Moi je bois !


Ma vie de prof des écoles / vendredi, avril 4th, 2014

IMG_7133[1]Les mauvaises langues se diront que ce n’est pas nouveau (et elles auront probablement raison, mais c’est quand même pas très très gentil…).

Les meilleures langues me diront que c’est pas alarmant, on boit tous un p’tit peu après tout, et puis c’est vrai qu’il y a souvent une occasion pour boire en société.

Oui mais moi je bois tous les jours, et je bois seule !

Et forcément y’a une raison (oui parce qu’au contraire des organismes unicellulaires -ou de Nabilla- moi quand je fais des trucs, y’a souvent une raison).

Au début, quand j’ai commencé à ressentir la nécessité de boire en rentrant du boulot, je me suis naturellement dit que je buvais pour oublier.

Ce que je fais en ce moment est à l’antipode le plus extrême de ce pourquoi j’ai choisi ce métier. Je suis prof des écoles ! Et en ce moment et jusqu’à la fin de l’année je m’occupe de Très Petite Section, un truc qui n’existe même pas dans les programmes de l’éducation nationale.

Alors je compte, les heures, les jours, les minutes, le nombre de fois où je dis « non », les hectolitres de morve essuyés sur les manches, les tâches de peinture sur mes jeans, les soupirs et les larmes refoulées (les miennes, je précise). Je hais la moindre seconde de ma journée de travail, du coup je bois !

Mais finalement ce n’est pas que pour ça, car il ne faut pas croire mais je ne me bourre pas la gueule tous les soirs non plus (un sur deux uniquement), non, la plupart du temps je ne prends qu’un verre ! Alors quoi ?

Eh bien figurez-vous que je me suis vite rendu compte de la raison cachée : la douleur !

Je suis tellement pas bien, je suis tellement crispée, stressée et sur les nerfs à cause de ce remplacement que je déteste que je me mets à avoir mal à la tête dès 14h00 ! Et là je prends Efferalgan sur Doliprane (réflexe naturel)

Sauf que ça ne passe pas, et que je reste dans un état nauséabond avec cette douleur diffuse en continu jusqu’à ce que je rentre chez moi, et donc là je bois. Et là ça passe !

Incroyable ? Pas tant que ça finalement…

J’ai vu mon ostéo hier, et elle m’a expliqué : mon mal de tête n’est pas « interne », ce ne sont pas des céphalées comme on connaît habituellement et qui seront enrayée par une molécule chimique !

Mon mal de tête est osseux ! Je me crispe tant que mes os se tassent les uns sur les autres, la nuque se raidit et la boite crânienne se comprime ! Je perds du diamètre !!!!! (de toutes façons, à force de raconter des histoires de Popi et de répéter 56 fois par jour le nom de la même couleur, je suis persuadée que je perds des neurones !) et donc ça serre, et donc ça tire, et donc j’ai mal !

L’alcool me permet de me détendre et aide un peu à « lâcher »… C’est aussi simple que ça !

Donc voilà… Tous les soirs je bois !

Et vous, stressés ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

35 réponses à « Moi je bois ! »

  1. Les huiles essentielles, les teintures mères et les extraits hydro alcooliques suffisent à combler mes besoins journaliers en matière d’alcool. Quant au stress, il a été indéniablement un facteur aggravant de la maladie qui m’a pourri la vie ces dernières années. Toujours en convalescence, un des points à corriger est justement le fait que mon « corps est physiologiquement en état de stress permanent ».

      1. Jamais essayé le yoga mais mon problème dépasse le « cadre de la gestion du stress ». Un rééquilibrage et un soutien de certain(e)s organes/glandes/axes sont indispensables après avoir subi les effets dévastateurs d’une corticothérapie au long terme acceptée naïvement (on ne m’a pas donné le choix non plus)…

      2. C’est sur mais j’dois d’abord me reconditionner à supporter autant de bonnes choses en même temps. Et ton pseudo, tu l’as construit à partir du mot yoga ?

