Nous avons entendu dire que…


Ma vie d'associale, Ma vie de prof des écoles / samedi, février 16th, 2019

Aujourd’hui, il m’est arrivé deux choses pas terribles. Il faut dire que depuis quelques semaines, tout allait plutôt bien, j’avais même joui d’une certaine chance la plupart du temps. Alors il fallait bien qu’une couille ou deux se pointent dans mon potage !

La première chose, est de mon intégrale et avouée faute : j’ai oublié de remplir des papiers hyper-méga importants pour une demande administrative hyper-méga urgente concernant l’un de mes élèves.
Le dossier est parti à la poste lundi, les trois feuillets ont ressurgi sous mon nez tels des lutins moqueurs dans l’un des tiroirs de mon bureau alors que je ne les y attendais pas.

Je ne me suis pas cherché d’excuses lorsque j’ai écrit une lettre pour avouer mon entière responsabilité, je ne leur ai pas dit que j’étais épuisée, je me suis juste confondue en « désolés » sincères.
J’ai renvoyé fissa le tout et ce soir je n’y pense plus, de toutes façons je ne peux plus rien y faire de plus.

La seconde chose me remue beaucoup plus et ne le devrait pas. J’y ai pensé toute la journée, j’y pense encore maintenant et je sais que jusqu’à ce que j’aie trouvé un vrai gros loisir qui me permette de l’oublier, ce truc va me hanter et m’énerver pendant des plombes.

Il y a quelques mois, j’ai participé à une formation professionnelle. Les places étaient rares, j’ai été prise, j’étais contente et ce moment s’est hyper bien passé.
Tellement bien que j’allais même manger avec des collègues inconnues le midi. Si j’avais su…

Les conseillers pédagogiques intervenants avaient tout plein de choses intéressantes à nous apprendre et j’ai pris des pages et des pages de notes (notes que j’ai même pris soin de photocopier pour mes « vraies » collègues une fois de retour dans mon école tant je leur avais vanté les mérites de la formation).

Bien sûr, c’était trop court, bien sûr je n’ai pas tout compris, et bien sûr il y a un intervenant dans le lot que j’ai trouvé peu ouvert à la discussion.
Nous en avons parlé entre profs et évidemment j’ai donné mon opinion.

C’est ainsi qu’aujourd’hui, l’un des conseillers (qui n’est pas mon supérieur hiérarchique) s’est permis d’appeler la directrice de l’école dans laquelle j’enseigne (qui n’est pas non plus ma supérieure hiérarchique) pour se plaindre de mon comportement durant cette formation.

« Nous avons entendu dire que Mme Ago a eu des propos déplacés, qu’elle aurait trouvé la formation nulle, qu’elle aurait déclaré n’avoir rien compris à ce que je disais et qu’elle aurait été insultante envers mon collègue… Merci de bien vouloir lui demander de me rappeler pour que nous ayons des explications »

Alors d’emblée, là, je ne saurais même pas compter le nombre de choses qui me dérangent dans cette situation… Il y en a tellement !

– Le fait que les autres aient parlé de moi (en déformant -ou pas- mes propos) aux formateurs.

Ce n’est pas la première fois que je m’en rends compte mais ça me sidère à chaque fois : les profs ne sont pas sortis de l’école, n’ont pas dépassé le stade « copinages et mesquineries des cours de récré ». On se chuchote des secrets, on a des meilleurs amis, on balance à l’autorité.
Sérieusement les gars ? Mais vous n’en avez pas marre d’avoir 12 ans dans vos têtes ?

– Le fait que ce soit faux.

J’ai beaucoup aimé cette formation, j’ai effectivement été perdue une fois sur l’une des explications théoriques de celui qui a appelé, mais je me suis renseignée ensuite et l’ai même soumis à ma classe (bon, mal manifestement parce qu’eux non plus n’ont rien pigé, c’est pas évident je crois). Et pour finir je n’ai jamais été insultante, je ne suis PAS insultante. J’ai dit que je trouvais que ce conseiller n’était pas à l’écoute, c’est insultant ?
Qu’est-ce que ça aurait été si je l’avais traité de gros enculé !

– Le fait que l’on me demande des explications.

Imaginons que j’aie vraiment été mécontente de cette formation… Mon employeur (la Mervêêêêêilleuuuuuuuse Education Nationale -ben oui, je fais gaffe maintenant-) n’est pas un prestataire de service ! Je n’ai pas payé cette formation, je ne suis en droit de ne rien réclamer de plus que ce que l’on veut bien me fournir.
De plus j’étais volontaire, est-ce qu’ils s’imaginent que j’y ai postulé juste pour me prendre 1 semaine de vacances loin de mes élèves ? Est-ce qu’ils se disent que je m’attendais à un petit cocktail de bienvenue et à des danseurs topless pendant la pause ? NON !
Alors même si je l’avais trouvé nulle, eh bien ça aurait été tant pis pour moi et ça ne les aurait pas regardés.

