Permanente désillusion.

romanphotoLe titre de ce billet vous fait penser à un roman Harlequin dans toute sa splendeur ? Avec des passions dévorantes, des mauvaises nouvelles, des retrouvailles et des déchirements et p’tet même des infirmières en jarretière sous leur blouse ?
C’est normal…
Ma vie ressemble un tout petit peu à ces récits fadasses, qui se ressemblent tous et qui font rêver la ménagère entre le repassage et la vaisselle.

Mais en plus triste !
Sans l’happy-end…

Un mercredi d’octobre, quelque part dans la capitale.

Puisque je n’ai rien d’autre à foutre de mes soirées, j’ai donné un rendez-vous à un AuMien à peine connu. Il est pas très chevelu, pas assez vieux et je ne sais rien de lui mais qu’importe… Le but du jeu c’est de casser ma routine, alors je me pointe à ce rencard comme si j’allais revoir un ancien pote perdu de vue depuis trop longtemps : sans en attendre rien !

Ma première impression est plutôt sympa : mignon, un peu stressé, pas l’air trop con.

Après quelques verres et deux trois discussions un peu plus élevées que « qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » ou « quel est ta couleur préférée ? », je me rends compte avec étonnement qu’il en a dans la tête… Et il en a qui ressemble un peu à ce que j’ai moi.
Fervent défenseur des droits des animaux, sensible à l’écologie, super concerné par la politique qui-me-plait-bien et résolument passionné.
Comme je n’ai pas envie de claquer ma paye dans des mojitos, je lui propose de finir la soirée chez moi et il accepte.

Nuit de mercredi à jeudi, Ago’s home.

Le monsieur est curieux de tout, il regarde mon chez-moi et me pose des questions intéressantes. Nous continuons à discuter après être passés au rhum et je suis un peu déçue de ne pas le trouver plus entreprenant.
Qu’à cela ne tienne, je prends les devants et l’embrasse en plein milieu de notre séance de « je te montre le tien si tu me montres le mien » (nous parlons de tatouages, évidemment !)

Joli baiser, bien réalisé et plus romantique que pornstar.
Après d’autres discussions, d’autres éclats de rires, d’autres confidences et d’autres baisers du même genre, nous décidons que l’homme dormirait là cette nuit.

Bien sûr nous avons baisé, et c’était vraiment super bien. Si je ne vous en raconte pas les détails, ce n’est pas par pudeur, mais c’est parce que je ne m’en souviens plus… C’était il y a trop longtemps, et c’était trop fugace pour m’en laisser un souvenir clair.
Mais l’homme était bien fait et ses gestes m’ont plu. Son intention aussi.
C’est très rare !

Jeudi matin, dans le jardin.

Je crois que nous nous sommes plus adonnés au sexe qu’au sommeil cette nuit. C’était sympa mais je suis épuisée.
Il prend un café et je me surprends à me demander à quel moment il va décider de partir. Pour moi qui suis habituée à dormir seule, la nuit a été mauvaise, et j’aimerais bien faire une petite sieste avant d’aller en forêt avec Môm (mais qu’est-ce qui m’a pris aussi de lui proposer d’aller aux châtaignes ??)

Mais il ne part pas, il a l’air bien, il me parle de tout plein de trucs et se comporte comme s’il avait toujours vécu là, avec moi. Dans un sens ça me fait plaisir… On est loin de l’homme marié qui se savonne comme un fou avant de partir de chez moi en catimini pour retrouver sa femme !

Il lève le camp vers 15h30

Vendredi midi, virtuellement.

J’ai bien dormi et je suis remontée à bloc, je suis même plutôt heureuse de cette rencontre incroyable. Je me dis que c’est bien parti et je me balance des mantras du genre « ben voilà, ils avaient raison ceux qui disaient qu’il ne fallait rien attendre et que ça me tomberait comme ça, à l’improviste ».
J’envoie un petit message léger et détaché en lui proposant un film et un repas posé chez moi, un de ces 4, quand il pourra, quand il aura envie…
Il me répond qu’il arrive à 21h.

Vendredi soir, devant Captain Fantastic.

