Quand la maitresse bascule du côté obscur.


Ma vie de prof des écoles / mardi, février 10th, 2015

027Le moins que l’on puisse dire, c’est que 4 ans de remplacements en ZEP, ça vous forge un prof des écoles.

Déjà dès la formulation des vœux de postes, quand tu vois « ZONE VIOLENCE » en rouge à côté du nom du patelin, tu comprends un peu le genre de quotidien que tu vas avoir…

Mais pour ma part, c’est un choix aussi. Parce que j’ai trouvé ça plus formateur, plus utile, plus valorisant… Bref j’ai pas à me plaindre.

Il y a eu des jours difficiles, j’ai eu des accidents de travail dus à de la violence, j’ai même développé une sacré angoisse au moment où dans ma vie perso je ne tenais plus le coup non plus, mais au final l’aventure a toujours été très belle et m’a forcément apporté beaucoup.

Et puis le moment est venu où le poste de remplaçant ne m’a plus convenu. J’en avais clairement marre de ne jamais savoir la veille à quel niveau j’allais enseigner le lendemain, je n’en pouvais plus d’appeler chaque gamin par la couleur de son sweat parce que je n’arrivais pas à imprimer 30 nouveaux prénoms 4 fois par semaine, je redoutais chaque jour l’appel fatidique qui avait la possibilité de m’envoyer à l’antichambre de l’enfer : en maternelle !!!

J’ai donc demandé un poste fixe. Et je l’ai eu. Dans un établissement que je connaissais, avec une équipe chère à mon cœur, dans ce qui ressemble assez à une petite école de campagne loin des fusillades des cités.
Je ne suis plus en ZEP, mais ce n’est pas cet état de fait qui a motivé ma demande : bien au contraire !

Je suis donc la « vraie » maîtresse d’une classe de CE2 depuis septembre.
Au début de l’année j’étais vraiment surexcitée par ce nouveau statut, je me suis investie comme pas possible, je n’ai jamais compté mes heures, je farfouillais les brocantes pour constituer ma bibliothèque de classe, j’ai même ramené mes deux ordinateurs personnels entièrement configurés (pendant les vacances bien sûr) pour l’usage des élèves. J’avais des projets plein la tête avec deux fils directeurs qui collaient pile-poil avec le projet d’école : La solidarité et le développement durable !
Je pensais « Givebox », je pensais « potager solidaire », je pensais encarts dans les journaux, je pensais projecteurs sur ces 30 petits altruistes écolos !!!

Et puis petit à petit, mes envies se sont cassées la gueule, clairement.
Au fil du temps je me suis rendue compte que pour motiver ma classe, il m’aurait fallu une demi-tonne de bons sentiments que ça n’aurait pas été suffisant. Au fur et à mesure j’ai découvert les mesquineries dont ils étaient capable, les coups par derrière et leur propension à retourner les situations à leur avantage…

Alors pas tous, c’est clair ! Dans le lot j’ai des élèves intéressés, curieux et totalement motivés et motivables. Mais pour être tout à fait honnête, j’ai un noyau de 10 qui contaminent tout !

10 élèves j’m’en foutistes, dissipés, irrespectueux, méprisants et même : méchants !

J’ai été rodée à la violence physique et verbale, je sais exactement comment court-circuiter le processus lorsqu’il s’enclenche, mais cette perfidie là me laisse absolument sans ressources…

De l’école ma classe est la seule à autant « profiter » des situations qu’ils pourraient tourner à leur avantage. Lorsque c’est moi qui les gère, passe encore, ils ont fini par comprendre qu’ils auront la guerre s’ils la cherchent trop, mais lorsqu’ils sont avec mes collègues ou les animateurs de cantine : ça devient carrément Beyrouth.

Sans que je m’en rende vraiment compte, j’ai commencé à être de plus en plus dans la répression dans ma classe et à éprouver de moins en moins de plaisir à travailler avec eux. Je passe près de 30mn tous les matins à faire des vérifications, de mots, de signatures, de matériel. Et idem le soir !
Sans que je m’en rende vraiment compte, mon ambiance de classe a commencé a être super pénible, mais finalement vachement plus pour moi que pour eux, manifestement ils s’y sont adaptés à ces journées où on ne rit plus jamais… Moi je n’y arrive pas !

Le déclencheur a été notre première (et dernière je pense) sortie scolaire. Lorsque la personne qui faisait la visite les a traités de sauvages ! Voilà : « sauvages » ! Ah ouais…. Oui ça fait plaisir, vraiment… Et là tu prends du recul et tu te dis que oui : effectivement, ils ne sont pas civilisés finalement.
Et tu repenses à toutes tes années de ZEP et tu te rappelles que même avec eux tu n’avais jamais entendu ça !

