Stop à la dépression – Semaine 10

feesJ’arrive presque au bout ! (le programme dure 12 semaines)
Voilà l’histoire : j’ai décidé de partager ici chaque mercredi mes actions afin de lutter contre ma dépression sans médicaments allopathiques car j’ai déjà été victime d’un choc sérotoninergique (vous pouvez aller lire mon billet sur le sujet).

J’ai investi dans une application iphone destinée à coacher notre combat contre la dépression et je me suis lancée dans une thérapie MBCT (thérapie cognitive basée sur la pleine conscience).

Je vous propose donc de tenir par ici un journal de bord de mes actions et leurs effets. Mes billets du mercredi seront pour les 12 semaines à venir (voire 13 avec l’ajout de la MBCT) consacrées à ma bataille, avec cette appli, la méditation, mais également grâce à tous les autres moyens que je pourrais mettre en œuvre.

ATTENTION : Il est évident que je ne me substitue pas à un professionnel de santé qui, saura vous aiguiller sur le chemin de la guérison.
Parler de votre mal-être à un médecin psychiatre/psychologue/psychanalyste/psychothérapeute est évidement la première option à envisager !


 Bilan de la semaine 9

Je vais de mieux en mieux. Mais je suis également de plus en plus occupée… Des activités prenantes (genre le déménagement des Môms) aux journées d’école plutôt chargées (la fête, la sortie, les conseils, les livrets, les olympiades, les Jeux du Val de Marne, pfiouuuu…). J’essaye de continuer tout de même mes activités anti-déprime

Du côté de l’appli, je devais effectuer trois « activités bien-être »  :
– Manger aux chandelles
– Danser dans mon salon
– Faire une liste
– Regarder un film comique
– Ranger un placard (celui du bureau)
Bon, j’ai dansé dans mon salon (un soir, tard, j’me suis forcée, et puis ça a plutôt bien marché…), j’ai fait une liste (celles des chansons que je pourrais faire travailler à mes élèves l’année prochaine en chorale), j’ai régardé un film comique (Evolution, ça faisait vraiment longtemps que je ne l’avais pas vu)
Par contre pour les chandelles et le placard, ils reviennent en deuxième semaine.

Niveau méditation, ça a été plus difficile de m’y astreindre.
Je n’ai jamais fait la méditation assise, en revanche les espaces de respiration sont plus difficiles à caser. J’en ai même fait un perchée sur un escabeau en tenant une plaque de placo en l’air pour que Môm² le visse pour faire un faux plafond (oui, ça m’a aidé !


Semaine 10 avec l’application

Cette semaine s’appelle « Faire semblant avant de le devenir »

Tim (l’auteur de l’application, je vous le rappelle) nous raconte que lorsqu’il était en cure de désintoxication, une infirmière lui a sèchement demandé de la regarder lorsqu’elle lui parlait. Il pensait pourtant le faire, mais il s’avère qu’il avait le regard fuyant et une si basse estime de lui-même qu’il ne pouvait plus regarder les gens dans les yeux. Elle lui a ensuite demandé s’il avait envie de devenir un être humain équilibré. Il lui a répondu qu’à terme oui mais que pour le moment, ça lui était impossible. Elle lança alors « Fais comme si ! »

Elle m’a expliqué la théorie du « fais comme si… », ou encore « fais semblant avant de le devenir » en me disant que nous ne pouvons pas toujours penser à mieux agir mais nous pouvons agir grâce à une meilleure manière de penser.

Il nous explique ensuite qu’il a compris à ce moment-là l’importance qu’avait l’attitude. On se dit parfois qu’il nous serait bénéfique de changer d’attitude, mais sans savoir réellement de quoi il s’agit au final.
L’infirmière montra donc la définition de ce mot dans le dictionnaire à Tim : « manière de penser ».

Voici un exemple : j’avais une attitude de « Je ne peux pas faire confiance aux gens, ils vont me blesser ». C’était une manière de pensée très ancrée pour moi, très difficile à contourner. […] Il s’agissait d’une attitude destinée à me protéger d’un monde hostile.

Mais peut-être que le monde n’est pas si hostile ? Ou peu-être que j’ai juste vécu quelques mauvais moments qui ne sont pas représentatifs, ou peut-être que mon attitude (cette attitude) finit par devenir plus destructrice que protectrice ? Comment changer ça ?