On a commencé le film tard, après manger et après deux-trois bisous. Comme on était fatigués et qu’il bosse le lendemain je lui dis que s’il préfère on ne regarde pas le film, mais que j’aimerais bien qu’il le voie, je pense qu’il lui plaira. Ce à quoi il me répond : « Peu importe, c’est toi qui choisis. Moi je suis venu pour te voir toi, tout le reste je m’en fous ». Mon cœur entend cette phrase et envoie une forme de certitude à mon cerveau…

On voit le film, il l’aime, il réagit comme j’aime. Un vrai bon moment de complicité naturelle… Un truc que je n’ai pas connu depuis ex-chéri-chéri.

Samedi matin, toujours au lit.

Son réveil a sonné mais il n’est pas parti. A la place on a baisé encore quelques fois.
Ses collègues l’attendaient et lui ont envoyé plusieurs messages mais il n’a pris la route qu’à midi.

Sur son départ plane une idée que j’ai lancée, comme ça, parce que c’était l’occase : « tiens, je ne bosse pas lundi et mardi, et toi non plus, viens on se barre. Une nuit n’importe où ailleurs ça pourrait être fun ! »
Il était très emballé, il a même ajouté : « Yes, mais alors un lieu qu’on ne connait ni l’un ni l’autre, comme ça on le découvrira ensemble ! »
Il doit quand même demander au patron.

Ce qui a suivi.

Ce qui a suivi c’est la partie plus « chair de poule » qu' »Harlequin », je vous préviens de suite afin que vous ne tombiez pas de votre petit nuage rose doucereux en vous faisant aussi mal que moi.

Le lendemain j’avais un texto pour dire qu’on ne partirai pas, finalement il va bosser et à la réflexion il trouve ça trop rapide, mais il me verra volontiers la semaine prochaine, bisous, à plus.*

La semaine suivante j’avais une réponse à un sms dans lequel je lui demandais des nouvelles, il va bien mais il bosse comme un fou, son concert était pas top et revoyons-nous avec grand plaisir la semaine pro. Bisous*

Le semaine d’après, lorsque 4 de mes messages (dont un avec une importance certaine) sont restés sans réponse, j’ai enfin eu un signe. Il s’excuse de répondre tardivement, il bosse, il croit que ça va être compliqué, l’emploi du temps.de marche pas.*

(* vrais morceaux de textos inside)

Et depuis… Plus rien !

Moi là-dedans.

Moi j’ai super mal vécu ces dernières semaines, pour la simple et bonne raison que je n’ai pas compris. Je n’ai rien détecté chez ce garçon qui voulait dire qu’il ne se passerait plus rien après ce fameux samedi matin !

J’ai déjà du mal à comprendre les gens dont je me fous, alors quand je galère envers ceux que je trouve intéressants c’est l’apothéose de la souffrance et de l’auto-flagellation.

Parce que oui, je l’ai trouvé intéressant. Il est joli, il a de la conversation, de la sensibilité, il fait bien l’amour, il a une jolie bite (oui c’est important), une éducation qui tient la route, des valeurs qui me sont proches et une façon d’être qui m’émeut !

J’ai eu envie d’avoir de ses nouvelles, peut-être plus que ce qu’il pouvait m’en donner (parce qu’il bosse, parce qu’il a une vie de laquelle je ne faisais pas partie l’instant d’avant et qu’il lui faut peut-être du temps pour bousculer ses habitudes).
Mais je me suis retenue un peu et j’en ai souffert. Et je n’ai pas eu de réponse et j’en ai souffert.

Chaque matin en attrapant mon portable, j’espèrais sentir la petite vibration qui m’indique un texto.
Chaque matin l’absence de vibration a fait naître en moi du désespoir, de la colère ou de l’ennui. A tour de rôle, suivant les rêves que j’avais eu la nuit.
Chaque journée était ainsi teintée d’une émotion désagréable, qui s’estompait avec mes lectures, mes séries ou autre activité soigneusement choisie pour ne pas penser…
Et puis chaque soir revenaient les questions : Qu’est-ce que j’ai dit, qu’est-ce que j’ai fait, qu’est-ce que j’ai loupé, qu’est-ce qui aurait dû m’alerter, à quel moment j’ai été conne ?????

Lui là-dedans.