Ça m’arrache la gueule de devoir citer Florent, mais on en fait quoi de ma liberté de penser ?

– Le fait qu’on appelle dans mon école pour me demander des explications.

Si je me souviens bien, j’ai donné mon vrai numéro à mon employeur (et pas celui que je donne aux gars trop insistants croisés dans le métro).
Il semblerait également que j’aie une adresse académique, composée de mon prénom, de mon nom et de mon académie.
A priori, les conseillers savent où me joindre…

Pourquoi un coup de fil à l’école ? Pourquoi impliquer la directrice ? Pourquoi laisser un message à une tierce personne plutôt qu’à moi directement ?

Ce soir je ne pense qu’à ça… Et je sais que je ne devrais pas, car dans 5 semaines, dans 5 mois, dans 5 ans, cette histoire sera complètement oubliée, enterrée et sans incidence aucune.
Sauf que mes sentiments sont si contrastés qu’ils en sont inconfortables.
Je me sens conne d’avoir cru que je pourrais parler aux autres (toujours fermer sa gueule quand on s’appelle Ago et qu’on a pas de filtre, les gens sont pas habitués et ça les choque : TOU-JOURS !).
Je me sens honteuse d’avoir été l’objet de rumeurs putassières.
Je me sens triste d’avoir fait de la peine malgré moi à ce conseiller.
Je me sens en colère d’avoir à m’expliquer sur quelque chose d’injuste et d’ailleurs j’hésite même à le faire.
Je me sens fière de réussir la plupart du temps à dépasser ces réactions enfantines et grotesques.

Je me sens nulle quand ça m’atteint quand même…

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 réponses à « Nous avons entendu dire que… »

  1. Oh purée (pour pas dire putain de bordel de merde) je suis hyper choquée par cet appel ! Mais de quel droit il appelle la directrice de ton école ? C’est parce qu’il a pas les couilles de t’appeler directement ? Je serais tellement fumasse à ta place. Déjà que là je le suis ;)
    Toute la chaîne qui a conduit à ce coup de fil est naze : les collègues qui vont jacter derrière ton dos, les formateurs qui non seulement prennent ça pour argent comptant mais en plus se sentent le besoin de se faire justice. Quand bien même tu aurais trouvé ça nul et l’aurais fait savoir, je ne comprends pas le cheminement qui amène à vouloir te faire rentrer dans le droit chemin de la pensée unique. Via la directrice en plus, c’est extrêmement condescendant !
    Je comprends que tu sois dégoûtée, on a beau savoir qu’il ne faut pas se laisser atteindre par ce genre de comportement, ce n’est pas si simple dans la réalité.

  2. c’est quoi son problème à lui ??? Il lui faut des messagers pour te parler ?
    Franchement, prend le temps de réfléchir (surtout de faire retomber un peu la pression) je pars au quart de tour donc je te conseille de laisser passer le w.e, puis de réfléchir, te répéter ce que tu vas lui dire. Perso, je rappellerai le gars en question afin de lui expliquer exactement ce que tu as dis, ressenti. Que tu te sens blessée par le fait que tes paroles soient ainsi déformées (et au passage si tu peux lui glisser que toi au moins tu ne passes par des intermédiaires…..)

    Après le gars en pensera ce qu’il veut mais toi au moins tu aura rétablis la vérité et en général cela fait du bien à soi.
    Perso cela me fait du bien même si en face ils ne me croient pas, ont des doutes etc…. Je suis en paix avec ma conscience.

    Courage

  3. Ça craint de passer comme ça par ta directrice, en plus du reste. C’est vraiment fait pour te mettre dans une situation inconfortable et c’est effectivement très déplaisant sur toute la ligne. Comme tu le dis, mieux vaut trouver une distraction pour l’oublier car c’est assez médiocre !

  4. Bizarre cette situation quand même !
    Pour côtoyer le monde de la formation depuis assez longtemps je n’ai jamais vu cela ! Mais l’EN est une famille à part de toutes les autres !!! :)
    Bon plus qu’un we et quelques jours pour venir en Normandie rencontrer un inconnu !
    Plateau de fruits de mer et après je te laisse te délasser seule quelques jours en thalasso ? :)

Répondre à Fabignou Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.