(Pas) si con…

IMG_4762 Hier, ou même avant (la notion du temps m’échappe complètement…), j’avais écrit un article sur une autre plateforme, un article protégé par un mot de passe, et je vous avais donné toutes les infos sur Hellocoton en pensant que Chéri-Chéri n’y traînait pas…

Ben j’me suis gourée, il l’a vu, l’a lu et nous nous sommes expliqués par rapport à ça.

Voici ce que j’avais écrit :

C’est gentil de m’avoir suivie ici… A vrai dire, Chéri-Chéri lit l’autre blog, mais manifestement il n’a pas encore trouvé mon profil Hellocoton, alors j’en ai profité pour vous aiguiller vers cet endroit qui je ne suis sûre, ne sera jamais découvert par lui.

Mardi vous savez que j’ai fui de chez lui, en train, il ne m’a pas rattrapé. Je suis rentrée chez moi et c’était horrible : tout me rappelait lui. Alors j’ai fait ce que j’ai toujours fait : effacé toutes les traces : foutre toutes ses affaires et tous ses cadeaux dans un carton dans le but d’être renvoyés par colissimo le plus rapidement possible.

J’ai effacé également son numéro et toutes ces conneries de communication (facebook etc)

J’ai passé l’après midi avec mon meilleur pote qui (et il ne le fait jamais) m’a rassuré sur le fait que Chéri allait sans doute réfléchir, Julie (en live d’Indonésie) a fait tout pareil et la future femme de Môm aussi… Bref, tous confiants.

Une nuit de 12 heures m’a fait mariner ça. Le lendemain matin, j’ai envoyé un mal pas trop désespérée, pas trop suppliant, mais qui prouve ma volonté de
combativité pour essayer de sauver ce qui pouvait encore l’être, car je l’aime. (le coup de la lettre c’est un truc que je n’ai jamais fait, d’habitude je ferme tout à double tour, je fais mon deuil et c’est terminé)

Nous nous sommes appelés peu après, et nous sommes « tombés d’accord » qu’on peut réessayer mais que certaines choses vont changer. Je vous fais une liste, ce sera plus simple :

  1. Il ne quitte plus son boulot pour moi, il ne quitte plus sa région, vivre ensemble oui mais vivre chez moi non car c’est (et je cite) « la jungle »… Ouais, je suis en région parisienne !
  2. Puisqu’on ne vit plus ensemble, on va se voir plus souvent, genre tous les week-ends, même lorsqu’il a son fils. Et ce que je ne vous ai pas dit, c’est que je ne le supporte pas lorsqu’il est avec son gamin : il lui passe TOUT pour compenser son absence, du coup le môme (qui n’a pas un mauvais fond en plus à la base) est un enfant roi qui se permet des trucs qui me hérissent.
  3. Que justement par rapport à son fils je dois cesser d’être (je cite encore) « professionnelle »… Je ne l’ai jamais été, je n’ai jamais interagit dans la façon dont il l’élève, mais affectivement parfois je fais des remarques à Chéri pour essayer de lui faire prendre conscience que ça ne sert à rien d’engueuler son gamin car il mange salement mais que par contre quand il dit « lâche-moi toi » à son père c’est p’tet le moment de dire quelque chose… Enfin j’sais pas !
  4. Je dois accepter sa grande fatigue (= le fait qu’il soit bougon) après son boulot, et que je lui foute la paix quand il a envie de ne rien faire ou de glander à regarder des séries sur le canapé.
  5. Je dois essayer d’être plus « constante » avec moins de « sautes d’humeurs » et surtout d’être moins « fille unique-enfant gâtée »… Pour le dernier point il n’a pas eu d’autres exemples que de citer la relation avec ma mère. Ça j’ai affirmé que ça ne changerait pas !

