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au cœur d’une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l’on risque de se perdre sans aucun bruit.

Résumé par Babelio

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce roman…
Des histoires de souffrances, mais pas que… Des récits de solitude, mais pas seulement…
Les sentiments des deux personnages principaux sont minutieusement et élégamment disséqués et ce n’est ni mielleux ni niais.
J’ai particulièrement apprécié la fin et toute ma méthode d’écriture autour d’elle.

Un bon moment !



Le Scaphandre et le papillon de Jean-Dominique Bauby

Dans sa chambre de l’hôpital maritime de Berck-Plage, il survit, atteint du locked-in syndrom, littéralement « enfermé en lui-même » à la suite d’un accident cardio-vasculaire. Dans ce corps inerte, seul un œil bouge, c’est son lien avec le monde. Avec cet œil, il cligne une fois pour dire oui, deux fois pour dire non et, lorsqu’on lui présente les lettres de l’alphabet, il peut ainsi former des mots. Il a ainsi écrit ce livre tour à tour tendre et désespéré, d’une intensité qui serre le cœur.
Jean-Dominique Bauby, né en 1952, est journaliste (rédacteur en chef de Elle) et père de deux enfants. Son accident est survenu le 8 décembre 1995.

Résumé par Babelio

Mon avis :

L’émouvant fil de pensées de Jean-Dominique Bauby victime d’un AVC et privé de la parole et de quasiment tout mouvement.
Les souvenirs s’entremêlent aux considérations de l’état actuel des choses sans apitoiement ni désinvolture. C’est intelligent mais simple.

Une lecture très intéressante qui me pousse à présent vers le visionnage du documentaire.


Et tu trouveras le trésor qui dort en toi de Laurent Gounelle

Tout commence le jour où Alice, une jeune femme dynamique et audacieuse, retrouve son ami d’enfance, Jérémie. Devenu prêtre de campagne, il lui confie être accablé par le faible nombre de fidèles qui le suivent. Athée et conseillère en communication, Alice se met en tête de l’aider à sa manière. Amenée par la force des choses à se plonger dans le monde de la spiritualité, du christianisme à l’hindouisme, du taoïsme au bouddhisme, Alice va découvrir une vérité universelle particulièrement troublante. Une vérité concernant l’homme et la clé de son épanouissement, passée sous silence par les religieux, perdue au fil des siècles…
Dans ce nouveau roman émouvant et captivant, Laurent Gounelle nous entraîne dans un univers passionnant à la découverte de ce qui permet à l’homme de s’élever dans une autre dimension, où ses actes sont puissants et sa joie, un état durable.

Résumé par Babelio

Mon avis :

Je lis cet auteur depuis que j’ai découvert (et suis tombée amoureuse) « L’Homme qui voulait être heureux ». Mes attentes sont donc assez hautes.

Ici, on part à la rencontre d’Alice qui décide d’étudier les message des religions et de les comparer afin d’y reconnaître un fil conducteur.
Comme à chaque fois (et c’est le fond de commerce de cet auteur), l’écriture est simple et la lecture est agréable. La fiction se mêle à de vraies recherches approfondies sur de réels sujet spirituels. Il n’y a pas à dire : c’est un beau boulot !

Cependant, j’ai un chouïa moins accroché. Il m’a été difficile de m’identifier à l’héroïne et le message, quoique intéressant (voire déroutant) ne m’a pas réellement transcendée (il faut dire que Dieu c’est vraiment pas mon truc :))


D’autres vies que la mienne d’Emmanuel Carrère

À quelques mois d’intervalle, la vie m’a rendu témoin des deux événements qui me font le plus peur au monde : la mort d’un enfant pour ses parents, celle d’une jeune femme pour ses enfants et son mari.

Quelqu’un m’a dit alors : tu es écrivain, pourquoi n’écris-tu pas notre histoire?

C’était une commande, je l’ai acceptée. C’est ainsi que je me suis retrouvé à raconter l’amitié entre un homme et une femme, tous deux rescapés d’un cancer, tous deux boiteux et tous deux juges, qui s’occupaient d’affaires de surendettement au tribunal d’instance de Vienne (Isère).

Il est question dans ce livre de vie et de mort, de maladie, d’extrême pauvreté, de justice et surtout d’amour. Tout y est vrai.

Résumé par Babelio

Mon avis :

Ce n’est pas un roman, et pour tout dire ce n’est pas non plus la lecture à laquelle je m’attendais et celle que j’espèrais depuis bien longtemps, ravie d’avoir trouvé cet ouvrage en boîte à lire). Il s’agit plutôt d’un témoignage de la vie des autres.
La vie de proches de l’auteur qui ont vécu des drames et dont il nous parle directement, tout en se questionnant sur sa propre capacité à être au monde.

 Ce fut une lecture assez particulière, à la fois touchante et troublante d’intimité.



Mots d’excuses 2 de Patrice Romain

Retards, absences, embrouilles entre élèves, difficultés scolaires, contestations de notes… autant d’occasions pour les parents d’écrire au maître de leurs  » chères petites têtes blondes « . Patrice Romain a recueilli durant vingt ans ces perles, drôles, émouvantes, pleines de bonne ou de mauvaise foi. Au-delà du sourire, ces billets sont également le reflet d’une société, de sa culture et des éternels quiproquos entre parents et enseignants.

Résumé par Babelio (Il s’agit du lien du livre n°1, mais c’est la même chose :))

Mon avis :

Petite lecture humoristique, courte et hyper rapide dans le but de passer un bon moment sans prise de tête et sans prétention.

 Certains mots font sourire, d’autres m’ont déjà été adressés (« Truc n’est pas venu car il avait des mots de george » c’est un classique !)