Ce chapitre sera court : je n’en sais rien.

Je ne suis sûre de pas grand chose, sinon qu’il bosse comme un fou.
Il est parfois connecté ou déconnecté durant de longues périodes sur AuM : mais il n’y a pas d’activités sur son compte. Je vois qu’il n’écrit pas, qu’il ne charme pas (voilà finalement à quoi sert le compte des points…)

On me dit que c’est un con, on le trouve pleutre, on me dit de laisser tomber et que quelqu’un qui souhaite donner ou prendre des nouvelles, il va forcément trouver 30 secondes pour le faire.
Je sais.

Je continue à vouloir croire que c’est un mec bien. Je n’ai eu aucune preuve du contraire !

Aujourd’hui.

Aujourd’hui ça fait un mois.

Son visage et le son de sa voix sont effacés dans mon esprit, je ne suis pas sûre que je le reconnaitrais si je le croisais à l’improviste dans la rue.

J’ai encore envie de croire que je le reverrai, parce qu’il y a quelque chose qui me dit que ça peut coller, plutôt bien même !
Mais je vais arrêter d’essayer.

Je lui ai envoyé un message sur AuM pour lui expliquer tout ce que je pensais et ce que je voulais, je lui ai même expliqué la marche à suivre pour mon prochain texto.

Il ne l’a pas lu encore.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

24 Comments

  • Guillemette Allard-Bares

    22 novembre 2016 at 15 h 41 min Répondre

    Aïe… difficile de savoir quoi penser dans de telles situations, à part que ça fait mal :/

    Je t’embrasse fort et j’espère que tu seras bientôt fixée, de préférence positivement. Je croise les doigts pour toi ! ♥

  • marie kléber

    22 novembre 2016 at 16 h 35 min Répondre

    Je t’assure le début laissait présager une fin heureuse…
    Pas facile de savoir ce que lui a dans la tête, ce qu’il pense ou ne pense pas d’ailleurs. Je serais d’avis de dire qu’on a toujours quelques minutes pour envoyer un petit mot. Mais bon les hommes sont une espèce un peu à part que je ne comprends pas vraiment! Si tant est qu’il y ait quelque chose à comprendre…
    Ne t’auto-flagelle pas Ago – tu as été toi et c’est tout ce qui compte. J’espère qu’il a une bonne raison derrière ce silence et que l’issue sera positive. Je pense à toi. Je sais qu’on en chie dans ces cas là…

    • Agoaye

      22 novembre 2016 at 17 h 53 min Répondre

      Ah mais oui, ça partait bien, je l’ai cru aussi….
      Comme une débutante

  • Fabignou

    22 novembre 2016 at 16 h 48 min Répondre

    Oh mais merde, c’est quoi cette histoire ?! La fille shootée aux happy ends, désolée :) Plus sérieusement, je suis de tout coeur avec toi, c’est rageant et blessant, et frustrant de ne pas savoir.
    Je pense sincèrement qu’il flippe, parce qu’il a l’air d’être sur la même longueur d’ondes que toi et il avait clairement envie de te revoir (il est revenu dès le vendredi alors que tu laissais la porte ouverte sur la date, il a rebondit de suite à ton idée de weekend avec une idée encore plus chou). Si ça se trouve il en a parlé à son pote, ou sa soeur, ou je ne sais pas qui, qui lui a dit « mais tu ne trouves pas que ça va un peu vite ? » et il a gambergé. Ou il a gambergé tout seul parce qu’il a déjà morflé par le passé.
    Tu as bien fait de lui envoyer ta vision des choses, j’espère qu’il te répondra, positivement, et même négativement au moins tu ne resteras pas dans l’expectative.