L’auteur nous explique ensuite que si nous désirons changer notre attitude, la façon la plus rapide pour y arriver et d’agir contre elle, ou du moins pas toujours dans son sens.
Nous découvrons ensuite son histoire avec un professeur en psychologie qui lui a expliqué que ce n’est qu’en agissant qu’on peut savoir ce qui est bon pour soi ou pas, de ce qu’on aime ou pas, et que nous embarrasser de nos façons de fonctionner habituelles peuvent nuire à un degré supérieur d’épanouissement (et en particulier lors des épisodes dépressifs.
Parfois il faut « faire comme si… » pour finalement arriver à faire avec plaisir.

Le docteur m’a dit que je ne pouvais pas savoir ce qui était bon pour moi si je ne faisais pas d’expériences, et que la seule façon d’apprendre était d’essayer. J’avais une grande liste de choses que je pouvais faire pour moi chaque semaine et qui pourraient être agréables. […]
Après tout, faire juste un petit effort pour trouver des choses agréables pour soi ici ou là me montrera que je peux me donner un peu d’amour à moi-même.
Il m’a dit que si je voulais réussir à aimer les autres, je devais m’entraîner à m’aimer moi-même.

La conclusion de cette semaine est « Fais comme si tu t’aimais comme ça petit à petit tu reprendras confiance et estime de toi. »

Les consignes de cette semaine sont les suivantes :

  • Faire au moins une chose agréable pour soi chaque jour, même si c’est juste un petit rien
  • Choisir trois de ces bonnes activités que vous ne faites pas déjà et ajoutez-les aux tâches de votre semaine. Nous les appellerons « activités bien-être »
  • Le matin, prenez 5 à 10mn pour être tout à fait calme
  • Faites de l’exercice
  • Notez trois pensées négatives, puis, consciencieusement dites leurs exactes inverses à voix haute
  • Continuez à lister les buts de chaque jour à atteindre
  • Notez quelque chose de positif sur vous chaque jour dans votre journal

Semaine 10 avec la méditation de pleine conscience (MBCT)

Le thème de cette semaine était « Les pensées ne sont pas des faits »

Je ne vais pas m’apesantir sur le sujet cette semaine, car cette séance se rapprochait beaucoup de mon accord Toltèque préféré : « Ne faites aucune supposition ».

Vous voulez faire un exercice ? Alors je vais vous donner une situation et vous allez me noter les pensées qui vous viennent (une ou plusieurs, comme vous voulez, mais notez-les, c’est important !)

Vous vous sentez déprimé(e). Au travail les relations avec l’un de vos collègues est tendue, d’ailleurs vous venez d’avoir avec lui un face à face désagréable. Plus tard en sortant de votre bureau, vous croisez un autre collègue dans le couloir. Celui-ci s’éloigne rapidement en vous disant qu’il n’a pas le temps de s’arrêter.

Que pensez-vous ?

Allez-y, là, tout de suite, griffonnez quelque part vos pensées…

Lorsque vous avez noté vos pensées, je vous présente une autre situation.

Vous êtes en pleine forme. Vous venez de déjeuner avec un collègue que vous appréciez et vous avez passé un très bon moment. Plus tard en sortant de votre bureau, vous croisez un autre collègue dans le couloir. Celui-ci s’éloigne rapidement en vous disant qu’il n’a pas le temps de s’arrêter.

Que pensez-vous ?

Vous pensées ont-elles été les mêmes dans les deux situations ? (si vous voulez vous pouvez me les partager en commentaires, ça m’intéresse)

Avez-vous seulement remarquer que les deux situations finales sont exactement pareilles ? « Plus tard en sortant de votre bureau, vous croisez un autre collègue dans le couloir. Celui-ci s’éloigne rapidement en vous disant qu’il n’a pas le temps de s’arrêter. »

La seule chose qui change entre les deux situations, c’est votre état d’esprit !
Concrètement vous allez agir avec les gens qui vous entourent en fonction de votre humeur du moment ou votre passé proche qui n’aura pas forcément de lien avec ces personnes là…
Et ça peut être la cause d’énormément de conflits !

La méditation de pleine conscience est là pour nous aider à accepter nos émotions comme elles viennent et aussi les situations comme elles se présentent. Sans faire interagir les deux.

Pour tout vous dire, voici ce que j’ai répondu aux situations :
– Déprimée : « J’ai été là pour lui un jour où il en a eu besoin alors que j’étais pressée (parce que ça arrive souvent), et il ne me rend pas la politesse. Je suis un peu en colère contre lui »
– Joyeuse : « Tant pis, je lui raconterai mon super déjeuner à un autre moment s’il ne peut pas maintenant »

Cette semaine, les exercices pour la méditation sont :

  • Pratiquer un exercice au choix pour une méditation de 30mn quotidienne
  • Pratiquer trois fois par jour les 3mn de respiration ainsi que lorsque surviennent des évènements désagréables
  • Noter les situations durant lesquelles on a utilisé la respiration comme point d’ancrage pour faire face à la situation telle qu’elle se présente.

