Un peu glauque, un peu lourde, un peu dégueulasse…

photoIl y a 8 ans, je suis tombée amoureuse…. Amoureuse d’une légende, d’un champion, de quelque chose qui avait défrayé la chronique une décennie auparavant et qui sombrait peu à peu dans l’oubli…

Je gardais cet amour pour moi, mais je le vivais passionnément. Je faisais des centaines de kilomètres pour assouvir cette passion, pour trouver des moments à côtoyer l’Idole. Je me suis faite accepter alors que ce n’était pas chose aisée, mais au fil du temps, à force d’amour pur et de persévérance, j’ai été adoptée. J’étais heureuse. J’ai vécu des moments idylliques…

Et puis j’en ai parlé autour de moi, et les gens me demandaient de plus en plus de nouvelles, des gens que je ne connaissais pas venaient vers moi pour avoir des informations, pour me dire que ce que je faisais était formidable, et pour me chanter qu’ils en auraient bien envie, eux aussi…

J’ai alors décidé de partager, parce que je ne suis pas un monstre d’égoïsme et que je ne m’accroche pas à ma place de privilégiée. J’ai donné des nouvelles, j’ai fait des photos, j’ai fourni les infos… Et petit à petit tout a pris de plus grandes proportions, d’une poignée de « fans » je suis passée à plusieurs dizaines. J’y allais pour eux, je les informais… Un site est né, une newsletter, une page Facebook, et même une publication papier et des goodies, des dizaines, des centaines de goodies…

Entre temps je me suis rendue compte que je ne pouvais plus avancer les frais. Que certes je vends mes livres photo, mais que d’avancer l’argent et le récupérer après ce n’était pas très judicieux par rapport à l’harmonie de mes finances. Alors j’ai créé une association, avec des membres, des fonds, des événements…

Moi je passais toujours des moments auprès de cette Idole, toujours le côté magique et personnel qui nous liait très affectueusement, oui c’était fort, oui j’en pleurais même parfois, oui j’ai appris des choses et j’ai partagé, j’ai rencontré des gens formidables mais j’ai aussi sacrifié des moments qui auraient pu n’être qu’à moi ! Sans compter ces heures de préparation, ces restos appelés, ces rencontres organisées, les forums, les articles, les journaux, la télé…

Et puis un jour j’ai été accusée par ma collaboratrice de l’association. Accusée de vouloir me faire de l’argent sur le dos de… J’ai encaissé difficilement… Je me rappellerai sans doute toute ma vie de cette soirée lorsque j’ai été insultée, et trahie, et diffamée sur ce parking de restaurant. On m’a dit que je n’avais rien à faire ici, que j’étais une profiteuse et que je voulais tirer la couverture à moi, récolter les lauriers !

Alors j’ai immédiatement tout cessé. Je ne me suis pas battue, à quoi bon ? L’asso a été détruite, le site effacé, les fonds donnés à une association de sauvetage (après sondage auprès des anciens membres). Les 2/3 de mes adhérents m’ont d’ailleurs tourné le dos, il l’ont cru elle. Le tiers restant m’appelle encore de temps en temps pour m’apporter du soutien et je ne peux même pas répondre, la blessure est toujours béante…

Je suis retournée difficilement auprès de ma Légende, en me cachant, en rasant les murs, et toujours en pleurant…

Le jour de sa mort je l’ai su par les médias. Personne n’a pris soin de m’avertir…

 

Aujourd’hui je vois que mon accusatrice a écrit un livre, créé des porte-clés, fait visiter la tombe. Une journée-souvenir est même organisée au départ de Paris et les billets sont en vente sur fnac.com

Alors ce soir l’impression qui flotte autour de moi est un peu glauque, un peu lourde, un peu dégueulasse… Mais encore bien mouillée de ces larmes que je ne sais toujours pas retenir…
Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Published by Agoaye

Dans un univers parfait, Agoaye aurait Hugh Jackman pour boyfriend, un budget informatique/nouvelles technologies illimité et une carte haute-fidélité chez Lush... Dans notre monde, la réalité est bien différente !

15 Comments

  • Neurones en éventail

    29 mai 2014 at 21 h 24 min Répondre

    j’en suis désolée pour toi !

    • Agoaye

      29 mai 2014 at 22 h 11 min Répondre

      Je te remercie. Ça va passer :)

  • Ragnagna

    30 mai 2014 at 0 h 26 min Répondre

    Comme on dit en maternelles (je me mets au niveau de tes élèves), c’est celui qui dit, qui l’est ! »
    Plus sérieusement, même si voir autant de bassesse et de méchanceté fait mal au cœur, le plus important est d’avoir pu avoir cette rencontre avec ton champion et d’avoir pu nouer cette relation avec lui. Elle ne pourra pas te l’enlever ça, et c’est réellement la seule chose qui est importante :)

    • Ragnagna

      30 mai 2014 at 0 h 27 min Répondre

      (Par contre je vois que tu n’as pas dû réinstaller jetpack avec le service de commentaires de WordPress, moi je l’aime bien pour suivre si tu peux regarder ?)

      • Agoaye

        30 mai 2014 at 1 h 32 min Répondre

        C’est fait Miss (enfin je crois…)

    • Agoaye

      30 mai 2014 at 1 h 32 min Répondre

      Oui, tu as probablement raison… Je n’ai jamais été jalouse d’elle, je ne comprends pas pourquoi elle l’a été de moi !

  • Wuagift

    30 mai 2014 at 13 h 31 min Répondre

    Même si on s’en fout, j’aime pas voir une personne pleurer ou même l’apprendre. Comme t’as l’art de t’investir à 300% dans les projets qui te tiennent à coeur, pratiquement impossible pour tes collaboratrices d’avoir un niveau de rayonnement équivalent au tien. Imagine donc la réaction d’une collaboratrice soucieuse ou à la recherche d’une quelconque visibilité personnelle.

    • Agoaye

      30 mai 2014 at 18 h 58 min Répondre

      Je suis rarement jalouse, et que quelqu’un puisse l’être de moi me dépasse :(

  • Trenty

    4 juin 2014 at 8 h 58 min Répondre

    En gros, elle fait ce qu’elle t’a injustement accusé de faire :(

    Je suis désolé pour toi :-*

    • Agoaye

      4 juin 2014 at 12 h 19 min Répondre

      Oui en gros c’est ça !
      Et franchement c’est le genre de truc qui m’enlève ma maigre foi en l’humain !

  • Ced

    5 juin 2014 at 15 h 48 min Répondre

    Moi je sais tout. Ce que tu as réellement fait et comment tu l’as vécu. Parce que j’y étais. Pas constamment, mais suffisamment pour savoir, avoir entendu, avoir su.
    Ce que je sais surtout, c’est la magie que tu as tiré de tout ces moments (tes moments). Personne ne pourra jamais ni retirer ni effacer ça.
    Quant à cet(te) individu(e), ne la hais point. N’en pense rien, ne garde que le vrai.
    Elle, elle ne l’est plus.
    Toi, si.

    • Ced

      5 juin 2014 at 15 h 53 min Répondre

      J’ai fait des fautes horribles dans ce post… désolé… j’ai honte… :)

      • Agoaye

        5 juin 2014 at 18 h 33 min Répondre

        On se fout du fond quand la forme est belle !

    • Agoaye

      5 juin 2014 at 18 h 33 min Répondre

      Merci… Et pour tout, pas seulement ton commentaire :)
      Tu sais bien <3

  • […] lourde (quoi que…) ou la dépersonnalisation, je m’isole et je mange peu, je culpabilise de rien et je suis triste pour […]

Post a Comment