Il est prévu qu’il vienne me voir aujourd’hui, pour qu’on en discute…. Et là je doute comme une folle. J’ai l’impression de régresser et que je vais me perdre juste pour le garder, c’est exactement ce que je tente d’éviter le plus au monde… Je voulais vivre avec lui, nous envisagions un gamin l’année prochaine : rien de tout cela n’est encore d’actualité (d’façons vu quel père terrible il fait, ça me rajoute du doute). Et moi j’ai 33 ans cette année, je ne veux pas avoir un bébé à 40 ans !!!

Je lui ai assuré que je suis prête pour tout ça, mais est-ce que je n’ai pas été présomptueuse, n’ai-je pas été trop vite à cause de ce fameux trait « fille unique-enfant gâtée » qu’il me reproche, avec une crise du genre : »il est à moi je veux le garder à tout prix, na ! »

Alors toutes ces questions plus de sérieux désordres alimentaires font que je suis super perdue, plus que perdue, voyez j’suis même pas sûre que j’ai envie qu’il vienne !! »

Évidemment j’ai exagéré certains points, pouvant même vous faire penser que tous les compromis sont finalement pour ma gueule… Alors pas tous certes mais les plus gros quand même.

Loin de moi l’idée de vouloir revenir sur ce que j’ai écrit, l’idée de ce moment doit rester, mais aujourd’hui, après plusieurs discussions (avec lui, avec mes amis les plus proches, avec ma psy…) je pense pouvoir dessiner plus précisément quelques contours de ma volonté… Et puis j’ai de nouvelles infos aussi (à savoir qu’il a reçu une augmentation non-négligeable de son patron qui était parfaitement au courant de son désir de partir, alors même si Chéri-Chéri me soutient que ça n’a absolument pas influé sur sa décision de ne plus quitter son métier, comprenez que c’est beaucoup plus facile pour moi d’être très en colère contre le patron plutôt que contre celui que j’aime. Viticulture 1 – Agoaye 0).

Je n’ai pas envie de le quitter, mais je n’ai pas envie de vivre là-bas (pas d’amis, pas de famille, pas de boulot, pas de loisirs, pas de repères). J’ai envie de faire des efforts, mais il doit en faire également (on en parle). Quoi qu’il en soit, je pense que la meilleure solution au jour d’aujourd’hui est de ne pas prendre de grosse décision radicale et de voir si on peut continuer à fonctionner en harmonie, et si on peut envisager le fait d’un jour pouvoir re-parler d’un futur…

C’est comme un retour en arrière, mais on peut s’efforcer de considérer ça comme un démarrage sur de bonnes bases… On peut, on doit, il faut…

En attendant, JE dois me soigner : 1kg en moins par jour c’est juste pas possible…

Oh et puis j’allais oublier : mais merci d’être là et de me supporter dans ces épreuves, j’vous jure que bientôt je pourrai les accepter toutes les licornes, paillettes et arcs-en-ciels que vous m’offrez dans vos messages :)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush…
Dans notre monde, la réalité est bien différente !

4 Comments

  • la chauve-souris

    13 mai 2013 at 8 h 25 min Répondre

    je te souhaite de réussir votre reconstruction. cela dit si ni toi, ni lui ne voulez quitter votre ville, qu’arrivera-t-il à long terme? un couple de w-e?

  • Memy

    12 mai 2013 at 5 h 23 min Répondre

    Les sautes d’humeur, c’est ce qui rend mon Ours dingue. Sauf que je ne les maîtrise pas, c’est hormonal. Du coup il me pardonne plus facilement. Mais je le comprends vu que je m’agace moi-même.
    (au passage : pb contraceptif + humeurs en dent de scie + dépression et si la perte de poids n’est pas récente, ça n’a jamais effleuré personne que tu puisses en avoir, des problèmes hormonaux
    ?)

    J’espère que vous arriverez à trouver un équilibre.

  • obijes

    2 octobre 2013 at 4 h 13 min Répondre

    Lol il y en eu du nouveau ici… ça faisait une éternité que je n’étais pas revenu ici. Content de voir que ton blog existe toujours
    ++ Miss agoaye

    Obijes

Post a Comment