Le déclic.

C’est ainsi que je bifurquai furieusement vers le côté obscur de la force. Décidée à ne pas me laisser démoraliser, j’ai attaqué le mal par le mal.
Ma classe est à présent à trois vitesses. Il y a trois groupes, ils ont des « notes d’élève » chaque semaine qui détermine leurs groupes pour la semaine suivante.
Ceux qui font partie du groupe 1 ont droit à TOUT : jeux, bibliothèque, 10mn d’ordinateur, sorties, activités ludiques…
Ceux du groupe 2 sont un peu plus restreints, mais finalement ils ont les mêmes avantages que tout ce qu’ils ont eu jusqu’à présent.
Ceux du groupe 3 n’ont RIEN. Pas de répit. Pas d’autonomie, ni jeux, ni livres, ni responsabilités, ni activités ludiques…

Je vous passe évidemment les leçons hebdomadaires d’instruction civique et les règles de savoir-vivre dans lesquelles on peut lire « pas de délation » et « violences verbales interdites »…

Je déteste voir à quelles extrémités j’en suis réduite, je n’ai jamais voulu être CRS !

Rendez-vous sur Hellocoton !

87 réponses à « Quand la maitresse bascule du côté obscur. »

  1. :( je ne sais pas trop quoi te dire, j’ai moi même bossé en ZEP, et ce que tu décris, dans une école « classique », me laisse sur le cul. S’ils ne sont pas trop idiots, ils changeront pour accéder au 1er groupe (ou le 2nd)
    Courage et j’espère que ça va changer :*

  2. Pufff pas facile tout ca. Je ne sais trop quoi te conseiller. Les bons eleves ne peuvent pas faire comprendre aux autres de se ranger a leur cotes? ou faire au moins une fois un truc sympa avec les mauvais en leur disant: voila ce que vous loupez par votre manque de respect/mauvais travail?
    Ou je suis completement a cote de la plaque avec ce genre de commentaire/idee?

  3. C’est triste mais j’ai l’impression qu’il y a de plus en plus de classes comme ça.
    Celle de Gremlins, la maitresse, c’est sa 1ere classe (elle est stagiaire mais diplomée, ou un truc du genre, c’est ce que m’a expliqué l’inspectrice hier)
    Et bien, elle va jusqu’à deux fois par semaine voir son référent (tuteur ?) parce qu’elle se sent démunie et dépassée, au point d’avoir carrément pensé à laisser tomber avant Noël !

    Et vraiment, sa classe… Je la plains quoi…

    Bon courage ma belle

    1. J’ai lu ton commentaire à mes collègues, nous en connaissons tous des gens comme ça, dégoûtés par le métier avant même d’être titularisés… Si seulement on avait les moyens nécessaires pour faire notre boulot dans de bonnes conditions, ce serait profitable à TOUT le MONDE !

  4. J’ai envie de dire mais que font les parents, franchement j’aurais trop honte si on me disais qu’une de mes filles se comporte comme une sauvage à l’école. Je comprends que tu sois triste de cette situation d’autant plus dans une école « normale ».
    Bon courage, tu as fait presque la moitié de l’année. ça ira mieux l’an prochain.

  5. Il suffit d’un groupe restreint de mal éduqués pour mettre en l’air tous tes efforts . Quoique tu fasses, leur seul plaisir est d’emm**der ! 10 c’est énorme, j’avais galéré avec 3… je te dis COURAGE ! Bisous

  6. Que c’est dur…. Purée mais j’ai ma meilleure amie qui est prof en collège, et pareil elle a une classe qui est comme tes 10 à quelques exceptions près, c’est juste épuisant moralement, et vraiment pas marrant au quotidien. courage <3

  7. Je ne suis pas professeur des école mais j’ai un profond respect pour ce métier que je n’aurais jamais pu assurer. Je peux imaginer combien c’est difficile d’être pleine de motivation pour préparer ces séquences, de chercher comment attirer leur attention, de rendre les journées attractives et au final ne pas avoir de retour quelqu’il soit. Dur d’être de nouveu motivé le lendemain. Tu n’as pas signé pour faire la police c’est sûr, mais dis toi qu’il y a les 10/12 devant là qui t’écoutent, qui trouvent que la maîtresse assure grave alors fais le pour eux dans un premier temps. Et puis doucement, il y en a 2/3 de ce dernier groupe qui vont revenir vers le bon chemin.
    Garde la patate , tu fais un métier difficile mais aussi tellement enrichissant ! Allez tête haute courage <3

    1. Depuis la mise en place de mon nouveau système, j’ai plein de marques de reconnaissance du 1er groupe, l’ambiance est globalement un peu meilleure et les élèves du dernier groupe se rendent compte que les journées sont longues !

