Mon שאול personnel…


Ma vie de prof des écoles / mardi, mars 18th, 2014

IMG_6959[1]שאול (shéol en hébreu), hadès, géhenne… Tant de mots pour nommer l’enfer avec plus ou moins de nuances, plus ou moins de précisions divergentes…

Jahannam, brasier, houtama… Finalement vous pouvez l’appeler comme vous voulez, mais pour moi ça sera : TPS/GS !

Je suis professeur remplaçante pour des congés courts.
J’ai bien précisé préférer enseigner aux élèves de cycle 3 (CE2/CM1/CM2)
Je suis affectée sur une classe de maternelle de TPS/GS (toute petite section/grande section)
J’y resterai jusqu’à la fin de l’année.

Cherchez l’erreur…

Alors je vais tenter de supporter, parce que j’ai déjà demandé une fleur à mon inspectrice et qu’elle a déjà été sympa une fois, parce que je me suis déjà fait engueuler pour avoir demandé à changer durant un remplacement que je vivais très mal, parce que je dois apprendre à ne pas la ramener dès que j’ai un pet de travers.
Mais là…. J’ai fait ma première journée hier et je peux vous affirmer que je vais extrêmement en chier !

J’ai déjà écrit un billet drôle sur les raisons qui me poussaient à éviter les maternelles le plus possible. Mais là je n’ai plus envie de rire. Plus du tout…Donc préparez-vous à la face sombre de l’histoire…

Je n’aime pas enseigner aux maternelles car je ne sais pas le faire, tout simplement. Je suis incompétente, inefficace, inutile au possible.
Je hais répéter 10 fois les mêmes choses avec une voix de débile mentale (et encore, 10 fois c’est dans les bons jours). Je déteste les comptines de merde qui parlent de lapins gentils et de loups méchants. J’exècre les chansons de doigt, les marionnettes de doigts et les doigts dans le nez. J’abomine les câlins poisseux et les mains tapotant sur mon bras, ma jambe, mon cul, partout, pour m’appeler.

Je ne sais pas quoi leur apprendre, quoi leur dire, comment les faire progresser et comment les évaluer. Je ne suis pas patiente, je ne m’épanouis pas en les regardant, je ne prends pas mon pied en lisant Popi. Je suis obligée de me référer aux programmes 20 fois par jour (et encore, quand il y en a, car pour la toute petite section c’est oualou. Tu te démerdes…) pour savoir ce qu’ils peuvent/doivent apprendre, ce qu’il savent faire…

Et puis (et c’est le point qui va sans doute vous paraître le plus horrible, mais je n’y peux rien…) je ne les aime pas ! Je n’ai aucune affection pour ces petits…
Parfois ils me rendent triste parce qu’ils semblent perdus, ou en souffrance (quand-même, je ne suis pas un monstre, parfois ils me touchent). Mais ils ne me rendent pas heureuse !

Je ne suis pas heureuse.

Il n’y a pas une seule minute de ma journée – de 8h10 à 16h40 – pause de midi inclue- où je suis heureuse ! Pas une !

Alors certaines me diront que je réagis ainsi parce que je n’ai pas encore d’enfant et considèreront mon aversion comme une étape provisoire (c’est ce qu’avancent toutes mes collègues), d’autres me rayeront de leurs listes de lecture favorites à tout jamais (en même temps il se pourrait que je ne sois plus d’humeur très folichonne pour les 3 mois et demi à venir)…

Faites comme vous voulez…. De toutes façons j’ai déjà envie de pleurer…

 

Retrouvez Agoaye surHellocoton
Rendez-vous sur Hellocoton !

40 réponses à « Mon שאול personnel… »

  1. Au moins tu as un peu la paix avec la sieste et 50 jours c’est beaucoup mais humainement faisable. Avec des vacances au milieu.
    Tu peux avoir l’aide de l’instit en congé maternité pour te conseiller ?
    J’aime bien les petits, mais je pense qu’une classe ça me ferait faire une overdose. Sans parler des mères et pères hystéros avec leurs enfants.
    Brefouille bon courage… ce qui ne te tue pas te rend plus forte !

    1. Ahahahah….. Mais tu es une petite comique. Attends, tu vas rire : pendant la recre du matin je suis de service (TOUS les matins). Le midi j’ai aide (TOUS les midis) donc j’ai qu’une heure pour bouffer) et quand mes petits dorment, j’ai les grands et d’autres grands d’autres classes qui viennent faire du vocabulaire. Pendant la recre de l’aprem (celle ou je ne suis pas de service donc) j’ai déjà des petits réveillés et ils ne sortent pas (car les petits n’ont pas de recre l’aprem) donc je me carre ma pause bien bien profond !!!!!!!!!!

  2. Courage ! A defaut d’aimer, je te souhaite au moins d’en prendre l’habitude histoire que ça passe vite, je sens que tu vas avoir besoin de te lacher souvent ici ;-)

  3. Aimer les enfants ou en avoir ne prédispose pas automatiquement un(e) prof à savoir/aimer enseigner à une classe de petits monstres. L’erreur première se situe dans l’intitulé de ta profession qui devrait être idéalement accompagnée de la mention bouche-trou.

    1. Tout découle du fait que je me sente inutile et inefficace dans ces niveaux…..

      Mais tu sais finalement ? Mes collègues actuelles (de maternelle donc), me plaignent aussi pour les TPS et n’aimeraient pas être à ma place !

  4. Que dire à part : je te comprends et bon courage ? :-/ (par contre, ce serait stupide de te dire que tu n’aimes pas ça parce que tu n’as pas d’enfants…)

  5. Tout à fait d’accord avec Bloody Anna, le fait que tu n’aies pas d’enfant n’a rien à voir avec le fait que tu n’aimes pas enseigner aux petits ! Je comprends ton calvaire…encore quelques mois, courage ! Peut-être que tu peux apprendre de cette expérience ? C’est ce que je me dis quand je suis obligée de faire preuve de patience….

    1. Oui, il le faut de toutes façons, parce que certes j’ai autant envie d’y aller que de me faire fouetter par un bouquet de ronces et d’orties, mais c’est tout de même un challenge !

  6. Bon alors, je vais éviter de te sortir des conneries plus grosse que moi (et c’est sacrement gros :)), histoire de pas t’énerver pendant les prochains mois.

    En tout cas, je ne comprend pas pourquoi l’éducation nationale ne font pas un maximum en sorte de mettre des gens à la place qui leur faut.
    Car en tant que parents, je vois bien quand ma fille c’est retrouvé dans une classe de MS/GS avec une maîtresse qui aurait du être en primaire.
    C’était pas le top pour la maîtresse ni même pour ma fille qui sentait bien que la maîtresse ne l’apprécié pas (et cette âge là, ne pas se sentir apprécié c’est pas le bonheur, déjà que ça ne l’est pas plus tard).

    Allez, courage, on est avec toi.

    1. Bon, après je ne leur crache pas dessus hein… Je suis persuadée qu’ils croient que je les aime (car j’ai un côté bienveillant qui est naturel chez moi)….
      La preuve ils me font des bisous et des câlins 852 fois par jour :(

  7. Vois le comme un challenge pour te dépasser, essayer de créer de nouvelles choses et pourquoi pas, développer une nouvelle appétence dans ton métier.
    Je te souhaite plein de courage et je serai aussi souvent que tu voudras en parler et péter un cable !

    Couraaaaaaaaaaaage !!!!

  8. dur de faire un boulot qu’on aime pas et qui nous rend pas heureux. Je l’ai fait pendant six LONG mois, j’ai eu la chance de trouver un autre boulot ailleurs…je compatis !

Répondre à G33k Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.