  • Nadège

    22 novembre 2016 at 18 h 18 min Répondre

    Oh purée on dirait moi! J’ai des périodes où je prends sur moi en me disant qu’être célibataire ça a ses avantages et puis j’en croise un comme le tien qui me fait y croire et le scénario est exactement le même
    Là j’en « tiens un » tel un papillon dans mes filets et je m’attends à la gamelle tout en espérant… parceque j’ai envie d’être amoureuse et qu’on le soit de moi(et envie de me reposer sur une certitude dans ma vie aussi) bref à chaque fois je pense m’y habituer mais non…
    Bisous de compassion

  • Nathalie

    22 novembre 2016 at 19 h 29 min Répondre

    Je lis et je soupire … et j’attends avec toi la réponse à ton message … et je soupire … faut croire que tu arriverais à me faire douter … mais non … il va répondre , et pas «  »fuck et il faudra juste faire une mise au point sur les histoires de timing … enfin j’espère … et je soupire

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 18 min Répondre

      Faut croire que la réalité confirme mon intrinsèque certitude : Ce truc était un immonde pleutre

  • zenopia

    22 novembre 2016 at 20 h 13 min Répondre

    Oh ben… moi aussi, je détectais une fin heureuse au début de l’histoire… C’est super étrange sa réaction ou, plutôt, sa non réaction…
    Courage :/

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 16 min Répondre

      La fin a sonné pour moi, ça c’est bon.
      Mais lui n’a pas fini de galérer (gniark gniark)

  • mistigriffe

    22 novembre 2016 at 21 h 27 min Répondre

    Super énervant et déstabilisant pour l’estime de soi car on ne comprend pas. Malheureusement, il n’y a pas grand chose à comprendre … et ce sont des situations qui arrivent à toutes les filles (bon, ok, ça nous fait une belle jambe !)

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 15 min Répondre

      Ça ne doit plus arriver bordel.
      Je chevauche mon cheval blanc et me pourrit la vie à essayer de l’éduquer

  • Carol

    22 novembre 2016 at 21 h 43 min Répondre

    Oh la la j’ai l’impression de lire mon histoire et rien de plus frustrant de ne pas savoir … ça a le don de m’énerver et de me mettre dans un état minable … ce qui m’énerve encore plus et hop je tourne en rond ! ….
    Courage … j’en ai besoin aussi !

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 14 min Répondre

      Si toi aussi tu as passé ce stade et en est à présent à une grosse bouffée de haine, je te propose de te joindre à moi pour pourrir mon connard, et je t’aiderai à pourrir le tien ;)

      Vengeance, y’a que ça de bon !

  • Petite ombre

    23 novembre 2016 at 14 h 41 min Répondre

    pioufff merde !
    je ne sais pas quoi te dire…
    c’est étrange cette histoire… peut-être a-t’il pris peur? Moi j’ai trouvé tout cela très rapide… Et tu t’es surtout « accroché » si je puis dire, assez vite… La faute à certaines choses qu’il a dit et que tu semblais devoir avoir besoin d’entendre…
    Je pige pas pourquoi il reste silencieux. S’il ne veut plus te voir il pourrait le dire… S’il voulait continuer il se serait manifesté, on ne laisse pas passer ce genre d’occasion si on y tient.
    Je suis donc perplexe !!!
    Alors, oui peut être que ce n’est pas celui que tu attendais, ou pas (d’ailleurs) mais tu vois, tu peux encore passer de jolis moments… bon c’est vrai, la suite est assez moche, et ça j’en suis bien trsite et même « emmerder » pour toi… mais restons sur le joli… bienveillance Ago !!!! Facile à dire à ma place n’est ce pas!
    Allez, moi j’y crois encore à l’homme qui t’es destinée, sauf que ce con est long à la détente!!!
    Tu vas nous ternir au courant, si ce mec silencieux refait surface?

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 11 min Répondre

      Aujourd’hui, 2 décembre, et toujours rien.
      Je pense que je vais ranger ma bienveillance et me la garder au chaud rien que pour moi.

      Je vais lui pourrir sa vie merdique à un point qu’il n’imagine même pas… Et puis j’écrirai aussi, en exutoire !
      C’est un gros enculé

  • Geek

    23 novembre 2016 at 21 h 33 min Répondre

    Je te souhaite qu’il te donne un minimum d’infos quelles qu’elles soient… Je pense que je serai comme toi à me faire des films encore et encore et à me les repasser en boucle :-/
    Courage et patience…

    • Agoaye

      2 décembre 2016 at 17 h 07 min Répondre

      Je n’ai pas eu d’infos.
      Rien.
      Il me méprise royalement.

      Je lui laisse encore 2 jours, l’ai prévenu, mais après ça va être l’enfer pour lui

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.