  8. Dans un passé fort éloigné j’ai eu envie d’être prof et puis l’envie m’est vite passée. Depuis que Crapouillou est scolarisé, j’ai beaucoup de respect pour les gens qui s’occupent de 30 gamins toute la journée pour leur enseigner les bases de la vie en société (car il s’agit de ça en maternelle).
    Je sais qu’en primaire c’est plus compliqué car ils ont une certaines autonomie. Mais je rejoindrais Aurélie Lesmissacouettes, que font les parents ? Ils ne se sentent pas concernés par le fait que leur enfant se retrouve dans le groupe des « sauvages ». Perso je serai mortifié et Crapouillou en prendrait pour son grade à la maison ! C’est horrible mais comment veux tu qu’un enfant s’intéresse à ce qu’on lui enseigne si à la maison on ne s’intéresse pas à lui ou qu’on lui laisse tout faire…
    Comme le dit Emma Mams, pense à ton groupe 1 et à ceux du deux qui se démène pour accéder au 1 et qui eux sont concernés et ont soif d’apprendre. Malheureusement en CE2 je pense qu’il est déjà trop tard pour tes « sauvages » au bans de la société faute d’éducation…

    1. Je DOIS venir m’installer en Belgique.

      Non, ici les réseaux d’aide disparaissent jour après jour. Il y a dans l’école un enfant au comportement violent (attaques physiques contre les autres mais aussi les adultes), malade, relevant d’un suivi psy, et il n’est pas suivi. Il est dans une classe de 25 gamins et leur pourrit leur année (et je te raconte pas l’état de la maitresse… elle ne se maquille même plus..)

  9. Pas facile.

    J’ai beau habiter un quartier pas facile dans une ville que certains (ou certaines) n’aiment pas du tout (sans vraiment connaitre en plus) cela ne se passe pas comme cela chez nous.

    Courage en tout cas.

  10. Instit, profs un des métiers les plus difficiles, pour lesquels j’ai énormément de respect.
    En tant que Maman je suis sidérée de voir ce qu’il se passe dans les classes et le peu de moyens mis à votre disposition pour agir, vous protéger, et que vos classes puissent avancer…
    Au collége pas mieux, c’est moi qui ai sombré du côté obscur quand mon fils a dépassé les bornes des limites, et j’ai été scotchée de voir la réaction des profs quand j’allais dans leur sens « non mais vous êtes d’accord, pour la mise en garde si il continue? »
    bah en même temps ça fait un an que vos collègues et vous le prévenez que si il continue, le couperet va tomber, il est temps je crois non? Il dissipe la classe, prend pas ses cours, heure de colle, on a essayé la gentillesse, la compréhension, la diplomatie ca ne fonctionne pas, c’est triste mais oui vous avez mon feu vert..
    « oh, non parce que des parents qui sont d’accord avec nous c’est rare »
    Voilà si déjà chacun reprenait sa place, que les parents enseignaient le respect de l’enseignant, qu’ils ne crachent pas au visage de ces derniers devant leur bambin, mais cherchait plutôt a avoir les deux sons cloche quand il y a un souci cela allégerait pas mal les choses pour votre corps de métier ^^
    Plein de courage à toi et tes collègues en tout cas
    Respect^^

    1. Je te remercie (et comme j’ai répondu un peu plus bas : au collège c’est encore pire !)

      J’aimerais bien que les parents puissent voir ce qui se passe en classe : notre travail et en comparaison l’implication de leurs chéris d’amour… Je pense qu’il y en a qui tomberaient de super haut !

  11. Purée, la claque entre tes ambitions et ce que tu as récolté… Il y a de quoi regretter de ne plus faire que des remplacements, quand tu n’as pas le temps de voir comment est un gamin.

    Courage, encore 3 mois et quelques à tenir. J’espère que l’année prochaine ton noyau de petits merdeux sera loin.

  12. ça me fend le coeur de lire ça. J’ai travaillé dans une école et ce n’était pas du tout pareil, il y avait des enfants plus durs que d’autres mais c’était facile de les recadrer et au final ils devenaient de plus en plus mignons. J’espère que ta solution marchera !