La Mondialisation racontée à ceux qui la subissent de Hervé René Martin

Nous vivons tous aujourd’hui sous le règne de ce que nous appelons la Mondialisation, sans pour autant savoir que ce terme recouvre exactement. Connaît-on par exemple ses effets sur le contenu de notre assiette : des aliments transgéniques à la vache folle, en passant par les édulcorants de synthèse et leur propension à nous provoquer des tumeurs au cerveau ? Sait-on à quel point elle participe de la croissance du chômage, de la violence urbaine et de la montée de l’extrême-droite dans les pays du Nord ? Mais aussi de la déforestation, de la famine, et du retour de l’esclavage dans les pays du Sud ? A-t-on idée de son influence sur nos conditiens de travail, le niveau de nos salaires ou encore le taux de faillite de nos entreprises ? La question que se pose le héros de ce livre, un détective qui vit retiré dans la montagne d’où il mène son enquête entre explorations sur Internet et conversations avec le charpentier du village, est : Qui c’est, la mondialisation ? Mais si la question peut paraître naïve, la réponse se révèle, elle, beaucoup plus inquiétante.

Résumé par Babelio

Mon avis :

Extrêmement intéressant…
Un voyage au pays des trucs qui ne tournent pas rond dans notre société raconté par un néophyte se retrouvant embarqué dans une aventure pour changer le monde, son monde.


J’aurais aimé que ce livre ne se termine pas, j’aurais bien voulu qu’il brosse d’autres aspects. Et bien sûr, je voudrais le relire plus tard et le faire circuler autour de moi avec délectation !!
En recherchant son résumé sur Babelio, je découvre qu’il y a un tome 2 ! Je vais tout faire pour me le procurer !!


L’année commence bien et avec des lectures de qualité.
En février, j’espère ENFIN terminer le Guillon qui m’emmerde à crever (parce que c’est ultra-politique et que la politique me fait super chier) ainsi que mon livre en anglais qui me demande une super concentration pour arriver à y comprendre quelque chose (même avec les aides à côté).

 

Et vous, qu’avez-vous lu dernièrement ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

10 Comments

  • Sand Mayer

    8 février 2018 at 9 h 02 min Répondre

    Deux dans ta liste m’intéressent :)

    Merci pour cet article ;)

  • zenopia

    8 février 2018 at 9 h 03 min Répondre

    J’ai lu le Scaphandre et le Papillon… même avis que toi…

    • Agoaye

      14 février 2018 at 14 h 45 min Répondre

      Je ne l’ai pas gardé. Il est reparti au troc.

  • Guillemette

    8 février 2018 at 19 h 03 min Répondre

    Delphine de Vigan… J’aime beaucoup :)

    • Agoaye

      14 février 2018 at 14 h 43 min Répondre

      Alors il est évident que j’en avais déjà entendu parler (en bien) mais je ne crois pas l’avoir lue avant !

  • Petite ombre

    12 février 2018 at 17 h 15 min Répondre

    j’ai mis dans ma pal, le premier livre que tu cites, les autres m’attirant un peu moins.
    je te comprends de ne t’emmerder à lire quand c’est trop politique. mais tu veux pas le lâcher du tout? moi je pourrais pas continuer, c’est rare que j’abandonne un livre, mais quand ça veut pas, ça veut pas

    • Agoaye

      14 février 2018 at 14 h 31 min Répondre

      Comme toi c’est hyper rare que j’abandonne, et en général ce n’est pas parce que ça me gonfle. Je ne quitte que lorsque c’est insupportable (rapport à la violence ou aux idées, ou encore à quelque chose qui résonne bien trop dans mon vécu).
      Mais ça y est, je l’ai finiiiii. Hourrrrrraaaa

  • Manhal

    12 février 2018 at 20 h 05 min Répondre

    Pour ma part cette liste m’a inspirée, et comme j’étais en route pour la bibliotheque hier et que je l’ai lu juste avant, j’ai copié les titres et noms des auteurs pour voir si je les trouvais. Malheureusement je n’en ai trouvé qu’un, « La vie des autres » d’Emmanuel Carrere. Entre temps j’avais oublié ce que tu avais dit à son sujet. Du coup ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais non plus, j’ai apprécié mais j’ai été plutôt déroutée car je l’ai lu sans vraiment savoir avant de quoi il s’agissait. Donc j’ai trouvé ça déroutant, troublant, mais touchant.

    Et j’en ai profité pour prendre « la classe de neige » du même auteur. Angoissant, mais je l’ai lu d’un trait, et j’ai beaucoup aimé. J’aurais mis 4 coeurs :)

    Sinon j’ai lu aussi récemment Un pas de trop de Patricia Wenthworth, je découvre cette romancière et j’aime bien. Bon c’est entre Jane Austen et Agatha Christie, donc faut aimer, c’est un policier romancé, ambiance britannique de la première moitié du 20 eme siècle, mais si on aime les policiers et les romans on ne peut qu’aimer, j’ai mis du temps à dénouer l’intrigue donc c’est assez bien ficelé. Si j’ai l’occasion je relirais cette auteure.

    Et pour mes autres lectures récentes, « le grandmechantdoux » de Bazin, c’est un recueil de nouvelles et sur tout le recueil il y en a deux que j’ai trouvé touchantes, le reste ça se lit mais sans plus.

    • Agoaye

      14 février 2018 at 14 h 25 min Répondre

      Oh je suis contente de t’avoir inspirée dis donc… Je vais donc noter « La classe de neige » dans mes petits papiers, 4 coeurs ça doit valoir le coup :)
      Quant à Wenthworth je ne sais pas trop… J’ai lu mon premier Christie il n’y a pas si longtemps et c’était divertissant mais sans plus.

Post a Comment