Ma vie de femme au foyer

Un bol de réconfort.

Tapioca Juste quand je remontais.

Juste quand la veille j’écrivais que des gens étaient beaux et serviables.

Juste quand je retrouvais une ébauche de sérénité et un soupçon de foi. Mais la bonne foi, celle qui nous pousse à nous aimer et pas à nous détruire.

Bref.
Voici ma recette toute personnelle pour un bol de réconfort.

  • Portez à ébullition environ 1 litre d’eau dans une petite casserole
  • Versez-y 4 cuillères à soupe de tapioca (petits grains cristallins de manioc)
  • Laissez épaissir 7 minutes à feu doux en remuant de temps en temps (environ toutes les 2 minutes, ça suffira)
  • Versez dans un bol, un mug, une tasse. Quelque chose de joli, naïf et pastel
  • Ajoutez 2 à 3 cuillères à soupe de lait concentré sucré (selon votre goût)
  • Mélangez soigneusement et dégustez encore brulant

Je ne sais pas si c’est parce qu’il s’agit de la seule chose que je pouvais manger lors de mes épidémies enfantines d’angine et de bronchite, mais cette recette maternelle de tapioca est celle qui me rappelle la chaleur d’un cocon.

Puisse-t-elle vous servir de temps en temps.

Courage amis Belges.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments

22 mars 2016 at 21 h 35 min

Je dégustais ça aussi petite et ta recette me rappelle de doux souvenirs.Je garde la recette, elle ne tardera peut-être pas à être utile. Merci Agoaye.





22 mars 2016 at 22 h 15 min

<3

Merci pour cette recette de réconfort à tenter…



22 mars 2016 at 22 h 50 min

Ah je note ! J’ai tout ce qu’il me faut pour le faire !



Fabignou
23 mars 2016 at 9 h 53 min

Oh oui, j’ai une copine qui faisait ça avec des bananes, c’était super bon !



26 mars 2016 at 9 h 52 min

J’ai une copine qui mélangeait un jaune d’oeuf avec du sucre… ça avait l’air de lui apporter beaucoup de joie… J’aime pas de recette réconfortante… pourtant j’adore manger…
Bisous



    26 mars 2016 at 11 h 54 min

    Un œuf ruban comme l’appelait ma grand mère… Si j’avais des œufs, ma recette réconfortante serait jambon haché jaune d’œuf. C’est ce qu’elle me donnait quand j’étais malade (pour reprendre « des forces »)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.