  13. Courage pour ces prochaines semaines (3jours et c’est les vacances !!!), avec un peu de chance et s’ils ne sont pas trop con, ils vont œuvrer pour changer de groupe… On peut rêver un peu ;-)

    1. J’ai l’impression que mes efforts portent leurs fruits… Mais ce n’est p’tet qu’une impression (Bon et puis non, pas que 3 jours, je bosse aussi la première semaine, quelle idée :/)

  14. Waou…ton billet sur les messages zarbis des sites de rencontres avait fait ma journée parce qu’il m’avait fait rire. Celui-ci fait ma journée parce que c’est toujours une belle journée que celle où je croise une belle personne :) J’ai une amie qui enseigne en collège, avec les mêmes objectifs que les tiens quant à l’environnement et à la solidarité. Et elle pratique comme toi, les bases du contrat social. Avant d’avoir des droits, il y a des devoirs à remplir. La constitution de toute communauté commence par l’aliénation du droit faire tout et n’importe quoi. Tu n’as rien d’un CRS ;) Tu es une super enseignante, et une femme courageuse. Et je ne suis pas surprise que les ZEP t’aient apporté plus de satisfaction. Les zones protégées ne font pas forcément les meilleures d’entre nous. Belle et douce journée à toi. :)

  15. C’est clair. Parce qu’au delà de ça, et de ce qui se passe pour mon fils, c’est une personne super, et une maîtresse en or, pédagogue, à l’écoute.
    J’aurais adoré avoir une telle maîtresse et ce serait un vrai gâchis qu’elle abandonne…

  16. Je tiens à préciser que je n’ai jamais sous entendu que tu n’allais rien faire pendant ces vacances !!! je souhaitais juste te rappeler l’échéance des « vacances » parce que pour moi, le mot à lui seul me donne des ailes, mais si c’est des vacances studieuses ;-)

    1. Je tiens à préciser que je travaille « pour de vrai », à l’école, avec des élèves, de 9h à 12h, et qu’il va quand même falloir que je me cogne le réveil et les bouchons tous les matins de la première semaine :/

  17. ah la la…l’école!

    Je n’aime pas ce qu’elle est devenue.

    Avant les parents enseignaient le respect du prof/instit. Si t’as été puni c’est que tu le méritais! Aujourd’hui les parents apprennent de moins en moins ce respect, et pauvre chouchous faut pas les bousculer!

    Le système tel qu’il est fait ne vous permet plus de motiver un élève démotivé. C’est un monde de compétition et de performance. Vous manquez cruellement de liberté pour mettre en place des méthodes d’apprentissage au cas par cas! Parce que bon, il ne faut pas rêver, une classe est différente d’une autre et une méthode unique pour toutes ne peux pas fonctionner partout.

    Je trouve ton système plutôt bien. Après il faudra voir s’il ne fait pas l’effet inverse de ce que tu voudrais, à savoir les rendre encore plus « durs » parce qu’à cet âge on est un peu fier, donc têtu quand même :P

    C’est vrai que le système de tutorat peut aider, s’ils ne tirent pas les autres vers le bas…
    Fais leur faire des travaux d’intérêt général à chaque fois qu’ils t’embêtent :p

    Ce qui fait plaisir c’est que tu es impliquée et investie. Ils ne se rendent pas compte de la chance qu’ils ont d’avoir une instit comme toi!! Je parle autant des enfants (mais peut on leur en vouloir, ils sont jeunes quand même) que des parents!

    Et malheureusement ce ne sont pas les plus favorisés qui sont le mieux élevés…

    Courage. Tu aimes ton métier ça se sent et c’est précieux. Il nous faut des gens comme toi dans l’enseignement! tu va y arriver! :)

  18. Diviser pour mieux régner, pourquoi pas.
    Avec un éducateur comme mon beauf (ancien militaire) dans la place, les meneurs auraient été… comment dire…

  19. Je vois tout à fait le tableau.. Au début tout est beau, puis au fur et à mesure les enfants prennent leurs aises et il suffit que quelques uns soient difficile et l’ambiance devient mauvaise..

  20. Je suis qu’en maternelle et que atsem et dans la classe ou je suis ya 4 moyen qui mettent le bordel et qui sont tout le temps punis, mais même la punition ne change rien ils bougent et ne restent pas assis la ou on leurs a dit, la maitresse commence de péter un câble et l’année est pas finie..
    du coup je peut comprendre qu’avec tes 10 gamins tu doit avoir du mal et ils sont plus grands.
    Bon courage pour la fin de l’année en tout cas, et ton système de groupe me semble pas mal.

Répondre à J’ai envie… | Blog Agoaye Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.