Ma semaine 10

Grosse grosse semaine que celle qui arrive… Je sais que je ne vais pas avoir de temps pour tout déjà !

Au niveau de l’application, je vais vraiment essayer de la faire cette chose agréable, mais j’aimerais aussi beaucoup pousser le truc plus loin en bousculant un peu mes habitudes, mon attitude… Mais je ne sais pas si c’est vraiment le moment au final, peut-être que je commencerai ça plutôt cet été, au calme !

Mais comme il faut quand même que je termine mes précédentes activités bien-être et que j’en rajoute trois nouvelles, cette semaine je voudrais :
– Manger aux chandelles
– Ranger un placard (celui du bureau)
– Manger un légume cru et frais
– Prendre 10 grandes inspirations
– Regarder un coucher de soleil

Au niveau de la méditation je ne promets rien, à part les espaces de respiration, c’est un exercice que j’aime particulièrement.


 État général pour cette semaine :

Fatigue : Assez crevée mais ça va un peu mieux, j’ai trouvé comment faire taire Blogo, par contre j’ai  = 10/10.

Sommeil : J’ai trouvé comment faire taire Blogo le matin (enfin je crois, je ne crie pas victoire trop vite), par contre j’ai mal au dos et certains positions me font souffrir la nuit.

Idées noires : Cette classe est pourrie, je suis d’une éléphantesque grosseur, et maintenant j’ai une frange UNE FRANGE !!!!! C’est pas demain la veille que je vais pouvoir draguer.

Envies : J’ai super faim, je voulais à tout prix écrire ce billet et il est 21h54 et j’ai pas mangé.

Idées roses : Ma dernière interview a beaucoup plu (et en particulier aux 4 concernés), j’aime mon blog, mon blog m’apporte beaucoup de choses, j’adore ça !

Éclats de rire : On a fait une soirée remontage de moral pour une collègue en pleine séparation. Il y a eu quelques rires.

Plaisir : Les vacances qui arrivent, oui, j’y pense !!!

Rituels amis : Clopes et collègues.

Traitement : Thérapie MBCT en groupe 1 fois par semaine (2h), un peu de soleil…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

13 Comments

  • flipperine

    3 juin 2015 at 23 h 51 min Répondre

    en ce moment je vis un peu durement, je tente de respirer de penser à autre chose mais derrière ce qui me trouble revient sans cesse et je ressens une déception pourtant je sors et je ne m’ennuie pas

    • Agoaye

      5 juin 2015 at 22 h 54 min Répondre

      La MBCT nous apprend à vivre avec nos émotions sans tenter de les fuir ou de les faire disparaître. Essaye d’explorer cette déception…

  • Ragnagna

    4 juin 2015 at 7 h 42 min Répondre

    Et tu fais comment pour Blogo alors :) ? Ton ITW était sympa, vous avez dû délirer à la faire ^^

    Ici la semaine s’enchaîne entre Lucie et vétérinaire. On s’éclate, je suis crevée !

    • Agoaye

      5 juin 2015 at 22 h 57 min Répondre

      Eh bien je laisse le bureau ouvert. Je crois que finalement c’est cette porte fermée (en plus de celle de ma chambre) qui le traumatisait passablement…

      Bon j’espère que ça va vite aller mieux (j’essaye de me tenir au courant sur FB même si je ne suis pas toujours là)

      • Ragnagna

        5 juin 2015 at 23 h 02 min Répondre

        On en est à 9 piqure d’antibio, 4 journées de médoc, une radio, j’espère que ça va être bon !

  • Wuagift

    4 juin 2015 at 17 h 17 min Répondre

    Tu redeviendras bonne… mentalement… et physiquement…

    • Agoaye

      5 juin 2015 at 22 h 58 min Répondre

      mentalement c’est sûr (avant de replonger)

  • Trenty

    8 juin 2015 at 9 h 21 min Répondre

    Ça fait plaisir de lire que ça vas mieux.

    « Bon, j’ai dansé dans mon salon »
    Et t’as pas filmé ???

    • Agoaye

      13 juin 2015 at 13 h 41 min Répondre

      ben non, j’étais à poil :)

      • Trenty

        13 juin 2015 at 16 h 52 min Répondre

        Ben justement

  • […] Stop à la dépression – Semaine 10 […]

Post a Comment