  2. Je suis également tendu comme un arc en ce moment… le truc qui me permet de décompresser, c’est le sport et… de temps en temps une petite mousse !
    Je n’ai par contre pas envie de faire d’excès de ce côté là, j’ai vu ce que ça donnait d’un peu trop prêt… Cela dit, je ne juge pas à chacun de faire comme il peut, courage miss, chaque jour qui passe est un jour de moins en enfer ;-)

  3. J’ai fumé une trentaine de clopes par jour pendant 20 ans, je ne risque donc pas de porter un quelconque jugement sur vos verres d’alcool ! :-)
    En fait, je trouve super que vous en parliez à votre ostéo ; même avec le cou tordu, j’ai été longtemps incapable de faire cette démarche.
    Et *courage* pour votre boulot.

    1. Merci !
      Mon ostéo m’aurait de toute façon demandé si je ne lui en avais pas parlé, je suis tellement toute crispée autour de mon ventre que mon corps parle pour moi !

  4. Je suppose que tu as essayé le baume du tigre ? Pour ma part, stressée oui, je le suis depuis tellement longtemps que finalement c’est mon état « naturel ». Courage, il ne reste plus tellement de temps à tenir avec ces minus !

    1. Argh le baume du tigre j’ai peur que ça m’entête pour finalement me faire mal à la tête pour de bon cette fois, je n’ai pas eu forcément que de bonnes expériences avec lui :)

  5. quel témoignage ! Et quelle merde cet alcool, courage, et j’espère pour toi que tu réussira à trouver un meilleur remède pour ton stress. <3

  6. Ah tiens j’ai longtemps fait pareil… et puis un jour j’ai eu 18/10 de tension et j’ai commencé à flipper… Depuis j’y vais plus calmement et je compense avec su Valium, c’est tellement plus sain!!!

    Hum… Ouais, bon…

    Cela dit je te comprends… J’adore mes gosses mais le moment où je les aime le plus c’est quand ils sont couchés. Et je les adore UNIQUEMENT parce que c’est les miens… ceux des autres sont par essence détestables…

  7. Je ne bois plus quand je suis seule. Sinon je dérape. Séquelles d’un passé d’adolescente perturbante & perturbée (puis un brin alcoolique.)
    Mais sinon je bois à deux, à trois, à quatre, & plus. & ma descente en fait pâlir plus d’un hé hé hé (okay, je ne devrais pas me vanter. HUM)

  8. J’ai hésité à te laisser un comm de peur d’être brutal .
    Je ne t’ai pas vu une seule fois dire que tu étais alcoolique pourtant tu l’es. Tu as franchi une étape en en parlant ( même si j’avais bien compris via tes statuts que tu buvais régulièrement) mais n’as-tu pas peur qu’une fois ton remplacement fini tu ne puisses plus t’arrêter de boire ?
    Personnellement je trouve que tu le prend trop à la légère (après je dis bien perso hein ça se trouve je me plante) .
    En tout cas je te souhaite bon courage, et j’espère me tromper <3

    1. Tu es brutale mais cordiale, alors ça passe (et puis on peut tout dire chez l’Agoaye tu sais :))
      Alors tu te trompes…
      Heureusement (ou malheureusement je ne sais pas), je connais l’alcoolisme depuis longtemps. Le géniteur en est mort (http://www.agoaye.com/a-moitie-orpheline/).
      Là ce n’est en aucun cas un besoin, ni un plaisir, mais plutôt un remède pour supporter la douleur de ce mal de tête à la con consécutif au stress…
      Et puis pour tout te dire, je grossis un peu tout dans mes billets, c’est plus marrant… Tu vois pour te situer là j’ai pas bu depuis genre 3 semaines (parce que je me résigne à avoir une vie de douleur et d’ennui, c’est triste ça aussi, la résignation)…

      Donc non, je ne suis pas alcoolique :) Et je prends toujours tout à la légère ici, dans la vie tout est très différent :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.